Martine Vassal : "Être plus efficace dans les actions de prévention"

Martine Vassal : "Être plus efficace dans les actions de prévention"

Hier, le Forum Santé de "La Provence" a fourni une série de conseils pourmieux vieillir et éviter les chutes.

Au fur et à mesure que s’accroît l’espérance de vie, augmente la problématique du "comment bien vieillir" et de la prévention de la perte d’autonomie.

C’était le thème du Forum Santé, proposé hier par La Provence, en partenariat avec le Conseil départemental et l’Assistance publique hôpitaux de Marseille(APHM), à l’hôtel du Département (4è).

250 lecteurs y ont participé."C’est une opération de prévention citoyenne que notre journal engage pour une année" , a souligné Philippe Schmit, rédacteur en chef de La Provence, qui a ouvert la rencontre au côté de Martine Vassal, présidente du Conseil Départemental.

Les professeurs Jean-Noël Argenson, chirurgien (CHU Sainte-Marguerite, Institut du mouvement et de l’appareil locomoteur), et Patrick Villani, gériatre à la Timone, ont évoqué la première cause de mortalité des plus de 65 ans : la chute.

Les chaussures, c’est vital

"Nous, on intervient en bout de chaîne, a commencé le Pr Argenson, et ce que nous souhaiterions, c’est que vous n’ayez pas à venir nous voir." Frappant les esprits d’entrée de jeu, il a martelé : "30 secondes, c’est le temps qu’il faut pour se mettre parterre ; 30%, c’est le taux de mortalité des 75 ans et plus dans l’année qui suit une chute ; un tiers, c’est le nombre de patients qui retrouveront leur autonomie."

Les services d’urgences marseillais (Nord et Timone) traitent un peu plus de 1000 fractures du col du fémur par an. Contrairement aux idées reçues, "quel que soit l’âge du patient, il est plus grave de ne pas opérer que d’opérer", a continué le chirurgien.

Le Pr Patrick Villani a enchaîné sur la prévention. "La chute, c’est un enjeu de santé publique et économique qui cause plus de 10000 décès par an en France et coûte un milliard d’euros à la solidarité nationale." Comment l’éviter ? En aménageant son logement d’abord :ne pas laisser des objets traîner au sol, fixer les fils, mettre un éclairage suffisant dans les lieux de passage, proscrire sols glissants, tapis, animaux domestiques…" Et les chaussures ! a lancé le Pr Villani, un problème majeur.

Oubliez mules, sandales, chaussures de sport ou de rando à semelle épaisse. Il faut avoir le pied bien harnaché, dans une chaussure à semelle fine et antidérapante. La bonne vieille Mephisto, quoi ! "Le médecin a également parlé d’ateliers gratuits, pour apprendre à se relever lorsqu’on tombe par exemple. "40% des personnes qui restent à terre plus de trois heures vont décéder dans les six mois qui suivent la chute", a-t-il alerté.Autre acte de prévention important: l’activité physique."J’ai un faible pour le taichi qui, en découpant le mouvement, permet d’augmenter la vitesse de marche." Musculation, danse, rythmique (avec examen médical) sont tout aussi recommandés.

Fragilité osseuse

La prise de psychotropes (somnifères, anxiolytiques) ou d’alcool fait partie des facteurs favorisant la perte d’équilibre. L’ostéoporose et l’arthrose en sont d’autres. Pour améliorer la prise en charge, l’APHM a mise n place une filière de soins consacrée à la fragilité osseuse au Centre de référence de l’ostéoporose (hôpitaux Sud). "Un rare exemple en France où les médecins interviennent directe-ment dans les services de chirurgie orthopédique", selon le Pr Argenson.

Un regroupement de compétences qui permet une prise en compte globale et "d’établir des diagnostics précis permettant de corriger certains critères de fragilité", a complété le Pr Villani. Ces évaluations gériatriques peuvent se faire lors de séances de 4 ou 5 heures ou, "pour les cas les plus complexes,d’une hospitalisation de quatre semaines".

Martine Vassal : "Être plus efficace dans les actions de prévention"

"Mieux profiter de cet âge qui s’ouvre à vous." Martine Vassal a accueilli les participants au Forum Santé dans l’hémicycle des séances plénières de l’hôtel du Département.

L’occasion pour la présidente (LR) du Conseil départemental de rappeler les engagements de la collectivité pour "être plus effi- cace dans les actions de prévention". Notamment sur "le maintien à domicile". "Le budget alloué à ces actions de prévention est passé de 135000 à 500000 Euros."

La présidente du Conseil Départemental a également évoqué "Quiétude13", le dispositif de télé alarme dont le montant mensuel a été ramené de 13 à 10 ¤ et "devrait encore baisser", d’après Maurice Rey, conseiller départemental délégué au bel âge. Le bel âge qui aura aussi ses Maisons à partir de septembre - dans un premier temps, trois seront implantées à Marseille - où les seniors pourront effectuer formalités administratives, accéder à internet et "éviter de se retrouver seul".

23.06.2017