En Provence, la Culture se partage

La Provence bouillonne de propositions culturelles, pour tous les publics aux quatre coins du territoire, preuve d’un dynamisme culturel qui s’installe sur le long terme et auquel le Département a fait le choix de pleinement s’associer.

 

Marqueur du dynamisme d’un territoire, l’offre culturelle de qualité est au centre des actions menées par le Département, prenant le parti d’imprimer, au coeur des grandes villes comme des villages provençaux, des grands moments de fête populaire et de manifestations d’excellence. L’ambition départementale est de valoriser le territoire aux yeux des habitants et des touristes.

FAIRE CIRCULER LA CULTURE SUR LE TERRITOIRE

À l’instar des communes de Tarascon, Pélissanne, Eyguières et Allauch, labellisées par le Département “Capitales provençales de la culture” en 2018, une première en France, faisant de ces quatre villes le théâtre, pendant plusieurs mois, d’une large programmation culturelle. L’idée de ce label est de faire circuler la culture sur le territoire, de déplacer les curseurs culturels de leur point d’ancrage traditionnel : les grands festivals, l’Opéra de Marseille, les grands théâtres s’y délocalisent le temps d’une représentation.

Bref, la culture se partage, et c’est le sens de l’action du Département qui maintient chaque année son budget culturel, l’amplifiant pour financer de tels événements. Et pour chacun de ces moments culturels dans un quartier ou une commune, des artistes et des compagnies investissent les lieux, montent une scène éphémère… bref un écosystème culturel se met en place au profit de tout un bassin de vie.

Même constat quand le Département agit aux côtés de la Ville dans son Plan pour Marseille (2016-2019) pour piloter l’installation d’activités culturelles dans le centre-ville et reconquérir l’espace urbain. Le Bureau des Guides ou la manufacture numérique “La Fabulerie” ont ainsi pris place en 2017 sur La Canebière (1er). Plus bas, un quartier des arts se dessine entre le théâtre du Gymnase, les Bernardines et le lycée Thiers jusqu’à Longchamp pour révéler la richesse patrimoniale du coeur de ville. Et du côté d’Arenc, le Département transforme les Archives et la bibliothèque départementales (3e) en phare culturel enrichi, dans quelques années, de la renaissance de l’Église Saint- Martin d’Arenc.

UN OUTIL DE RECONQUÊTE URBAINE

Cet édifice va en effet faire l’objet d’une réhabilitation par le Département qui l’a acquis afin de l’intégrer dans un grand projet culturel avec les ABD pour des animations et des grands événements ouverts à tous.

En confortant la magnifique Villa Magalone (9e), Cité de la Musique de Marseille, comme un lieu ouvert aux concerts des grands festivals, là encore, le Département inscrit la culture dans les quartiers. Enfin, il parie sur l’excellence de ses grands musées (Musée départemental Arles Antique et futur Museon Arlaten) pour inventer des projets inédits en coopération avec d’autres musées.

En quelques années, le Département a ainsi rebâti une équité territoriale pour développer la culture partout et en garantir l’accès à tous ses habitants et ses visiteurs.


À Marseille, le soutien aux équipements culturels

Le Département a d’ores et déjà engagé plus de 11 millions d’euros dans le volet “Culture” du Plan pour Marseille. Les lieux culturels emblématiques de la cité phocéenne se refont ainsi une beauté avec le soutien du Département : rénovations du Théâtre national de la Criée, de l’Opéra municipal, du Théâtre du Gymnase ou du Musée Grobet Labadié (1er)… auxquelles viennent s’ajouter une vingtaine d’opérations de restauration de monuments marseillais comme la restauration des fontaines emblématiques du centre-ville, de l’église des Réformés (1er), des façades de l’église Saint-Théodore (1er), de l’église de Mazargues (9e) ou encore de la sallede spectacle du Dôme (4e).