Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Comment le Département anticipe les effets du papy-boom
Retour sur...

Comment le Département anticipe les effets du papy-boom

07/03/2017

Les 2es Assises nationales du vieillissement se tiennent à l’Hôtel du Département durant deux jours les 7 et 8 mars en présence des acteurs venus de toute la France qui travaillent au quotidien sur les questions relatives à l’allongement de la durée de vie et à la prise en charge de la dépendance.

De 1,4 million aujourd’hui, les personnes âgées de plus de 85 ans seront au nombre de 5 millions en 2060. Si ces chiffres peuvent faire tourner la tête par les enjeux qu’ils soulèvent dans la future prise en charge de la dépendance des personnes âgées, le vieillissement de la population peut également être une chance pour une société, comme l’ont rappelé les intervenants lors de l’ouverture des 2e Assises nationales du vieillissement à l’Hôtel du Département à Marseille.

Echanger sur les bonnes pratiques

Les quelque 400 participants à ce grand rendez-vous, associations, professionnels de santé, collectivités, CCAS… planchent durant deux jours, dans le cadre d’ateliers et de séances plénières, sur les solutions nouvelles et les dispositifs à mettre en œuvre pour mieux répondre aux enjeux du vieillissement de la population. Perte d’autonomie, maintien à domicile, isolement et solitude, soutien des aidants, qualification du personnel… toutes les questions sont abordées avec pour objectif d’échanger et de mutualiser les bonnes pratiques et les expériences menées en France. A l’instar de Brigitte, responsable du maintien à domicile au sein d’un CCAS, à l’affût d’informations pour mieux former les agents qui interviennent chez les personnes âgées : « Nous sommes directement confrontés à une population vieillissante, souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, et nos personnels ont besoin d’être formés. C’est une priorité notamment dans les dimensions des relations humaines et psychologiques».

Repenser l’action publique

Pour les acteurs en charge des personnes âgées, les attentes sont nombreuses et ce n’est un hasard si c’est le Département qui accueille cette manifestation nationale comme le souligne Philippe Boyer président d’Idéal Connaissances, structure organisatrice des Assises : « Avec la nouvelle loi d’adaptation de la société au vieillissement, les départements sont les chefs de file du vieillissement ». Plus encore, pour Jean-Michel Caudron, consultant en ingénierie gérontologique, cette nouvelle loi est une chance de repenser les politiques publiques en faveur des personnes âgées. Par exemple, pour revaloriser les compétences des professionnels qui interviennent à domicile ou encore pour réinventer l’aide aux aidants ». Bref, en 2020, les baby-boomer seront devenus des papy boomer, et ces Assises apporteront certainement des réponses pour anticiper les enjeux de la révolution grise.

Un plan d’actions en faveur du « bel âge »

« Dans les Bouches-du-Rhône, un quart de la population a plus de 60 ans, soit plus de 500 000 personnes. Nous sommes le deuxième département de France des plus de 80 ans et cette tendance va évidemment s’amplifier dans les prochaines années » a rappelé Maurice Rey, Conseiller départemental délégué aux personnes âgées, en ouverture des Assises nationales du vieillissement à l’Hôtel du Département. Face à ce constat, le Département a engagé depuis 2015 un plan d’actions en faveur du bel âge. Ce plan, déjà en œuvre, devrait s’appuyer en 2017 sur un budget en augmentation de 4% à 281 millions d’euros. Il prévoit notamment la création de 600 places en résidence autonomie dans les Bouches-du-Rhône, l’ouverture d’ici le mois de septembre de «Maisons du Bel âge», lieux de proximité pour rompre l’isolement des personnes âgées, la création de structures de répit pour soulager les aidants ou encore l’augmentation du nombre de places en Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Infos pratiques