Le festival de Cannes passe par le collège Château Forbin

Le festival de Cannes passe par le collège Château Forbin

La réalisatrice Cécilia de Arce a tourné son premier court-métrage produit, « Mardi de 8 à 18 », au collège Château Forbin, à Marseille. Elle est sélectionnée pour la 58e semaine de la critique du Festival de Cannes qui commence mardi 14 mai. Moteur.

On croit que rien ne ressemble plus à un collège qu’un autre collège, avec ses salles de classe, sa cour et ses élèves joyeux et souvent bruyants… Eh bien c’est faux ! La réalisatrice Cécilia de Arce a choisi le collège marseillais Château Forbin, situé dans le 11e arrondissement, pour y tourner son premier court-métrage. Une telle réussite qui amène la jeune femme à être sélectionnée au Festival de Cannes qui démarre le 14 mai pour s’achever le 25 mai, dans le cadre de la 58e semaine de la critique.

« Le film s’est fait si vite : je l’ai tourné en février à Marseille, et il part au Festival de Cannes maintenant », commente-t-elle. Et elle avoue : « Je ne réalise pas ! ».

La jeune réalisatrice de 26 ans cherchait un bâtiment coloré pour y tourner cette histoire de surveillant, « de pion », au milieu des collégiens et des profs. « J’ai moi-même été pionne et j’avais envie de raconter une histoire autour de ce métier spécial, où l’on a beaucoup de responsabilités vis-à-vis des enfants mais aussi peu au niveau de l’administration. » Elle visite avec son équipe pas mal d’établissements mais se décide pour Château Forbin. « Pour pas mal de raisons, détaille-t-elle : la principale du collège est accueillante et formidable, l’équipe pédagogique également. » Et, ajoute son assistante et néanmoins amie Alexia Lobut, « les volumes sont intéressants, on y trouve des mosaïques réalisées par les élèves. » Et partout de la couleur.

Des vocations déclenchées chez les collégiens

C’est donc en plein hiver que l’équipe a débarqué régulièrement. Pour y effectuer les repérages nécessaires au tournage, et choisir les figurants parmi les élèves. « Nous comptons 500 collégiens ici et une cinquantaine a participé au tournage », précise Béatrice Santelli, la principale du collège. « Nous avons sans aucun doute déclenché des vocations », s’enthousiaste Cécilia de Arce, ravie d’avoir fait tourner ces jeunes « si naturels dans l’improvisation et devant la caméra. »

Si le tournage a principalement eu lieu pendant les vacances de février, l’effervescence semble encore présente dans le collège : « Nos figurants étaient là à 8 heures du matin ; ça leur a ouvert l’esprit sur autre chose ! » Béatrice Santelli considère que « ce tournage est un plus » pour son collège.

Mais pas seulement pour Château Forbin. Car « Mardi de 8 à 18 » a été sélectionné pour la 58e semaine de la critique au festival de Cannes. Une opportunité gigantesque pour la jeune réalisatrice, qui se souvient avoir pleuré 25 minutes après avoir reçu le message de sa production lui annonçant la nouvelle. « Aller à Cannes, c’est bien sûr une visibilité extraordinaire pour notre travail. » Le film est projeté le 21 mai. Il partira ensuite à la cinémathèque de Paris et en Corse, et sera diffusé sur France 3.

Cécilia de Arce a promis de revenir au collège probablement en septembre pour leur montrer le court-métrage : « J’ai hâte de voir la réaction des gamins. Tous ont des capacités d’acteurs inespérés. » La principale du collège, Béatrice Santelli, attend ce moment elle aussi avec une belle impatience. Peut-être accueillera-t-elle alors une lauréate du Festival de Cannes…

 

Ch. F.-K.

14.05.2019