Un mois de " Mars bleu " contre le cancer colorectal

Un mois de " Mars bleu " contre le cancer colorectal

Le cancer colorectal est le 3ème le plus fréquent en France. Durant tout le mois de mars, de nombreuses manifestations nous incitent à prendre conscience de la nécessité du dépistage gratuit. Une lutte bien entendu soutenue depuis des années par le Département.

" Ca me crève le cœur de voir des patients à un stade de cancer avancé alors qu'il aurait pu être détecté à temps ". C'est presqu'un cri de colère que pousse Jean-François Seitz, cancérologue et vice-président d'Arcades à l'occasion de la présentation de l'opération " Mars Bleu ". Et il y a de quoi puisque les chiffres parlent d'eux-mêmes : si ce cancer est dépisté tôt, il se guérit 9 fois sur 10. Pourtant, en France, le taux de participation de la population est autour de 30% contre 71% chez nos voisins néerlandais. Pour le docteur David Benardini, gastro-entérologue à Aubagne et secrétaire général de la société Française d'endoscopie, " c'est aussi un problème de mentalité. Pour les patients, c'est toujours difficile d'accepter de se faire dépister et parfois ils occultent la prévention. Pourtant, c'est essentiel ".

Cinq fois plus de décès que la route

Car le cancer colorectal a enregistré 17 833 décès en 2015, le positionnant au deuxième rang des décès par cancer, et fait cinq fois plus de victimes que les accidents de la route. Et s'il fallait un argument économique, il suffit de se pencher sur le coût de traitement de cancer avancé, soit 2.1 milliards d'euros, alors que le financement de la prévention est de 75 millions d'euros. Cette prise de conscience collective se traduit par la mobilisation de tous les acteurs locaux, les collectivités et les partenaires nombreux. Pendant le mois de mars, plusieurs manifestations sportives, culturelles ou de prévention se dérouleront dans le département. A commencer le dimanche 4 mars par le coup d'envoi du match OM-Nantes à l'Orange Vélodrome par Basile Boli, parrain de Mars Bleu. Le point d'orgue sera le samedi 17 mars au stade Jean Bouin à Marseille pour un grand rendez-vous familial : " Marseille Bleu ". Au cours d'une journée ludique, sportive, caritative et solidaire, le public aura l'occasion de courir pour soutenir la prévention et de prendre tous les renseignements pour se faire dépister.

Le test ? La ceinture de sécurité contre le cancer du colon

Et pour encourager la prévention, depuis deux ans, le test de dépistage est beaucoup plus simplifié. " Avant, il fallait plusieurs prélèvements pour certifier le dépistage avec le test Hémoccult II. Aujourd'hui, avec le test immunologique, un seul prélèvement suffit. Il s'agit d'une recherche de sang dans les selles, donc une plus grande fiabilité puisque cette méthode permet de détecter deux fois plus de cancers ", argue le docteur Bernardini. Ce test s'adresse aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans. Et s'il est encore distribué par les médecins généralistes, une mesure gouvernementale devrait rétablir l'envoi automatique chez le patient. " C'est ce qu'on espère pour 2018, car on sait que le contact direct est un facteur de mobilisation plus important " précise Jean-François Seitz. Car Arcades, cheville ouvrière de la détection, espère qu'avec l'aide de tous, et notamment du Département qui soutient l'association par des financements, le taux de participation atteindra bientôt les 40% dans le Bouches-du-Rhône. A l'échelon national, cela représente 10 000 vies sauvées en plus…

28.02.2018