Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Jean-Maurice Rouquette, la disparition d’un maître de la culture provençale
Culture

Jean-Maurice Rouquette, la disparition d’un maître de la culture provençale

29.01.2019

Conservateur des musées arlésiens de 1956 à 1995, il aura été à l’origine du festival des Rencontres de la photographie, de la création du Musée départemental Arles antique. Il aura été à la tête du Museon Arlaten et du Musée Réattu. Il est décédé mardi à l’âge de 87 ans.

Avec la disparition de Jean-Maurice Rouquette, survenue le 22 janvier dernier, c’est une page d’histoire qui se tourne. Celle d’Arles bien sûr, puisqu’il fut le directeur du Musée Réattu pendant plusieurs décennies, le fondateur du Parc naturel régional de Camargue et le créateur du Musée départemental Arles antique. Il aura été à la tête du riche patrimoine arlésien et de quatre musées : le Museon Arlaten, le Musée Réattu, le Musée de l’art païen et le Musée de l’art chrétien. 

La Ville d’Arles perd un citoyen illustre et un conservateur, historien et spécialiste de la Provence antique et romane. « Son érudition était égale à sa générosité, son humour à sa malice : il évoquait avec certains visiteurs soucieux de modernité, que peut-être tout fut écrit, dessiné, peint et sculpté vers 500 ans avant notre ère en « Grèce antique, rappelle dans un communiqué l’équipe des Rencontres d’Arles. Cette remarque était toujours suivie d’un éclat de rire qui confondait l’audience. L’humaniste et le pédagogue employait souvent des chemins de traverse… ».

Jean-Maurice Rouquette est aussi considéré comme un précurseur de l’exposition photographique. C’est aux côtés du célèbre artiste arlésien Lucien Clergue qu’il fonde en 1965 la première section d’art photographique de France.

Et en 1970, il lance, toujours avec le photographe et avec l’aide de l’écrivain Michel Tournier aux Rencontres, qui accueillent chaque année plus de 125 000 visiteurs et font d’Arles l’une des capitales du 8e art au niveau mondial.

Le Département s’associe à la peine qui touche sa famille et toute la ville d’Arles.

 

Ch. F.-K.