Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Culture

La « Maison de la Harpiste » : un puzzle de 2000 ans en cours de reconstitution au MDAA

20/04/2021

Sous l’égide d’un spécialiste de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, les équipes du Musée départemental Arles antique ont commencé un puzzle géant : la reconstitution des peintures de la Maison de la Harpiste, un trésor insoupçonné de deuxième style pompéien mis au jour sur le site arlésien de la Verrerie. Elles vont s’atteler à assembler les milliers de fragments de peintures murales qui composent ces décors uniques en France.

La “Maison de la Harpiste”, dont le nom est inspiré par l’une des figures représentées sur ses murs, a déjà livré nombre de ses secrets. Ses pans exceptionnels de peintures murales et les milliers de fragments décoratifs découverts lors des différentes campagnes de fouilles archéologiques (2013-2017) ont révélé un trésor insoupçonné : la présence d’une riche demeure romaine, datée de 70-50 avant notre ère.


Une demeure aux fresques uniques en France

Cette maison romaine luxueuse aux peintures de deuxième style pompéien construite par des artisans venus d’Italie n’a pas fini de révéler ses trésors. Depuis le 19 avril, les peintures murales à fresque et ses milliers de fragments déposés et conservés au Musée départemental Arles antique, sont désormais passés au peigne fin sous la direction d’un spécialiste de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) qui, avec deux archéologues et une restauratrice du musée, vont faire ce puzzle fantastique que constituent ces décors uniques en France.

 


800 caisses de fragments à l’étude pour être remontés

Ainsi près de 800 caisses de fragments prélevées lors des fouilles ont rejoint la grande salle d’exposition du MDAA pour y être étudiés et remontés. Ce travail délicat et de longue haleine placé sous la responsabilité scientifique de Marie-Pierre Rothé, archéologue au MDAA  et Julien Boislève, toichographologue à l'Inrap, devrait s’achever en 2023. La quantité de matériel recueilli et le fort potentiel de remontage attendu devraient alors offrir à voir, l’un des ensembles de peintures murales de deuxième style pompéien les plus complets connus en France. À l'issue de l'étude archéologique, la restauration des décors (peintures recomposées et sols déposés lors de la fouille) permettra leur présentation dans les collections du musée à compter de 2026.

 

 

 

Des visites du chantier d'étude et de restauration

D’ici là, le MDAA a souhaité ouvrir au grand public ce fantastique chantier de remontage permettant aux visiteurs de voir les restaurateurs à l’œuvre. À compter du 17 mai, si les conditions sanitaires le permettent, un programme de visites, conférences et ateliers pour petits et grands est prévu pour donner à suivre au public cette formidable aventure.


Et à partir du mois de septembre l’aventure de la Maison de la Harpiste continuera dans un autre lieu : le Château d’Avignon aux Saintes-Maries-de-la-Mer.

 

 

Au programme, du 17 mai au 30 juillet 2021

 

♦ Visite au cœur du chantier

Les mercredis et vendredis à 14h30

Avec les archéologues, restaurateurs-restauratrices et médiateurs-médiatrices
> Durée : 1h30 – Gratuit – Réservation obligatoire au 04 13 31 51 48

 

♦ Visite « De la mosaïque aux enduits peints : Le quartier de Trinquetaille et les fouilles de la Verrerie de 1982 à 2017 »

Les jeudis à 14h30

Avec les médiateurs-médiatrices
> Durée : 1h – Gratuit – Réservation obligatoire au 04 13 31 51 48

 

♦ Les Journées Européennes de l’Archéologie « Focus sur la Maison de la Harpiste »

Les 18, 19 et 20 juin

Conférence, visites, ateliers…

 

D’autres propositions de visites, rencontres et ateliers enfants sont à consulter sur www.arles-antique.cg13.fr

A VOIR AUSSI :

Article >> La maison de la Harpiste ou le Pompéi de Provence

Les différents films >> sur les découvertes archéologiques lors de la campagne de fouille du site de la Verrerie sur la playlist Verrerie de Trinquetaille, le chantier de fouille sur la chaine Youtube du musée