Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Concours des collèges fleuris : nos enfants ont vraiment la main verte !
Education

Concours des collèges fleuris : nos enfants ont vraiment la main verte !

20.05.2019

A l’instar des Villes et Villages fleuris, le concours des collèges fleuris récompense les plus beaux jardins potagers. Une belle manière de s’approprier les questions d’environnement et de protection de la planète. Témoignages au collège Henri Wallon de Martigues.

Gants verts, dos courbés, tuyau d’arrosage bien en main : au collège Henri Wallon de Martigues, les activités au cœur du jardin potager sont intenses chaque lundi. Objectif : remporter le concours des collèges fleuris organisé par le Département des Bouches-du-Rhône, en s’inspirant de l’action de Provence tourisme et du concours des Villes et des Villages fleuris.

Dans le collège martégal, à l’heure de la pause du déjeuner, ils sont en moyenne une quinzaine d’élèves à laisser les cartables et les sacs et à s’emparer d’outils de jardinage : ils mettent les mains dans la terre pour gérer et faire grandir ce petit jardin qui, s’il ne sent pas la noisette, abrite cependant des effluves revigorants dans ce cadre urbain.

« Les filles, qui veut ramasser des carottes avec moi ? », appelle le professeur d’éducation musicale Marc Demaria, qui entoure les apprentis jardiniers avec notamment Véronique Bayle, professeure d’anglais. Dans ce joli jardin, autrefois bâti sous forme géométrique par le prof de maths, des coquelicots, des tomates, des salades magnifiques qu’on emporterait bien chez soi, des « zharicots » comme disent les filles, des plantes aromatiques, bref « des fruits et des légumes de saison » précise Lou, chargée de s’occuper du poulailler et des trois poules. « Je vous présente Bobby, Hermione et Thierry », spécifie-t-elle tout en balayant l’espace clos réservé aux poules qui chaque jour pondent plusieurs œufs, distribués tous les vendredis aux élèves du collège. « Ici, c’est un peu plus calme que dans la cour de récréation. Et j’aime beaucoup les animaux. Plus tard, je serai maître-chien dans les Douanes, confesse la jeune fille élève de 5e ».

Thématique du potager

Comme elle, une quinzaine de garçons et de filles ont pris part au projet et veulent gagner le concours. Il faut dire que les professeurs y mettent beaucoup de leur temps et de leur énergie : « Là, j’ai créé de la culture sur butte, plus loin, les garçons qui aiment bricoler ont construit le poulailler et les caisses qui servent au compost. » Marc Demaria est fier de ce domaine et de l’engagement des collégiens, lui qui était d’abord parti sur un projet en permaculture avant de répondre au thème du concours, sur la thématique du potager. Il a réussi un savant mélange.

Véronique Bayle a accompagné les élèves en voyage scolaire dans le Vercors pour une meilleure approche de l’environnement. Du coup, quand Paloma et ses copines expliquent les bienfaits du « lombric compost », on observe sur son visage toute la satisfaction de l’enseignante. Et pour cause, puisque ces élèves, citoyens d’aujourd’hui et consommateurs de demain, prennent très au sérieux l’avenir et la protection de la planète. Au total 35 collèges dans le département participent à ce concours. Un jury départemental est chargé d’évaluer le projet avec différents critères pris en compte : la pédagogie, l’interdisciplinarité, l’implication des élèves, le travail de groupe, la méthode, la gestion environnementale, la valorisation du projet au sein du collège. Les lauréats seront connus le 6 juin.

A Martigues comme ailleurs dans d’autres collèges du territoire, on y croit !

Ch. F.-K.

Infos pratiques