La marche du Centenaire, se souvenir et transmettre

La marche du Centenaire, se souvenir et transmettre

Ce jeudi-matin, Martine Vassal Présidente du Conseil départemental, a pris la tête de la marche du Centenaire, commémorant l’Armistice de 1918 et la fin de la Première Guerre Mondiale.

« Plus jamais ça ! Voilà ce que disait mon grand-père ». Pour Mireille Corte, petite-fille de Lazare Ponticelli, dernier poilu de la grande guerre, l’émotion se lit dans ses yeux. Et sa voix résonne du message de son aïeul. « Je suis émue de voir autant de jeunes et de citoyens se souvenir de ce que fut cette effroyable guerre ».

Autour d’elle, 800 collégiens ont entamé cette grande marche de plus de 3 kilomètres menant à la Nécropole de Luynes, cimetière de la Première et de la Deuxième Guerre Mondiale.

Alors que la Garde à cheval présente depuis plusieurs mois sur le territoire ouvrait la route, plus de 1 400 personnes accompagnaient ce cortège du souvenir : anciens combattants, victimes de guerre, personnes du bel-âge ou élus, parmi lesquels des représentants du Département.

« De la peine pour les poilus »

En plein cœur de la manifestation, les collégiens de plusieurs établissements accompagnés de leurs professeurs agitent des drapeaux tricolores et arborent un bleuet de circonstance. « Pour moi, la Première Guerre Mondiale évoque de la peine pour les poilus et pour leurs familles. C’était difficile pour eux » avance Laurie, collégienne en 5ème au collège Thiers à Marseille. Non loin de là, son professeur évoque la transmission de l’histoire et les leçons à tirer du passé.

C’est un des objectifs que souhaitait mettre en avant Martine Vassal et le Département, en consacrant l’année 2018 à la commémoration du Centenaire de l’Armistice de 1918. Au cours de la cérémonie qui a eu lieu à la Nécropole, la Présidente du Conseil départemental a rappelé que le devoir de mémoire est un pilier de notre République. « Quand les bases de notre démocratie sont mises à mal par les extrémismes, nous avons la responsabilité de rappeler à tous nos compatriotes comment la France s’est construite et contre quoi elle s’est battue pour exister ».

3 millions de victimes

S’inspirant du chant « la Strasbourgeoise » entonné plus tôt par la chorale du Lycée militaire, Serge Gouteyron, sous-Préfet d’Aix-en-Provence, a évoqué «…ces jeunes appelés partis par milliers au combat pour sauver la patrie et qui ont permis à tous le jeunes d’aujourd’hui de vivre en paix ». Un frisson d’histoire prolongé par la sonnerie aux morts et par « La Marseillaise ».

Dans cette grande nécropole dédiée aux morts des deux grandes guerres, c’est à l’unisson que jeunes collégiens, anciens combattants, élus et citoyens ont permis le temps d’une matinée de se souvenir des 3 millions de victimes que fit la Première Guerre Mondiale sur le territoire national.

Pour prolonger la Marche du matin, et dans le cadre du Centenaire de l’Armistice de 1918, une rencontre intergénérationnelle a eu lieu en fin d’après-midi au collège La Chesneraie à Aix-en-Provence. A cette occasion, Martine vassal a lancé un message aux jeunes élèves. « Je souhaite que chacun d’entre vous continue à tenir ce rôle de passeur de mémoire, de messager, pour transmettre à toutes les générations les valeurs de patriotisme et d’attachement à la France, qui consolident notre pays par un enracinement dans des valeurs communes. C’est d’abord ça le vivre ensemble ! ».

Une manière de les sensibiliser au devoir de mémoire dont ils seront plus tard les dépositaires.

 

 

27.09.2018