Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Covid 19 : A la veille des fêtes, le Département table sur les tests rapides
Santé

Covid 19 : A la veille des fêtes, le Département table sur les tests rapides

08/12/2020

Ce 8 décembre, il y avait foule sur l’esplanade de l’Hôtel du Département à Marseille pour l’opération de tests rapides de dépistage du Covid 19. Organisé conjointement par le SDIS 13, le Département et la Métropole, ce dispositif innovant fait partie d’un arsenal de mesures anti-Covid dans un contexte sanitaire qui reste fragile avant les fêtes.

« Je suis venu avant tout pour protéger ma femme et mon tout jeune bébé. C’est important de savoir si on est positif, surtout avant les fêtes ». C’est en passant ce matin sur l’esplanade de Saint-Just (Marseille 4e) que Benjamin a eu l’idée de venir se faire tester. Pour lui, comme pour beaucoup de volontaires, c’est la préparation des fêtes de Noël qui est en point de mire.

 

Des machines de tests dernière génération

Pour cela, il a pu s’appuyer, comme de nombreux volontaires, sur le dispositif mobile de tests anti-covid PCR, PCR rapides et antigéniques déployé par la collectivité et ses partenaires. Un équipement à la pointe doté des dernières machines de tests rapides. Huit de ces machines ont été acquises par le Département et la Métropole. Un véritable gain de temps dans la détection du virus. « Ces nouvelles machines nous permettent d’avoir le résultat des tests en 20 minutes, et donc d’identifier immédiatement les éventuelles personnes positives », argue Isabelle Martel, Directrice du Laboratoire départemental d’analyses.

 

Une unité mobile d’intervention rapide

C’est là tout l’intérêt de ce procédé : intervenir très rapidement sur d’éventuels clusters afin d’endiguer la propagation du virus. Grâce un partenariat entre les pompiers du SDIS13, le Laboratoire départemental d’analyses (LDA) et sous l’égide du Département, tous les lieux susceptibles d’être des foyers d’infection peuvent être testés en moins de 24 heures. Ehpad, collèges, communes, maternelles, l’unité mobile intervient en déployant une berce, centre de commandement de l’unité et depuis peu une tente à bras dans laquelle les préleveurs placés sous une bulle sont isolés des personnes à tester. Claudine fait partie des équipes de testeurs. Et pour cette retraitée, ancienne pompière, reprendre du service pour le Covid, c’était naturel. « En cette période particulièrement délicate, on a besoin de tout le monde. Les personnes qui viennent se faire tester pour la première fois sont souvent stressées. Il suffit juste de leur expliquer la mécanique du test pour qu’ils aient moins d’appréhension ».

 

30 000 tests réalisés début décembre

Mais Claudine n’est pas la seule à donner de son temps pour aider à la réalisation de tests. Sous une tente à l’entrée, des jeunes de la « Team 13 » qui dépend du Département, accueillent les premiers arrivants. Kelly, en service civique, « s’investit sur des actions solidaires afin d’être à l’écoute des autres ». Les pompiers quant à eux, profitent de l’occasion pour expliquer d’autres expériences de prélèvement. « Nous travaillons sur le prélèvement des eaux usées en Ehpad, souligne Alexis, pompier au Groupement des risques industriels et technologiques. Chaque jour, nous allons relever les eaux usées de certains établissements afin de détecter des cas Covid, car c’est une population très fragilisée ».

 

Beaucoup de ces tests sont ensuite envoyés vers le LDA pour l’analyse des résultats. Depuis début décembre, les pompiers du SDIS13 ont réalisé près de 30 000 tests et le LDA en a analysé autant. Demain, l’unité mobile prend la direction du nord des Bouches-du-Rhône où des cas Covid auraient été détectés. Son intervention rapide permettra sans doute de réduire les risques de contamination. Elle sera à nouveau déployée sur l’esplanade de l’Hôtel du Département le 15 décembre, de 7h30 à 13 h

 

Tests de dépistage, comment s’y retrouver ?

Le test RT-PCRest le test de référence réalisé à partir d'un prélèvement naso-pharyngé. Il consiste à prélever des cellules nasales profondes à l’aide d’un écouvillon (une sorte de long coton-tige) que l’on insère jusqu’à 15 cm environ afin de rechercher du matériel génétique du Sars-Cov-2.

 

Le test dit “antigénique”se pratique comme le PCR, mais au lieu de détecter le génome du virus, il cherche des protéines virales et livre des résultats en 15 à 30 minutes sur une bandelette qui se colore.

 

Le test “PCR” rapide procède au même prélèvement que les deux précédents. Il est ensuite analysé directement par un automate sur place. Son avantage est d'avoir le résultat en 20 minutes. Mais on ne peut pratiquer que 3 tests en une heure.

 

Le test sérologique  se fait via une prise de sang et vise à détecter si le patient a développé des anticorps dirigés contre le Sars-Cov-2. Il peut aussi être pratiqué en pharmacie avec une simple goutte de sang grâce à un test rapide.