Vous êtes ici : Accueil > à la découverte du 13 > En provençal

En provençal

Nouveauté ! Retrouvez l'actualité provençale de votre Accents du mois par notre spécialiste Jan-Miquèu TURC. Chaque numéro vous fera découvrir un thème qui fait l'actualité de notre département dans l'un des deux grands dialectes du provençal (dialecte rhodanien ou maritime). Ce mois-ci, c'est la Provence, capitale du Tourisme qui est à l'honneur.

PROUVÈNÇO, REGIEN CAPITALO DÓU TOURISME !

Le foin de Crau, AOC depuis 1997

La Prouvènço fa partido dei gràndei regien touristico d’Éuropo emai dóu mounde. D’abord, quand vias lei 30 milien de touristo que li venguèron en 2016 – siegue l’equivalènt dei touristo que van chasque an en Tailando vo la mita d’aquélei que l’agradon miés d’ana en Espagno ! –, Prouvènço tène la proumiero plaço en Franço pèr l’acuiènci dei touristo franceso e la segoundo pèr lei touristo dóu defouero. Puei, quand vias lei 3 milien de lié touristi (oustalarié, chambro d’oste, aubergo e residènci segoundàri de tourisme, pargue de campàgi), nouesto regien óucupo la segoundo plaço uroupenco pèr sa capacita d’acuiènci après Catalougno.

Enfin, touei lei fouarmo dóu tourisme que counouissèn aro li soun rapresentado, dóu tourisme dei ban de mar e climati au tourisme mountagnen emai terradouren vo ciéutadin, en passant pèr lou tourisme toucant la santa, la culturo vo la religien, sènso óublida l’ecoutourisme.

Fau bèn recounouisse que mancon pas leis atous pèr atriva lou mounde d’aquéstou caire de la planèto que lou soulèu, la mar, la mountagno li soun marca despuei toujour sus la tiero dei mounumen naciounau emai sus la dóu patrimòni moundiau de l’umanita ! E l’a de que faire qu’es pas de dire, coumo v’an bèn coumprés lei 360 óufici dóu tourisme e sendicat d’iniciativo de la regien que li poudèn apoundre aquélei que soun plaça pertout en Franço e dins lou mounde.

Verai, emé mai de 2500 ouro de souleiant dins l’an, 900 kiloumètre de couesto e un mountagnàgi, la Barro deis Escrin, que s’enausso à mai de 4100 mètre d’auturo, tout sèmblo de bèn s’amoulouna aquito pèr si regala d’un art de viéure prouvençau que plais ei gènt sèmpre que mai.

Imaginas dounc ! Sus un territòri regiounau grand de 31400 km2 (siegue 7%, vo quàsi, dóu territòri francés), si pòu prouficha de l’un dei patrimòni naturau lei mai varia d’Éuropo : 4 pargue naciounau (leis Escrin, Mercantour, Port-Cros, lei Calanco), 6 pargue naturau regiounau (Camargo, Leberoun, Queiras, Verdoun, Aupiho, Pre-Aup d’Azur), mant un espàci naturau apara coumo lou Mountagnàgi dei Calanco de Marsiho, e mai de 90 plan d’aigo touristi. Au tout, l’a 168 pargue e jardin proutegi !

Dóu coustat de la culturo, em’un maiun urban proun pigna – recampant 963 coumuno que trei soun demié lei vilo lei mai puplado de Franço (Marsiho, Niço, Touloun) e 23 viloto de mai de 25000 abitant –, sian pas estouna de trouva en Prouvènço uno ofro dei grosso emé pus de 2000 edifìci iscri vo mounumen istouri e mai de 400 musèu qu’un centenau soun classa emai countourroula : lou Palais dei papo e lou Mucem passon lei 500000 intrado chasque an !

Pèr subre-pes ? Prouvènço es l’un dei lue que si li councèntro lou mai de festenau au mounde ! Vaquito quàuqueis eisèmple pres dins lei Bouco-dóu-Rose pèr n’agué uno pichoto idèio : lou Festenau liri dez- Ais, lou Festenau internaciounau de pianò de la Roco-d’Anteroun, lei R.I.P. d’Arle (lei Rescontre Internaciounau de la Foutougrafìo), la Fiesta dei Sud, Marsiho Jazz dei cinq countinènt, vo enca, raport ei culturo dóu mounde, lou Festenau dóu Martegue, de Gèmo e de Castèu-Goumbert !

Jan-Miquèu TURC
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
(Acadèmi de-z-Ais-Marsiho)

TRADUCTION

La Provence, région capitale du tourisme ! La Provence fait partie des grandes régions touristiques d'Europe et du monde. D'abord, si l'on considère les 30 millions de touristes en 2015 – soit l’équivalent annuel du nombre de touristes se rendant en Thaïlande ou la moitié de ceux préférant l’Espagne ! –, la Provence occupe la première place en France pour l’accueil de touristes français et la deuxième pour l’accueil de touristes étrangers. Puis, si l'on considère les 3 millions de lits touristiques (hôtels, chambres d’hôtes, auberges et résidences de tourisme, campings), la région occupe la deuxième place européenne pour la capacité d’accueil après la Catalogne.

Enfin, toutes les formes du tourisme classique y sont représentées, du tourisme balnéaire et climatique au tourisme montagnard et rural ou urbain, en passant par le tourisme de santé, culturel ou religieux, sans oublier l’écotourisme. 

