Sécurité des biens et des personnes

Dans un contexte marqué par la multiplicité des menaces, les aides du Département permettront à la deuxième ville de France de renforcer son dispositif de secours et de surveillance. A cette fin, les deux insititutions se sont accordées pour muscler les dispositifs de prévention des risques et accroître les capacités de réaction rapide face aux crises comme face à la délinquance quotidienne. La première série de réalisations, votées le 21 octobre 2016, est destinée à la sécurisation des biens et des personnes, pour un montant total de 12,19 millions d’euros.

Le déploiement de la vidéo-protection urbaine

  • Objectif 1000 caméras

Marseille dispose actuellement d’environ 760 caméras, réparties sur l’ensemble de ses 16 arrondissements. Les images sont traitées 24h/24h au Centre de supervision urbaine (CSU).
Ce dispositif, initié en 2013, a fait la preuve de son efficacité : en 2015, 426 interpellations ont été réalisées à partir des signalements du CSU. Chaque année, 1 200 faits délictueux sont signalés aux forces de l’ordre et, en trois ans, 109 335 vidéo-verbalisations ont été effectuées, afin de lutter contre le stationnement anarchique.

Il faut à présent achever le programme d’équipement décidé par la Ville et porter à 1 000 le nombre de caméras. Avec le soutien du Département, une première tranche de 50 nouvelles caméras réparties dans 8 arrondissements sera immédiatement enclenchée. Elles couvriront des espaces publics nouvellement aménagés et viendront renforcer la surveillance des points repérés comme théâtre de délits, ainsi que des points sensibles des réseaux de transports publics et des abords de certains collèges et autres établissements départementaux.

Le développement des équipements de la Police municipale

Ces dernières années, la politique de sécurité de la Ville de Marseille s’est accentuée de manière très importante. Les effectifs et la capacité de déploiement de la Police municipale ont été nettement renforcés, notamment avec la mise en place de brigades de nuit, ce qui nécessite un renforcement trés significatif de l’équipement alloué aux agents.
Le Département entend participer à l’acquisition et à l’équipement de voitures, de motos et de scooters. Un soutien sera également accordé à la création d’un poste de Police municipale sur la Canebière.

Le renforcement de la capacité d’intervention rapide du Bataillon des marins-pompiers (BMPM) 

Le BMPM dispose d’un parc de près de 700 engins, terrestres ou nautiques, et réalise plus de 120 000 opérations annuelles. Soumis à rude épreuve, ce matériel doit être régulièrement renouvelé. La gamme doit également être élargie pour mieux faire face à des crises multiples et simultanées, à l’exemple de ce qui s’est produit le 13 novembre dernier à Paris.

  • Le Département octroie une subvention de 11,28 millions d’euros pour le renouvellement du parc motorisé (véhicules de secours et d’assistance aux victimes - les “ambulances” classiques, fourgons pompes, camions citernes, véhicules de première intervention, échelles, bateaux pompes…)
  • Le Département contribue au renforcement des capacités d’intervention en cas de crises “multi-sites”. Si de nombreux outils existent déjà afin de faire face à ce type de situation, il faut accroître le dimensionnement du dispositif. Sont programmées des acquisitions de matériel de protection pour les marins-pompiers, d’équipements mobiles de secours (brancards, matériels de réanimation..), des ambulances de réserve, des véhicules d’intervention rapide (pour démultiplier les postes de commandement sur le terrain), des postes médicaux avancés.