Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Le handicap, grande cause départementale
Retour sur...

Le handicap, grande cause départementale

30.03.2018

Le Plan Handiprovence 2025 a été adopté en séance publique du Conseil départemental vendredi 30 mars, avec un investissement de plus de 350 millions d’euros pour faire de l’inclusion des personnes en situation de handicap une grande cause départementale.

30 mars 2018, une séance publique un peu particulière et empreinte d’émotions s’est déroulée au Conseil départemental des Bouches-du-Rhône. Emotions au pluriel car trois ans « quasiment jour après jour » après l’élection à la tête de l’Institution de Martine Vassal, un grand Plan en faveur du handicap a été voté à l’unanimité. HandiProvence 2025, c’est son nom, a été présenté par Sandra Dalbin, Vice-présidente déléguée aux Personnes handicapées, en présence symbolique de quatre personnalités du monde sportif et artistique (lire ci-dessous).

« Voilà trois ans que nos promesses sont tenues, nos engagements respectés, a souligné la Président du Département. Aujourd’hui, avec la présentation de ce Plan ambitieux, réaliste et qui répond aux attentes de la population en général et des personnes en situation de handicap plus particulièrement, nous entendons apporter des réponses efficaces, efficientes, innovantes et pérennes. Ce travail important a été réalisé, élaboré et concerté avec l’ensemble des associations de notre territoire. » Associations d’ailleurs invitées et présentes dans l’assemblée. 

Un bel élan

Les Bouches-du-Rhône, ce sont près de 132 000 personnes qui vivent avec un handicap. Le Plan Handiprovence 2025 entend répondre d’ici 2025 à toutes les problématiques soulevées par ces questions diverses, en investissant plus de 350 millions d’euros. Parmi les nouvelles orientations, certaines visent à mieux prendre en considération les situations particulières afin de faciliter les projets de vie, l’épanouissement, la participation à la vie sociale et la citoyenneté des personnes touchées par le handicap, mais aussi le droit au répit de leurs aidants. L’accessibilité, notamment dans les transports, les logements, mais aussi dans les collèges, le patrimoine départemental ou encore les cabinets médicaux, figure parmi les priorités. Il va s’agir également d’accompagner les projets de vie, notamment en termes de santé et d’emploi. Le Département va par ailleurs accompagner des initiatives inédites et modernes en phase avec l’évolution de la société, comme l’habitat regroupé, une forme de colocation intermédiaire entre l’habitat collectif et le domicile privé.

 « Avec ce Plan Handiprovence 2025, c’est un bel élan de l’ensemble de l’assemblée départementale que nous donnons à cette grande cause », s’est réjouie Sandra Dalbin.

Marina Russo et trois sportifs éblouissent l’assemblée départementale

Deux standings ovations. Il est rare qu’une assemblée politique montre à ce point une communion partagée par tous. La présentation du Plan Handiprovence 2025 a offert l’un de ces rares mais précieux moments où se mêlent sens, responsabilités, fierté et émotion. Trois sportifs étaient présents à la tribune aux côtés de Martine Vassal pour modestement présenter leurs parcours atypiques mais si brillants. Julien Rolet, snowboarder, rentre tout juste des Jeux Paralympiques, quand Rémy Taranto vise en aviron les prochains Jeux de Tokyo, alors que Nicolas Savant-Aira se remémore sa médaille de bronze en tennis de table obtenue à Londres. Tous ont un handicap mais tous ont su dépasser la difficulté pour réaliser des exploits et plus encore s’épanouir dans une passion, à force de détermination.

Et puis, Marina Russo, 25 ans, a raconté de sa si jolie voix une toute jeune existence où s’entremêlent talent, famille, amour et chanson : la faiblesse musculaire aurait dû l’emporter très jeune. Marina s’est battue, avec l’appui de ses proches et une force de caractère hors du commun, et la chance lui a enfin souri. Une chance qui est passée par la chanson, des rencontres dues un peu au hasard et beaucoup au travail : «Mon handicap est une force que je ne trouve pas dans mes muscles». Elle donne aujourd’hui des cours de chant et enregistre avec les plus grands, comme cet « Arc-en-ciel », la chanson du Téléthon 2013, avec Patrick Bruel, Benabar et Cali.

On comprend les standing ovations…  

Infos pratiques