Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Tennis fauteuil : les champions de La Fourragère aux portes de la victoire
Sports

Tennis fauteuil : les champions de La Fourragère aux portes de la victoire

26/04/2019

Trois matchs pour accéder ce week-end à la Nationale 1 : l’équipe mixte du Tennis club la Fourragère ASPTT de tennis fauteuil va tout donner pendant les championnats de France par Equipes à Marseille. Rencontre avec les trois joueurs et leur coach.

Le terrain est le même, le coup droit et le service aussi, les règles également, à deux exceptions : le nombre de rebonds, qui monte à deux et la façon d’effectuer un revers, sans changer de prise et en utilisant le côté du coup droit. Ces quelques précisions intéresseront les amateurs de tennis, mais pour celles et ceux qui aiment tout simplement le sport et le spectacle, un match de tennis fauteuil vaut vraiment le détour.

Au Tennis club la Fourragère ASPTT, à Marseille, se déroulent jusqu’à samedi les championnats de France par Equipes. L’équipe locale va tout donner pour gagner et, de fait, accéder à la Nationale 1. Avec Nicolas Charrier, classé numéro 11 français, Franck Galvez, 37e et Aurélie Sciara, numéro 7 française et Directrice du championnat, la gagne est présente. La rage, même.

Nicolas, barbu, regard et répliques affûtées, vise toujours la victoire. « Gamin, j’ai commencé à jouer. Mais j’ai arrêté la compétition après ma première défaite ! », raconte-il mi-sérieux-mi-rigolard. Depuis, il a appris à digérer l’échec mais fait tout pour le rayer de sa vie. Victime d’un accident de moto en décembre 2015 et amputé d’une jambe, il se confie peu, trop pressé de jouer et jouer encore, mais il dit l’essentiel : « J’ai pris 28 kilos dans les mois qui ont suivi. Et je ne voulais pas entendre parler de fauteuil. J’ai essayé le sport debout ; c’était trop dur. Je me suis mis au basket, mais l’envie de rejouer au tennis était trop forte. » En moins de 3 ans, il gravit les échelons, s’entraîne comme un forcené, apprend à maîtriser le fauteuil. Et veut devenir « le meilleur.» Il vise les Jeux Paralympiques de Paris en 2024. Pour y parvenir, il multiplie les tournois « pour être à bloc de points et monter au classement national ».

 

« Le sport, ça sauve tout le monde ! »

Son partenaire Franck Galvez, ancien joueur classé 30 en valide, n’a jamais abandonné l’idée de reprendre la raquette après son accident de moto en 2010. Après avoir subi une amputation fémorale comme Nicolas, il parle de moments « très compliqués. » mais ajoute : « Le sport, ça sauve tout le monde ! ». Il se renseigne alors, découvre le tennis fauteuil et recommence à jouer. « Les sensations sont parallèles, métaphorise-t-il. Le toucher de balle, les retours, ça reste assez similaire au tennis valide. Mais il a fallu apprendre à jouer en revers différemment ; à servir de plus bas. » Et à contrôler le fauteuil, « fait sur mesure, avec une inclinaison particulière des roues notamment. » Un investissement de 6 000 euros pour ce passionné de tennis qui lui permet de rouler, tourner, être rapide sur le court. Mais qui n’empêche pas les ampoules aux mains.

Enfin, l’équipe du TC la Fourragère ASPTT ne serait pas au complet sans Aurélie Sciara, également Directrice du championnat de France par Equipes depuis 2 ans et très impliquée dans la Commission Para tennis de Ligue de tennis PACA. Son visage s’illumine dès qu’elle parle de tennis, elle qui avait seulement tapoté la balle jaune quand elle était petite. Sans plus. Un infarctus de la moelle épinière en mai 2013, « le 23 mai très exactement », modifie son chemin. « Etre en fauteuil peut rendre très exigeant, avec soi et avec les autres », précise-t-elle, presque pour s’excuser. « Le tennis ? Je me suis réveillée un matin en voulant en faire. Sûre de moi ! ». D’abord à Plan-de-Cuques, puis à la Fourragère à Marseille, Aurélie choisit sa coach, Aurélie Voisin, qui n’avait jamais entraîné auparavant des joueurs en fauteuil. « C’est toi que je veux », a dit la première à la seconde, qui a accepté.

Depuis, ce sont, pour tous les 4, des heures et des heures d’entraînement, de matchs en simple et en double, de progression, de discussion, d’entraide. Le mental compte autant que le physique pour ces compétiteurs, qui n’oublient pas pour autant le tennis fauteuil en loisirs et veulent développer ce sport, très spectaculaire, notamment en double, en attirant des sponsors.

Samedi, l’équipe joue la montée. Il faut les soutenir, à partir de 10h pour les deux simples, et avec le double, peut-être décisif, à 14h30. The show must go on.

 

Ch. F.-K.

 

Contact : TC La Fourragère ASPTT - 32 avenue Van Gogh – 13012 Marseille

  

Le Département partenaire du handisport sur tout le territoire

Coupe de France de handiski, journée handivoile, course de l’intégration, championnats de France de tennis fauteuil, le Département est engagé dans le handisport, de compétition comme de loisir. Mais très peu d’associations sportives proposent d’ouvrir leur club aux personnes en situation de handicap. En 2018, on comptait 1 753 personnes licenciées dans 69 clubs affiliés à la Fédération française Handisport et Fédération française de Sport adapté. « Notre objectif vise à tripler d’ici 2020 les clubs ouverts dans le département, s’engage Martine Vassal, Présidente du Département. Notamment « en veillant à l’accessibilité des infrastructures » et en assurant « la réussite des Jeux paralympiques 2024 en Provence. Et en prenant en charge les licences sportives des personnes en situation de handicap à hauteur de 50% ».