Il faut bien reconnaître que les atouts ne manquent pas pour attirer du monde de ce côté-ci de la planète où le soleil, la mer et la montagne sont inscrits depuis toujours sur la liste des monuments nationaux et sur celle du patrimoine mondial de l'humanité ! Un potentiel immense que ne manquent pas de promouvoir les 360 offices de tourisme et syndicats d’initiative de la région auxquels viennent s’ajouter ceux situés partout en France et dans le monde.

Avec plus de 2 500 heures d’ensoleillement par an, 900 kilomètres de côtes et un massif montagneux, les Écrins, culminant à plus de 4100 mètres d’altitude, tout semble réuni pour profiter d’un art de vivre provençal toujours plus envié. 

Imaginez donc ! Sur un territoire régional d’une superficie de 31 400 km2 (soit près de 7 % du territoire français), on peut profiter de l’un des patrimoines naturels les plus variés d’Europe : 4 parcs nationaux (les Écrins, Mercantour, Port-Cros, Massif des Calanques), 6 parcs naturels régionaux (Camargue, Luberon, Queyras, Verdon, Alpilles, Pré-Alpes d’Azur), plusieurs espaces naturels préservés comme le massif des Calanques de Marseille, et plus de 90 plans d’eau touristiques. Au total, 168 parcs et jardins protégés ! 

Côté culturel, avec un fort tissu urbain regroupant 963 communes – dont trois des villes les plus peuplées de France (Marseille, Nice, Toulon) et 23 communes moyennes de plus 25000 habitants –, il n’est pas étonnant de trouver en Provence une offre conséquente avec plus de 2000 édifices inscrits ou monuments historiques et plus de 400 musées dont plus de 100 classés et contrôlés : le Palais des papes et le Mucem dépassent les  500000 entrées par an !

Cerise sur le gâteau ? La Provence est l'une des plus fortes concentrations de festivals au monde ! Voici quelques exemples pris dans les Bouches-du-Rhône pour se donner un premier aperçu : le Festival lyrique d'Aix, le Festival international de piano de la Roque-d'Antheron, les R.I.P. d'Arles (Rencontres Internationales de la Photographie), la Fiesta des Suds, Marseille Jazz des cinq continents, ou encore dans la catégorie des cultures du monde, le Festival de Martigues, de Gémenos ou de Château-Gombert !


Jean-Michel TURC
Professeur certifié de langue provençale
(Académie d'Aix-Marseille)

VA SABIAS ACÒ ?

La Franço es enca la proumiero destinacien touristico au mounde emé 83 milien de touristo l’an passa : davans leis Estat-Uni (75) e l’Espagno (65). E pèr la mar Mieterrano tambèn ! Es sus la Grand Bluio, de la Riviera italiano à la Couesto d’Azur, que l’endustrìo touristico espeliguè, au revòu dóu siècle XIXen. Despuei, la mar au mitan dei terro, o la mare nostrum dei Rouman, recèbe de vouiajaire mai que mai noumbrous e vous atrivo lou tiers dóu tourisme moundiau. Emé 2025 dins l’amiro, pèr la regien mieterrano dins soun toutun, lou noumbre dei “roumiéu estivau” duourié balança entre 300 e 600 milien !


LE SAVIEZ-VOUS ?

La France est toujours la première destination touristique au monde avec 83 millions de touristes l'an passé : devant les Etats-Unis (75) et l’Espagne (65). Il en est de même pour la mer Méditerranée ! C’est sur la Grande Bleue, de la riviera italienne à la Côte d’Azur, que l’industrie touristique est apparue, au tournant du XIXe siècle. Depuis, la mer au milieu des terres, ou la mare nostrum des Romains, accueille un nombre toujours croissant de voyageurs : elle capte près du tiers du tourisme mondial. À l’horizon 2025, dans toute la région méditerranéenne, le nombre de "pèlerins estivaux" devrait osciller entre 300 et 600 millions !

LA CUESTO D'AZUR, QU’ES ACÒ ?

Renden à Cesar, ço qu’es à Cesar e à Liégeard ço que li revène ! La Couesto d’azur à la debuto èro un councèt puramen geouliteràri que faguè soun camin. Un pau coumo lei marcat boursié, sabès, lei noum van e vènon, à l’asard de l’ofro et de la demando, touristico vo poulitico... Chascun li va de sa definicien, dóu guide dóu vouiàgi ei rouman, en passant pèr leis óufìci dóu tourisme, lei municipe, lei gènt dóu peïs, leis artisto d’eici vo d’aiours, lei touristo èli-memo ! Es coumo acò qu’aprenèn que lei coulour an sa còuto... coumo l’azur ... que sèmblo d’èstre uno coulour mai richo que lou blu... Lei cavo an bèn chanja despuei la debuto quouro Stéphen Liégeard li meteguè soun noum à la Couesto d’Azur e qu’à l’epoco, pecaire, l’apoundié Marsiho... Imaginas dounc un pau !

QU'EST-CE QUE LA CÔTE D'AZUR ?


Rendons à César, ce qui est à César et à Liégeard ce qui lui revient ! La Côte d’Azur est à son origine un concept purement géolittéraire qui a fait école. À l’image des marchés boursiers, les appellations fluctuent, au gré de l’offre et de la demande, touristique ou politique... Chacun y va de sa définition, du guide du voyageur aux romans, en passant par les offices de tourisme, les municipalités, les autochtones, les artistes d’ici ou d’ailleurs, les touristes eux-mêmes ! On découvre même que les couleurs ont une cote... comme l’azur qui semble être une couleur plus riche que le bleu... La désignation de Côte d’Azur par Stéphen Liégeard a donc bien évolué depuis ses débuts, pour avoir un temps englobé Marseille... Rendez-vous compte !

Retour haut