Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

OM féminin : dans l’élite du football
Sports

OM féminin : dans l’élite du football

25/09/2019

L’équipe féminine de l’OM vient de rejoindre la D1. Matchs et entraînements se déroulent à l’OM campus. Rencontre avec la capitaine Caroline Pizzala et le coach Christophe Parra. Au cœur de l’élite.

L’OM Campus, quartiers Sud de Marseille, par un jour d’août un peu venteux : l’équipe élite de l’Olympique de Marseille féminine s’entraîne et se prépare à rencontrer quelques jours plus tard le club qui fait peur à beaucoup, l’OL. Autrement Lyon et ses stars du football féminin.

 

A Marseille, c’est un fait, l’équipe star, ce sont les garçons. Même si les résultats sont à la peine depuis quelque temps, il reste difficile d’exister à leurs côtés. On travaille, beaucoup, et le niveau est là, en progression constante. Pour preuve, l’équipe vient de rejoindre la D1.

 

Caronine Pizzala, capitaine de l’équipe et ancienne internationale, est la preuve que le talent, le travail, le mental, l’intelligence dans le jeu et hors du terrain font partie intégrante des qualités que l’on demande aux joueuses marseillaises. Elle, a 31 ans. Son expérience, son calme, son palmarès en ont fait la capitaine naturelle pour accompagner les plus jeunes, certes douées et un peu feu follet, mais qu’il faut cadrer. Parce que le football féminin n’est pas encore aussi professionnel que le football masculin. Et qu’il n’assure pas forcément un avenir en or. Malgré la Coupe du Monde qui a eu lieu cet été en France, les filles doivent penser à l’avenir : « C’est vrai que les médias et le public s’intéressent de plus en plus au foot féminin. C’est une bonne chose, analyse-t-elle. Sans doute depuis la Coupe du monde en 2011 en Allemagne, ça a pris de l’ampleur. Reste qu’il est nécessaire d’accompagner les jeunes filles. A 17 ans, la jeune joueuse doit continuer ses études et préparer l’après. » Caroline Pizzala parle d’expérience, elle qui a passé ses diplômes d’entraîneur et qui travaille dans l’équipe administrative de l’OM chaque après-midi… Après s’être entraînée tous les matins de la semaine.

 

Joueuse de football, c’est une passion avant tout, avec chevillés au corps et à l’âme le goût de la compétition, l’acharnement et la générosité en équipe, et l’envie du résultat.

 

Un football féminin plus structuré

Christophe Parra, cheveux longs à la Oswaldo Piazza, ironie mordante, mots passionnés, est le coach de l’OM féminine depuis 2011. Depuis la création d’une nouvelle section féminine après un arrêt de 25 ans. Il aime répéter cette phrase qui n’a rien d’anodine : « L’histoire cimente les clubs. »

 

Parti en bas de l’échelle, le club a posé ses fondations, patiemment, méthodiquement, en formant, en donnant des valeurs et en construisant une colonne vertébrale en termes d’attitude. « La Coupe du Monde l’été dernier, c’est très bien. Mais dans quelles conditions les joueuses en France vont-elles évoluer ? La parité dans le foot, et dans la vie tout court d’ailleurs, c’est à mes yeux un élément essentiel. » Et de détailler à quel point il est compliqué de mener de front une vie de sportive semi-professionnelle et des études : « Les instances du football français doivent accompagner la réussite de ces jeunes filles. » Ce moment charnière, Christophe Parra le décrit avec ses mots enflammés mais c’est aussi la clé d’un football féminin plus fort et mieux structuré.

 

Le club a créé un BTS, le lycée Marseilleveyre et le centre de formation de l’OM mettent en place des horaires ou des conditions d’entraînement plus favorables.

 

Pour sa 6e saison à l’OM, après 7 années passées au PSG, Caroline Pizzala garde sa motivation intacte. Comme ses partenaires sur le terrain tous les matins. Le championnat sera retransmis sur Canal + sport. La hargne, la gagne sont là. Mais, comme le répète le coach pendant l’entraînement, « Il n’y a jamais de ballon facile. »

 

Ch. F.-K.

 

 

Le Département, sponsor principal de l’OM féminin

Un complexe de 37 000 m² en plein Marseille : l’OM Campus, inauguré en octobre 2018, accueille depuis l’équipe féminine, l’équipe réserve des garçons et les plus jeunes. Avec trois terrains synthétiques dernière génération, des vestiaires, des bureaux et évidemment une tribune de 500 places, l’OM Campus est à la hauteur des enjeux, grâce notamment au soutien du Département qui en est le partenaire principal. Chacun des stades de ce nouveau complexe sportif construit en cinq mois, porte le nom d'un ancien de l'OM. C'est le cas pour Eric Di Meco, Roger Scotti et Alain Boghossian.

 

Infos pratiques

Site web

https://www.om.fr/fr