Pour un patrimoine arlésien au rayonnement planétaire

La Présidente du Conseil départemental a annoncé le 19 septembre d’importants investissements pour deux fleurons du patrimoine arlésien, le Muséon Arlaten et le Musée départemental de l’Arles antique. Enjeu : faire rayonner la Provence à travers la culture et le patrimoine.

Ce samedi 19 septembre, pour le coup, a bien été une Journée du Patrimoine. L’antique Arelate aura été à la fête avec deux annonces décisives de Martine Vassal, présidente du Conseil départemental, offrant enfin des perspectives d’avenir à deux joyaux de la ville. « Redonner vie et éclat au Muséon Arlaten d’une part, donner les moyens au Musée de l’Arles antique de préserver la mémoire d’une Provence rayonnante d’autre part, voilà notre ambition pour les années à venir », a souligné Mme Vassal qui, pour donner encore plus de poids à sa décision, a insisté « sur un contexte budgétaire que chacun sait très contraint », une façon de souligner qu’il « s’agit là d’un choix politique que notre majorité a choisi de faire en investissant sur la culture et le patrimoine ».

Concrètement, la rénovation du Muséon Arlaten, créé par Frédéric Mistral pour célébrer la culture et l’art de vivre de la Provence et fermé au public depuis 2009, va enfin débuter, à la fin du premier semestre 2016 pour une réouverture programmée en 2018. 22 millions d’euros seront mobilisés par le Conseil départemental, propriétaire des lieux. « Nous poursuivons plusieurs objectifs importants : la restauration d’un monument historique remarquable, dont une partie est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, l’augmentation des surfaces du musée ; la conservation et la restauration de plus de 38 000 objets ; la mise en place d’un parcours muséographique très innovant ; l’étude et la mise à disposition du patrimoine écrit ». Ni nostalgie, ni repli sur soi : pour Martine Vassal, « la culture provençale est plus jamais ouverte et moderne » ! Ceux qui ont pu visiter le Cerco, à Arles, où sont provisoirement conservées les collections du Muséon savent quels trésors - issus des dons prodigieux des provençaux d’hier et d’aujourd’hui - attendent les futurs visiteurs.

Trésors passés et à venir

L’autre annonce concerne le Musée départemental de l’Arles antique, avec la création pour 2,5 millions d’euros d’un nouveau site de conservation, dans le quartier Trinquetaille. Il accueillera les réserves sauvegardées jusqu’à présent au cœur de l’actuel Musée et permettra d’attendre sereinement, sur une surface plus que doublée, les découvertes à venir ! Il est vrai qu’à Arles, on est gâté, que l’on se souvienne du buste de César comme du Chaland Arles-Rhône 3 que le mode entier nous envie... Cet été encore, la présentation à la presse française et internationale de fresques romaines uniques en France, dignes de Pompéi, découvertes justement à Trinquetaille, a marqué les esprits.

« Cette ambition pour une Provence fière de son patrimoine et de son histoire, je veux que nous la partagions ensemble. Ce sont des projets structurants qui ne peuvent que renforcer l’attractivité de notre Provence, à la fois enracinée dans son glorieux passé et tournée vers l’avenir » a conclu Martine Vassal dans le cadre sublime de la Chapelle des Jésuites.