Orianne O. : L'expression de la liberté

Orianne O., à 35 ans, a déjà un beau parcours de photographe derrière elle. Ses projets sont nombreux et ses expositions s’enchaînent, de Sidney à Marseille, en passant par New-York. Rencontre avec une artiste et son univers.

Un parcours artistique ne s’explique pas. Ne se justifie pas.  Il se vit. Il vibre. Il résonne. L’inspiration, les rencontres, les démons et les grandes joies servent ce qui doit être exprimé. 

Orianne O., jeune photographe marseillaise, a d’abord observé son père et son grand-père quand ils prenaient des photos. C’était alors le temps de l’argentique, du clic qui donnait des petites miracles ou des clichés flous ou voilés. La jeune fille tourne autour de la culture punk-rock et commence son existence de jeune adulte sur quelques chemins de traverse qui la construisent et la forment à l’aventure, humaine comme photographique. 

Première exposition à 22 ans à Alep

En 2004, alors qu’elle a 22 ans, à la suite du succès de sa première exposition “Sur les routes”, inspirée bien sûr de Jack Kerouac et présentée à Alep en Syrie, elle devient photographe indépendante de presse. Traverse le monde, seule ou accompagnée. 

Les projets s’enchaînent, de Sidney à Marseille, et les rencontres font naître des clichés en noir et en blanc ou en couleur où l’intensité règne, s’impose, interpelle. L’année 2017 de cette toute jeune maman est chargée : New-York avec une exposition en cours qui sera présentée dans la salle mythique le Gleason’s Gym Club de Brooklyn, lieu du tournage également de “Millions dollars baby”, le film de Clint Eastwood.
“J’ai commencé à suivre Johanne Cavarec en 2012 et on m’avait dit : elle a une histoire. Quand j’ai rencontré Lucky Jo, son nom de boxeuse, j’ai compris.”  Le spectateur aussi, quand il voit les prises de vues physiques, charnelles. L’exposition viendra ensuite à Marseille. 

Deux autres actualités vont rythmer la saison estivale d’Orianne O., avec le 10 juin au Palais du Pharo à Marseille, le retour de l’expo “Massilia girls connexion”. Et le 15 juin, au 3013, le vernissage de “Voyage en République”, une série de clichés en Argentique entre la rue de la République actuelle et des photos plus anciennes, à l’occasion de l’exposition du collectif SOON dont elle fait partie. Elle qui craint les retours mais sait qu’ils sont nécessaires pour mieux repartir et fuir la routine, poursuit sa route. Yeux noirs grands ouverts, cœur battant et envie folle de découvrir et de vivre sans crainte. Vous avez rendez-vous avec Orianne O.

Oriane O.