Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Au Recyclodrome, les déchets des uns font le bonheur des autres
Solidarité

Au Recyclodrome, les déchets des uns font le bonheur des autres

13/02/2020

Acteur à part entière de l’économie circulaire, la Ressourcerie de la rue d’Aubagne, à Marseille, donne une seconde vie aux objets en les retapant.

Mercredi, 10h15, rue d’Aubagne. A peine passée l’heure d’ouverture, la boutique de l’association Recyclodrome accueille déjà son lot de clients. « C’est bien 1 euro les 10 livres ?  », demande au vendeur une habituée, casquette vissée sur la tête et un gros sac prêt à accueillir la marchandise convoitée. « Oui, on a eu un gros arrivage, il faut que ça parte ! »  « J’ai vu sur votre page Facebook que vous aviez un gros stock à écouler, c’est pour ça que je suis venue !  ».

La cliente repart avec une trentaine d’ouvrages sous le bras. Pas assez pour faire disparaître la montagne de bouquins qui débordent des bacs posés à l’avant du magasin…

Livres, meubles, vaisselle, habits, électroménager… Au Recyclodrome, on trouve de tout. Des objets auxquels cette Ressourcerie, soutenue par le Département, donne une nouvelle vie et qui sont vendus à tous petits prix dans la boutique du quartier de Noailles.

 

« Tout est nettoyé, réparé, valorisé »

« Le Recyclodrome est un point de collecte, explique Giulia Manfrin, chargée de gestion administrative et financière au sein de l’association. Les gens peuvent venir ici se débarrasser de choses dont ils ne veulent plus. Tout est nettoyé, réparé, valorisé dans notre atelier de la rue du Château-Redon avant d’être mis en vente à la boutique. »

L’association propose également un service payant de débarras écologique : les techniciens se rendent chez les particuliers pour vider appartements et caves mais aussi chez les professionnels ou dans les collectivités. Ainsi le Département a fait appel à plusieurs reprises au Recyclodrome pour débarrasser le mobilier, entre autres, des collèges Milhaud, Longchamp ou encore Vincent Scotto.

Chaque année, ce sont près de 50 tonnes de matériel qui transitent par l’atelier de la rue Château-Redon avant d’être triées. Ce qui ne peut être ni réparé ni vendu part au recyclage.

 

Consommer autrement

« Le principe du Recyclodrome, c’est vraiment de réemployer un maximum de déchets, insiste Giulia Manfrin. Réemployer ne consomme pas d’énergie, ne génère pas de bilan carbone. »

Dans la boutique de la rue d’Aubagne, l’argument fait mouche. Sarah, qui fouille le rayon vêtements pour trouver un pull à sa fille, dit venir au Recyclodrome « par économie mais aussi par éthique ». « On vit dans une société de gaspillage, déplore la quadragénaire. Il faut arrêter d’être égoïste, on ne peut plus consommer de la même façon. On le doit à nos enfants. J’achète de moins en moins de produits neufs pour essayer de préserver la planète ».

 

« Un lieu qui crée du lien social »

Léa, 21 ans, est en mission Service civique dans l'association depuis à peine trois semaines.  « Ici, on a l’impression de faire quelque chose d’utile pour l’environnement. » Et d’ajouter : « Le Recyclodrome, c’est aussi un lieu qui crée du lien social. Il y a beaucoup d’habitués, beaucoup de gens du quartier qui viennent passer un moment ici».

Ce lieu qui fédère Noailles et qui a attiré plus de 2 000 adhérents l’an dernier a pourtant connu une baisse de fréquentation en 2019. Si l’association a quelque peu repris son souffle ces derniers mois, elle dépend pour beaucoup des aides publiques, dont celle du Département.

La Ressourcerie, née en 2004 et pionnière dans la région Paca, peut toutefois s’enorgueillir d’employer six personnes dont quatre techniciens en contrats aidés. Elle peut également compter sur deux à trois services civiques par an.

Avec leur économie vertueuse et respectueuse de l’environnement, les Ressourceries créent de l’emploi : dans la région, ces structures emploient un peu moins de 400 salariés.

Le Département accompagne les associations

Les subventions aux associations constituent l’un des axes majeurs des politiques volontaristes conduites par le Département. Chaque année, 90 millions d'euros sont attribués au tissu associatif au titre de l'aide facultative. Ce sont près de 4 000 associations qui bénéficient ainsi du soutien financier de la collectivité.

Vous êtes à la tête d’une association ? En cliquant ici, vous trouverez le guide des aides aux associations du Département ainsi que des fiches conseils pour gérer au mieux votre association.

J.K

Infos pratiques

Lieu

Boutique Recyclodrome
47, rue d’Aubagne
13 001 Marseille
Ouvert tous les mercredis et chaque premier et troisième samedi du mois de 10h à 18h.

Site web

http://www.recyclodrome.org/