Département et Métropole engagés pour des transports plus performants

Département et Métropole engagés pour des transports plus performants

Le 6 février, Martine Vassal a annoncé un nouvel engagement du Département pour permettre à la Métropole la réalisation de projets stratégiques pour la mobilité des Provençaux, enjoignant également l’Etat à prendre ses responsabilités pour couvrir les besoins en transport du territoire.

A son arrivée à la tête du Conseil départemental en 2015, Martine Vassal a fait de la mobilité des Provençaux une priorité absolue bien consciente du retard enregistré par le territoire en matière de transports et des forts enjeux pour l’attractivité, le développement économique, l’environnement et la qualité de vie. C’est ainsi qu’un Plan départemental pour la mobilité sur la période 2016-2019 a été mis en œuvre pour abonder les projets stratégiques des collectivités et notamment ceux portés par la Métropole Aix-Marseille-Provence. 

Près de 300 millions d’euros investis depuis 2016

Ce plan de 300 millions d’euros a permis l’amorçage d’infrastructures indispensables pour améliorer les déplacements sur des secteurs clés du territoire, notamment sur les bassins d’emploi. «C’est un engagement unique et exceptionnel qu’a consenti le Département» a expliqué Martine Vassal, rappelant que faute d’engagement financier de l’Etat, c’est grâce à l’aide financière du Département que la Métropole a été en mesure de réaliser des opérations majeures parmi lesquelles : les chantiers du Boulevard Urbain Sud, la requalification du Jarret et du cours Lieutaud à Marseille, la création de la ligne BHNS (Bus à haut niveau de service) à Aix-en-Provence opérationnelle dans le courant 2019, et les pôles d’échanges multimodaux dont celui de Trets tout juste mis en service. Sans compter le financement aux côtés de la SNCF de la modernisation de la ligne ferroviaire Aix-Marseille ou encore aux côtés de l’Etat pour la création de voies réservées aux bus sur les autoroutes entre Aix-en-Provence et Marseille.

220 millions d’euros supplémentaires entre 2019 et 2021

Mais ces investissements restent insuffisants pour poursuivre l’énorme chantier des déplacements, évalué par la Métropole à 3,5 milliards d’euros d’ici 2025, dans le cadre son Agenda de la Mobilité. La Présidente du Conseil départemental a donc annoncé une enveloppe supplémentaire du Département de 220 millions d’euros sur la période 2019-2021 pour permettre à la Métropole la poursuite des chantiers et le lancement de nouvelles opérations. «En attendant un engagement fort et résolu de l’Etat ! » a martelé Martine Vassal. «Demain, il nous faudra le concours de l’Etat pour continuer à avancer. A partir de 2022, il va falloir que l’Etat prenne ses responsabilités pour couvrir les besoins en transport du territoire. C’est tout simplement un principe d’équité par rapport à Paris où 38 milliards d’euros sont investis pour réaliser le Grand Paris » a clamé la Présidente du Conseil départemental qui compte en appeler aux parlementaires du territoire, après avoir interpellé le gouvernement à plusieurs reprises.

Mise en service de plusieurs aménagements structurants

En attendant un signal fort de l’Etat, et grâce au soutien fort du Département aux côtés de la Métropole, de nouveaux projets vont être réalisés, d’autres lancés. 2019 verra ainsi la mise en service du pôle d’échanges Capitaine Gèze et prolongement du métro M2 à Marseille, la mise en service du BHNS d’Aix-en-Provence, la création de nouvelles voies réservées aux bus sur les autoroutes notamment dans le secteur de l’Agavon (entre A7 et RD9) pour améliorer l’accès à l’aéroport, sur l’A51, en amont de Plan-de-Campagne et au niveau de la terminaison de l’A7 entre la L2 et la terminaison Saint-Charles dans les deux sens. L’an prochain, des nouveaux pôles d’échanges multimodaux, notamment ceux de Gardanne dont les travaux ont été lancés récemment, de La Ciotat et de Martigues, devraient être mis en service. Parmi les mesures pour inciter les automobilistes à se rabattre sur les transports collectifs, des parcs-relais maillent progressivement le territoire. A Marseille, au métro La Rose, un nouveau parc-relais de 800 places de parking (contre 400 actuellement) va ainsi être réalisé pour une mise en service en 2021. Et à Aix-en-Provence, le parc-relais Lieutenant-Colonel Jeanpierre de 600 places viendra fin 2019 se connecter avec la ligne BHNS l’Aixpress.

La modernisation du Métro à Marseille

A plus longue échéance, Métropole et Département s’engagent sur des projets stratégiques comme l’automatisation, la sécurisation et l’accessibilité du métro de Marseille. De lourds investissements vont être mobilisés notamment pour le renouvellement des rames et l’automatisation progressive. Cette modernisation s’accompagne d’une sécurisation des quais et de la mise en accessibilité des stations, à commencer par celle de Dromel Sainte-Marguerite dont les travaux s’achèvent, s’en suivront alors en 2021 les stations Vieux-Port, La Rose, Timone, Jules Guesde et Rond-Point du Prado. La station centrale de la gare Saint-Charles fera également l’objet d’une extension et d’une requalification, à l’horizon 2024, financées pour moitié par le Département à hauteur de 14 millions d’euros.

Des nouvelles lignes de tramway et de BHNS

Pour une véritable alternative à la voiture, avec l’aide du Département, la Métropole étend son réseau de tramway vers le Nord et vers le Sud. Le futur tracé s’étendra de la cité La Castellane au Nord à la Rouvière au Sud. Réalisés en deux phases, les travaux permettront, dans un premier temps entre 2020 et 2023, de prolonger au Nord le tramway d’Arenc à Capitaine Gèze, et au Sud, entre la Place Castellane réaménagée et les hôpitaux Sud. Dans un second temps, entre 2022 et 2025, le tramway sera prolongée au Nord jusqu’au lycée Saint-Exupéry et la cité La Castellane et au Sud, jusqu’au quartier de la Rouvière. Du côté d’Aubagne, le projet de Valtram devant permettre de relier le centre-ville à La Bouilladisse, est relancé. Enfin, pour favoriser l’utilisation des transports en commun, Département et Métropole misent sur les bus express. Des nouvelles lignes BHNS vont ainsi voir le jour en 2022 : à Aubagne avec le Chronobus entre la gare et le quartier de Jouques à Gémenos, à Istres entre les quartiers Ouest et la base aérienne, à Marseille entre la station de métro Gèze et celle de la Fourragère.

 Consultez le Dossier

P.H

06.02.2019