Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Ces chèvres du Rove qui protègent les espaces naturels départementaux
Environnement

Ces chèvres du Rove qui protègent les espaces naturels départementaux

23/06/2020

À Septèmes-les-Vallons, Éric Priore est à la tête d'un troupeau de 133 chèvres du Rove. Il a signé une convention de pâturage avec le Département. Objectif : débroussailler le domaine du Jas du Roques pour prévenir les incendies.

Elles s'appellent Pistou, Romarin, Ricotta, Oreo ou encore Reebouc. Leur robe est noire et blanche ou couleur de feu. Elles ont des cornes reconnaissables entre toutes : triangulaires et torsadées. Elles, ce sont les 133 chèvres du Rove d'Éric Priore, éleveur et fromager à Septèmes-les-Vallons.

En ce matin de juin, le soleil est écrasant. Au domaine départemental du Jas du Roques, le troupeau s'active malgré la chaleur. Et ce n'est pas les argelas et leurs épines ou les chênes kermesse qui vont arrêter les chèvres d'Éric : là où elles passent, rien ne résiste à leur insatiable appétit. Tout ce qui est à hauteur de chèvre est englouti.



Un système gagnant-gagnant

« Que ça pique ou que ça coupe, rien n'arrête la chèvre du Rove ! C'est la meilleure débroussailleuse qu'on puisse trouver, explique Éric, sourire aux lèvres. C'est une race rustique, robuste, adaptée aux collines. » Et si les biquettes ratissent le parc départemental du Jas du Roques, c'est pour faire œuvre d'utilité publique : en débroussaillant, elles se substituent aux engins mécaniques pour réduire la biomasse combustible. En d'autres termes, les chèvres d'Éric font de la prévention incendie.

Le chevrier, comme une dizaine d'autres éleveurs des Bouches-du-Rhône, a signé une convention de pâturage avec le Département, propriétaire du domaine. Un système gagnant-gagnant : Éric profite des 283 hectares du Jas du Roques et économise ainsi sur le foin ; le Département, lui, entretient ses espaces naturels de façon écologique et participe à la sauvegarde de la chèvre du Rove. Cette race typique de Provence a en effet failli disparaître mais des efforts de conservation ont permis aux effectifs d'augmenter à nouveau.

 

La légende des chèvres du Rove

« Ces chèvres ont 2600 ans d'histoire, elles ne pouvaient pas disparaître comme ça, raconte Éric. La légende dit qu'elles ont été importées par les Phéniciens dont le bateau aurait coulé. Les animaux auraient rejoint la côte à la nage et se seraient installés au Rove. »

Le soir venu, le troupeau rentre à la chèvrerie communale de Septèmes-les-Vallons. C'est l'heure pour les cabris en phase de sevrage et donc restés à la ferme de revoir leur mère après une longue journée. Avec la joie des retrouvailles, les bêlements se font plus intenses.

Éric aime ses chèvres. Passionnément. Quand il ne caresse pas l'une, c'est pour mieux observer les poils de l'autre pour s'assurer qu'aucune tique ou puce ne vienne gêner l'animal. « Faut être fada pour faire ce métier. On ne compte pas ses heures : je suis sur le pont de 4 heures du matin à 20 heures. Mais je suis dans la nature, c'est magnifique et surtout je suis fondu de mes bêtes et de mes produits. »

 

La brousse du Rove gagne son AOP

Car Éric est avant tout fromager. Dans sa boutique qui jouxte la chèvrerie, il vend la fameuse brousse du Rove qui a obtenu le label AOP au début du mois de juin. « C'est extrêmement valorisant pour mes chèvres », se félicite-t-il. L'une des particularités des chèvres du Rove est qu'elles produisent un très bon lait, en petite quantité mais avec un taux de matière grasse très important.

Reconnaissant envers la commune de Septèmes-les-Vallons qui lui a permis de s'installer dans des locaux flambant neufs, l'homme a ajouté une nouvelle création à sa carte : le petit Septémois, un fromage de chèvre… au pastis.

 

D'ouvrier à fromager

Rien ne destinait Éric à devenir le patron de cette chèvrerie communale exemplaire. Après avoir été ouvrier dans une imprimerie puis plaquiste dans le BTP, c'est à la quarantaine révolue que l'homme n'a plus qu'une idée en tête : passer son diplôme de fromager. « Qui ne s'est pas dit un jour "je plaque tout, je pars élever des chèvres en Ardèche". Et bien moi… Je l'ai fait. Aux portes de Marseille, mais je l'ai fait ! ».

Ce néo-rural a gagné son pari : « Aujourd'hui, j'emploie 2 à 3 personnes selon les saisons. Et je ne changerais de vie pour rien au monde ». Une belle réussite de reconversion pour cet amoureux des chèvres.

J.K.

 

Infos pratiques

Lieu

Le Cabro Estelado Éric Priore
11 chemin de Freyguières
13 240 Septèmes-les-Vallons


La fromagerie est ouverte du lundi au jeudi de 14h à 17h, le samedi de 10h à 18h30 et le dimanche de 10h à 13h.

Téléphone

06.63.45.41.66

Courriel

lacabroestelado@outlook.fr

Site web

https://www.facebook.com/La-Cabro-Estelado-689350191103305/