Manger autrement au collège, c’est possible

Manger autrement au collège, c’est possible

Bien manger à la cantine...c’est le défi quotidien des chefs cuisiniers des collèges des Bouches-du-Rhône. Et c’est le pari relevé par quelque 80 collèges inscrits dans le dispositif «Manger autrement au collège» initié par le Département.

Au collège Louis Pasteur à Istres, près de 80% des repas sont préparés à base de fruits et légumes de saison issus de l’agriculture locale. Ce jour, le 14 septembre, au menu de la cantine : millefeuilles de tomates à la brousse d’Aix-en-Provence, caillettes provençales de Tarascon,  courgettes farcies au taureau bio de Saint-Martin-de-Crau ou encore fruits frais du jour en provenance de Cabannes et de Saint-Mitre-les-Remparts. Le tout cuisiné sur place sous la houlette du chef cuisinier Julien Do. Et c’est comme ça tous les jours.

Eduquer aux goûts et soutenir les producteurs locaux

Une performance rendue possible grâce au dispositif « Manger autrement au collège » initié par le Département et déployé dans près de 80 collèges des Bouches-du-Rhône. Les collèges qui adhèrent au dispositif bénéficient en effet d’une aide du Département pour l’achat de fruits et légumes frais, du terroir ou issus de l’agriculture biologique, de modules de formation pour les chefs et leurs seconds et de projets éducatifs pour les collégiens. Et c’est l’option prise par le collège Louis Pasteur pour éduquer les 360 demi-pensionnaires aux goûts et aux saveurs tout en leur assurant un repas sain et équilibré dans la journée. « Mais également une façon de lutter contre le gaspillage alimentaire et de soutenir les agriculteurs locaux » a insisté Martine Vassal, présidente du Département, le 14 septembre, lors d’un déjeuner à la cantine du collège.

Un dispositif voué à s’amplifier

Aux côtés du maire François Bernardini et de Valérie Guarino, conseillère départementale, déléguée à l’Education, Martine Vassal s’est montrée «proactive» pour amplifier le dispositif et convertir tous les collèges publics des Bouches-du-Rhône au dispositif. Ce dernier s’inscrit en effet dans le cadre du Plan Charlemagne lancé en cette rentrée par le Département et qui vise à offrir aux collèges publics et privés de Provence les conditions pour une scolarité réussie grâce à un investissement de 2,5 milliards d’euros sur 10 ans (2017-2027).

Une cuisine autonome dans chaque collège

«Les Bouches-du-Rhône sont le premier producteur français de fruits et de légumes et le Département a choisi d’installer dans chaque collège public, une cuisine autonome, avec une équipe autour d’un chef cuisinier, pour proposer des repas de qualité et équilibrés. En parallèle, les chefs cuisiniers s’engagent sur des produits locaux et de saison» a expliqué Martine Vassal avant de sonder dans la demi-pension les élèves sur le contenu de leur assiette. Et ils sont plutôt satisfaits comme Noah pour qui «C’est bon, c’est même très bon » ou Chiara qui a apprécié les courgettes farcies. «C’est compliqué de donner le goût aux enfants, il faut prendre du temps et les accompagner » explique Julien Do, très engagé et qui ne ménage pas ses efforts pour leur faire découvrir les produits du terroir. Et les résultats sont là : ce midi, à l’issue du repas, les assiettes sont quasiment vides !

Encadré

Pour inciter les collèges des Bouches-du-Rhône à s’inscrire dans le dispositif « Manger autrement au collège », le Département a mis en place une plateforme baptisée « Agrilocal » qui met en contact direct les chefs cuisiniers des établissements et les agriculteurs locaux.

14.09.2017