Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

« L’éducation sera au cœur des Etats Généraux de la Provence »

« L’éducation sera au cœur des Etats Généraux de la Provence »

Monsieur le Président,
Monsieur le Recteur,
Madame le Proviseur,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,

Je suis heureuse d’être parmi vous ce matin pour plusieurs raisons.
D’abord, parce que la cité scolaire Honoré Daumier fait partie du canton de Marseille 10 dont je suis l’élue avec Lionel Royer-Perrault.
Ensuite parce que nous célébrons le cinquantième anniversaire de l’une des grandes institutions scolaires de notre ville de Marseille et parce que nous inaugurons d’importants travaux de reconstruction entrepris par le Conseil régional avec le concours de la collectivité départementale.
Enfin et surtout parce que l’avenir de la jeunesse, à travers notre action dans les collèges, constitue l’un des principaux axes de travail que je veux impulser clairement à la tête du Conseil départemental.
Dans le droit fil des engagements pris pendant la campagne électorale, je souhaite que trois principes essentiels guident notre politique.

Premièrement l’exigence républicaine. Personne ne doit être laissé au bord du chemin : tout doit être fait pour lutter contre un décrochage scolaire qui malheureusement s’aggrave, et pour accompagner davantage des jeunes de plus en plus en souffrance.
Par exemple, nous lancerons des actions ciblées et percutantes afin de préserver et de renforcer la santé des adolescents.
L’exigence républicaine, c’est aussi de protéger les jeunes. Même si elle est nécessaire, la médiation sociale n’est pas suffisante.
Il convient de généraliser la vidéo-protection pour sécuriser l’intérieur et les alentours des collèges. Nous le devons notamment aux enfants les plus fragiles qui sont les plus exposés au harcèlement ou à la violence qu’elle soit verbale ou physique.

Deuxièmement l’adaptation aux mutations du monde. Le collège doit être pleinement connecté aux évolutions de notre société sans pour autant en être dépendant.
A cet égard, le programme Ordina 13 dont le coût est très élevé pour notre collectivité sera remis à plat après une large concertation notamment avec vous, Monsieur le Recteur, mais également avec les enseignants, les parents d’élèves et les élèves eux-mêmes.
Ma conviction, c’est qu’une tablette numérique doit demeurer un prêt pour l’élève et ainsi être rendue à la fin de la scolarité afin d’être réutilisée.
S’adapter au monde tel qu’il est, c’est aussi l’apprentissage des langues étrangères.

De ce point de vue, je suis inquiète de constater que, dans la réforme du collège présentée par le gouvernement, les classes européennes disparaissent purement et simplement.
Je regrette cette erreur politique alors que nous connaissons le retard que notre pays a pris sur la maîtrise des langues étrangères.
Oui, l’apprentissage d’une ou plusieurs langues étrangères est incontournable pour obtenir un emploi dans le secteur privé ou public.

Cela me permet de faire le lien évident avec le troisième principe fort de notre politique, la préparation de l’avenir de nos jeunes.
Avec un objectif primordial : favoriser leur insertion professionnelle et leur entrée dans le monde du travail.
Je veux que les collèges, dans les Bouches-du-Rhône, soient davantage tournés vers les acteurs de l’économie locale.
Pour les élèves motivés qui le souhaitent, il est nécessaire de créer de véritables passerelles avec nos entreprises et notamment les TPE-PME dans l’ensemble de notre département.
Dans cet esprit, nous devons développer de manière intensive les partenariats avec les chambres consulaires et les centres de formation.

Monsieur le Président, Monsieur le Recteur, Mesdames et Messieurs, telle est ma vision d’un collège attaché à la promotion des valeurs républicaines, ouvert sur le monde et qui prépare l’avenir de notre jeunesse.
Cette vision, je veux la partager avec tous les acteurs de la communauté éducative de notre département : les enseignants, les parents d’élèves, les personnels d’éducation, les associations.
Cette vision, je veux la partager avec l’Etat, Monsieur le Recteur, les autres collectivités territoriales, et notamment le Conseil régional, Monsieur le Président, parce que ce combat pour la jeunesse doit tous nous rassembler.

C’est pourquoi l’éducation sera au cœur des Etats Généraux de la Provence dont j’ai annoncé hier l’organisation pour le mois de septembre. 
Ces Etats Généraux de la Provence seront l’occasion unique de remettre à plat l’ensemble des politiques publiques de notre Conseil départemental.
Ce sera l’occasion unique d’impulser pour la Provence un nouveau souffle économique, social, culturel et bien sûr éducatif.
L’ensemble des forces vives de notre territoire seront conviées à repenser l’action publique et les partenariats privés dans les Bouches-du-Rhône.
Le travail sur notre politique éducative constituera un moment crucial de ces Etats généraux de la Provence.

Car l’avenir de notre territoire, c’est avant tout la jeunesse.
Cette jeunesse que vous représentez aujourd'hui,
Cette jeunesse courageuse,
Cette jeunesse audacieuse,
Cette jeunesse ambitieuse,
Cette jeunesse qui ne ressemble à personne et qui doit s’inspirer de ce que disait Marcel Pagnol : « Soyez vous-même, c’est votre seule chance d’être original ! ».

Le 17 avril 2015