Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

Grand Corps Malade : "Changer le regard du public sur le handicap"

Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, est un artiste complet. Slameur, poète,

auteur, interprète, cinéaste, s’il est actuellement sous les feux de la rampe avec son dernier

album “Plan B”, le parrain de l’association “Sourire à la vie” se mobilise pour l’inclusion des

personnes en situation de handicap.

 

Comment doit-on vous qualifier ? Slameur ? Auteur ? Poète… ou tout à la fois ?

C’est compliqué de coller une étiquette dans le domaine du slam. C’est une discipline difficile. J’écris des textes pour moi mais aussi pour d’autres interprètes. J’écris des livres, des scénarios… Je suis auteur. Mais ça ne me pose aucun problème d’être qualifié de chanteur quand on fait référence à mon dernier album dans lequel il y a une partie chantée plus importante que dans les autres albums.

Le slam vous permet de jouer avec talent avec les mots et la poésie. D’où vient cette aisance ?

Cette envie d’écrire, cette passion des mots viennent d’abord de la chanson. J’ai eu la chance de grandir dans une famille qui écoutait des chansons françaises à texte. J’ai été bercé par Brel, Barbara, Ferrat. Puis au début des années 90, j’écoutais beaucoup de rap français avec MC Solar, IAM, NTM, Oxmo Puccino et d’autres rappeurs moins connus. Ma passion, mon envie d’écrire viennent de là.

Vos mots sont justes, leur expression appropriée au contexte. Vous est-il arrivé d’être sollicité par des politiques ?

Oui, j’ai été sollicité plusieurs fois mais je n’ai pas eu envie de m’engager. J’ai des idées, je me sens concerné par les problèmes politiques mais je ne maîtrise pas toutes les questions. Je suis papa de deux jeunes enfants et je reste très préoccupé par l’avenir de mon pays et de la planète.

À l’instar des artistes marseillais qui se revendiquent de leur ville parce qu’ils en sont fiers, ressentez-vous la même chose ?

Bien sûr ! La ville de Saint-Denis m’a nourri, m’a inspiré. D’ailleurs, elle a révélé beaucoup de rappeurs parce que c’est une ville cosmopolite, multiculturelle comme Marseille. Elle m’a enrichi intellectuellement.

Vous étiez en concert le 23 mai au Silo, à Marseille, où vous êtes très apprécié. Aimez-vous venir dans cette ville ?

Marseille est la ville française où je me rends le plus souvent parce que j’y ai beaucoup d’amis et de famille. Mais aussi parce que je suis sous le charme de cette ville et, je le répète à chaque fois, au public marseillais qui vient m’écouter : Marseille, c’est un grand Saint-Denis au bord de la mer.

“Plan B”, votre dernier album vient de sortir. L’histoire de votre vie ?

Un plan B, c’est un plan à part. J’étais destiné à vivre une carrière de sportif avant mon accident. Alors, c’est en partie vrai. Or, aujourd’hui je vis de ma passion, le slam, la musique. Mais c’est très amusant de se dire qu’on vit un plan B. Ce n’est pas péjoratif, c’est une deuxième chance, un nouveau départ !

On devine une intimité dans certains textes comme dans la chanson “Dimanche soir”. Vous imaginiez le succès populaire de cette chanson ?

Mes chansons ne sont pas diffusées sur les radios généralistes, ni dans les playlists, sauf lorsque je fais la promo de mes albums. C’est vrai que j’ai de très nombreux retours positifs sur cette chanson et c’est vraiment agréable. Elle est très personnelle, j’y parle de moi, du sentiment amoureux qui m’anime et paradoxalement elle touche énormément de gens. Mais je remarque, depuis que j’écris, que les textes les plus personnels deviennent les plus universels.

Vous avez enregistré des duos avec Aznavour, Cabrel, Bohringer… Avec qui souhaiteriez-vous travailler aujourd’hui ?

Personne en particulier. En revanche, je prends beaucoup de plaisir à partager ces moments artistiques avec d’autres interprètes.

“Patients”, votre film, aborde les premiers moments de votre vie de personne handicapée. Faire rire sur un sujet si délicat, c’était votre intention ?

J’avais juste envie de témoigner sur cet univers en rentrant en plein coeur à l’intérieur, avec ma caméra. Essayer d’être pédagogique. Que tout le monde sache que le milieu du handicap est un milieu très vivant, très drôle, rempli d’autodérision. D’ailleurs je n’ai inventé aucune vanne, elles sont toutes vraies. Et puis Grand Corps Malade, on s’en fout dans ce film. Ce qui est intéressant, c’est de donner des clés au public pour que son regard change sur l’univers du handicap.

Avez-vous l’intention de revenir au cinéma prochainement ? 

Oui, avec Mehdi Idir, avec qui j’ai co-réalisé “Patients”, nous sommes en pleine préparation de notre prochain film dont le thème sera l’école. Dès cet été, nous allons tourner dans un collège de la banlieue parisienne situé en REP avec élèves, surveillants, familles,… C’est encore une histoire de destins qui se croisent.

Vous avez tourné un clip pour le lancement du Plan HandiProvence 2025, une cause qui vous tient à coeur ? 

Je suis moi-même concerné. Je pense que la France est très en retard sur la question du handicap par rapport à l’Allemagne ou les pays scandinaves où la question de l’accessibilité, par exemple, est traitée de façon plus pragmatique. À Paris, où je vis, les trottoirs, le métro, les lieux culturels ne sont pas tous adaptés pour les personnes en fauteuil roulant, c’est insupportable !

Comment rattraper ce retard ?

Tout d’abord, il faudrait commencer par changer le regard des autres. Les gens ne sont pas méchants, ils ressentent de la gêne face à une personne handicapée parce qu’ils ne savent pas quoi faire ou comment l’aborder. Je pense que pour pallier ce problème il faudrait mixer le public valide et les personnes handicapées dès le plus jeune âge. Par exemple, à l’école, pour que les enfants prennent l’habitude d’évoluer tous ensemble. Le grand problème du handicap est que cette société n’est pas encore prête.

 


LE PIONNIER DU SLAM FRANÇAIS

Fabien Marsaud, alias Grand Corps Malade, est né le 31 juillet 1977 au Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis. En juillet 1997, à la suite d’un accident, il apprend qu’il ne marchera plus jamais. Sa carrière de basketteur est stoppée net.

En 1999, il retrouve l’usage de ses jambes après un an de rééducation. C’est en référence à cette expérience douloureuse qu’il prend le pseudonyme Grand Corps Malade. Il commence à slamer en 2003 dans un bar parisien.

En février 2018, il sort son 7e album, “Plan B”, disque d’or. En 2012, paraît son livre “Patients” qu’il adapte au cinéma en 2017 (nommé quatre fois aux Césars 2018). Il est le parrain de l’association marseillaise Sourire à la vie.