Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Nicolas Navarro : Courir après son rêve

15/07/2021

Chaque année, le Département soutient des sportifs de haut niveau grâce à un dispositif de bourses. Dans la perspective des Jeux olympiques de Paris en 2024, nous faisons le portrait de ces Provençaux qui partent à conquête des méda

Le 8 août prochain, Nicolas Navarro va participer, à 30 ans, à ses premiers Jeux olympiques sur la distance mythique du marathon. Pourtant, il aurait très bien pu au même moment participer au Tour de France à vélo.

La vie en a décidé autrement.

C’est le rêve de tout athlète : participer un jour aux Jeux Olympiques. Nicolas Navarro en avait un autre : faire le Tour de France. Et ses premiers résultats de course sur route étaient encourageants. Mais sa carrière de futur professionnel s’est arrêtée un jour de sprint entre copains après une chute fatale. Résultat : trois vertèbres cassées et 3 mois d’immobilisation. “Je n’avais plus trop le goût à la compétition. J’avais 17 ans, les sorties et les copains ont eu raison de ma motivation”. Il continue de pédaler mais en amateur, pour le plaisir. Adieu le Tour.

CLASSÉ 8e AU MARSEILLE-CASSIS

Une décision finalement salvatrice puisqu’elle va lui ouvrir les portes d’un autre sport : la course à pied. Inspiré par son frère qui s’entraîne en trail, Nicolas va prendre goût à ce sport mais lui préférer les courses sur route. Et le sportif de 21 ans se révèle être un coureur doué et performant. Sa première course, il la fera dans son village natal de La Crau dans le Var, là même où plus jeune, il regardait les athlètes kenyans passer.

“On essayait de les suivre sur le parcours mais au bout de 50 mètres, on s’arrêtait”. Il terminera 7e au classement général.

De quoi lui donner des idées puisqu’un an après, il participera à son premier marathon. Mais il faudra attendre encore 5 ans pour que le déclic se fasse. Ce sera sur le “Marseille-Cassis” en 2016. “C’est la course qu’il faut faire si on est d’ici. Je me suis bien préparé et j’ai finalement terminé 8e”.

LA COURSE, UN NOUVEAU GRAAL

À partir de là, son objectif est clair : faire de ce sport son nouveau Graal. Il établit un programme avec son coach du Club Aix Athlé Provence et se lance dans la course. En 2019, son temps sur le marathon de Valence lui permet d'intégrer l’équipe de France et d'être sélectionné pour les Jeux olympiques de Tokyo. Tout va très vite pour ce trentenaire arrivé tard dans ce sport... jusqu'au premier confinement : “C’était très dur car en une semaine, j’apprends ma sélection et dans le même temps le report des Jeux. En plus, je ne pouvais courir qu’une heure autour de la maison. Autant dire rien. Comme tout le monde, je me suis posé beaucoup de questions”.

Depuis, sa préparation est millimétrée avec près de 220 kilomètres courus chaque semaine, en alternant piste et route. Côté hygiène de vie, c’est aussi la rigueur. “C’est mon point faible car j’adore bien manger. Mais pour les JO, il faut savoir faire des sacrifices”. Une motivation qu’il trouve aussi chez ses collègues de travail au Décathlon de Bouc-Bel-Air où il s’occupe de la partie cycle depuis 2012. “Sans ce travail, je ne pourrais pas vivre. Mais grâce à l'aide du Département* je peux m'équiper car je n'ai aucun sponsor. Heureusement, il y a aussi mon club et j'espère qu’avec les Jeux ça va bouger”.

Des Jeux qui seront forcément particuliers puisque sans public et sans contact entre athlètes. “Nous ne serons pas à Tokyo mais à Saporo, ce qui va nous éloigner de l’ambiance olympique. Mais quoiqu’il arrive, avec cette participation, mon année est déjà réussie”.

 

* Dans le cadre des bourses individuelles d'accompagnement pour les athlètes de haut niveau, Nicolas Navarro a reçu de la part du Département une aide de 3 000 euros.