#2 ans d'Actions : "Je tiens mes engagements, voilà ce qui change!"

Après deux ans à la tête du Conseil départemental, Martine Vassal dresse un nouveau bilan de sa gouvernance,fondée sur le jouer collectif, le pragmatisme et l’engagement politique au-delà des clivages traditionnels...

Vous avez souhaité établir un bilan précis de vos deux ans d’actions à la tête de l’institution.
En quoi était-ce nécessaire ?

Martine Vassal : Vous le savez, peu après mon arrivée à la présidence, en avril 2015, j’ai souhaité associer les Provençaux à ma réflexion sur les priorités à mettre en oeuvre rapidement pour le développement de notre territoire. J’ai lancé les États généraux de Provence. L’action de notre Département doit être le résultat de l’écoute de nos usagers. Et ces politiques publiques doivent être mesurées. J’ai donc trouvé indispensable de lister l’ensemble de ces actions et de les présenter aux élus et à nos concitoyens. Certaines sont achevées. D’autres sont en cours de réalisation. Il fallait en présenter le résultat concret.

Quelles sont les actions les plus emblématiques de votre début de mandature ?

M. V. : Nous avons lancé et réalisé beaucoup de choses, en matière de solidarité, en faveur de la jeunesse, de l’emploi, pour l’attractivité et la préservation de notre territoire. J’évoquerai d’abord le grand plan pour améliorer l’offre de santé pour les Provençaux, à hauteur de 20 millions d’euros. Ce besoin était clairement ressorti des États généraux de Provence. Il fallait donner un vrai coup d’accélérateur à la rénovation des urgences, à l’hôpital de La Timone, mais aussi à Saint-Joseph. Nous avons aussi beaucoup investi pour la lutte contre le cancer en soutenant l’Institut Paoli-Calmettes.

 

Vous vous êtes également engagée fortement en faveur de l’éducation et des jeunes…

M. V. : Oui, il faut beaucoup d’ambition pour notre jeunesse. Au lendemain des terribles attentats qui ont frappé notre pays, j’ai d’abord estimé qu’il fallait leur assurer la plus grande sécurité possible dans l’enceinte des collèges, en installant des portiques de sécurité, des caméras. Mais il fallait également offrir à tous un enseignement résolument moderne. Tous les élèves des classes de 5e seront dotés de tablettes tactiles, d’ici à l’année prochaine.

Vous avez aussi mis l’accent sur la solidarité…

M. V. : Il nous faut d’abord agir pour les publics qui en ont le plusbesoin. Le Département est aux côtés de tous les publics fragiles, depuis la naissance jusqu’au Bel Âge de la vie, avec l’emploi au coeur de notre action. Nous sommes passés sous la barre des 70 000 bénéficiaires du RSA et ce chiffre va encore diminuer, avec de gros efforts de nos services sur ce sujet.

L’Accélérateur de l’emploi en Provence, ouvert il y a un an au coeur de l’Hôtel du département, est une vraie réussite. Je n’entrerai pas dans le détail de ces mesures, que vous trouverez au fil des pages de ce magazine.

Au-delà de ces priorités, il y a aussi la manière d’appliquer ces mesures, avec une gouvernance que vous avez souhaité renouveler.
Comment la définiriez-vous ?

M. V. : Je veux que nous construisions ensemble une Provence dynamique, moderne, fière de ses valeurs et de son patrimoine, ouverte vers l’international.
Ce travail-là, je veux l’accomplir avec l’ensemble des élus de ce territoire, au-delà des clivages politiques traditionnels.
Nos concitoyens en ont assez des manoeuvres politiciennes. Ils veulent du concret, des résultats. J’ai pour ambition de faire ce que je dis. C’est assez neuf comme manière de procéder. Cela demande beaucoup d’engagement et de rigueur, mais je m’y astreins. Nous, responsables politiques, n’avons plus le choix. Nous devons agir de cette manière.

Cela se traduit notamment dans l’aide que vous apportez aux communes…

M. V. : Absolument. Elles sont le relais des préoccupationsdes Provençaux. J’ai mis en place des procédures claires qui permettent d’apporter la contribution du Département aux projets les plus urgents et au plus près des attentes de nos concitoyens. Les deux vertus qui nous guident sont l’équilibre et l’efficacité. Nous étudions tous les dossiers avec une très grande attention et nous y apportons la réponse la plus pragmatique possible.

Vous avez enfin annoncé ne pas augmenter la fiscalité pour l’année prochaine. Cela implique-t-il des sacrifices particuliers ?

M. V. : Non, nous maintenons nos niveaux d’investissement et cela,malgré la baisse continue des dotations de l’État. Je le répète, nos actions sont conduites avec l’engagement fort de ne pas augmenter les impôts départementaux.
Agir, construire et préparer : ce sont les trois axes de notre action. C’est notre credo pour propulser notre territoire vers une dynamique nouvelle, en matière d’emploi, d’attractivité et de solidarité, dans le seul intérêt de nos concitoyens. Après deux ans d'actions, je tiens mes engagements, voilà ce qui change !

Livret 2 Ans d'actions