Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

Des mesures fortes pour protéger les collégiens

Vidéoprotection, accès sécurisés et contrôlés, clôtures rehaussées... Depuis plus d’un an, le Département se mobilise pour sécuriser les établissements. Avec le concours du Rectorat, il forme le personnel pour prévenir les situations de tension au sein des collèges.

La sécurité d’un établissement, c’est à la fois des moyens techniques et des moyens humains organisés. C’est sur ce principe que le Département déploie son plan pour la sécurisation des collèges depuis 2016. Dans le cadre du Plan Charlemagne, la collectivité mobilise 55 millions d’euros sur dix ans pour mieux protéger les élèves et les personnels.

SÉCURISER ET CONTRÔLER LES ACCÈS

L’objectif premier du Département est de renforcer significativement la sécurité des collégiens et de la communauté éducative dans chaque établissement face à tout type d’intrusion.

Des travaux sont ainsi menés dans plusieurs collèges pour les équiper en matériels de sécurité. Portails à accès sécurisés, clôtures rehaussées et vidéoprotection équipent déjà 18 collèges.

Dix autres établissements sont en cours d’équipement ou programmés, l’objectif étant à terme de sécuriser la totalité des établissements. Sans compter l’aide accordée aux communes pour financer jusqu’à 80 % l’installation de la vidéoprotection aux abords des établissements scolaires.

Pour Thierry Laumonerie, responsable de l’Équipe mobile académique de sécurité (Émas) placée sous l’autorité du Recteur de l’académie Aix-Marseille, qui travaille en concertation avec le Département : “Tous ces moyens techniques pour sécuriser les établissements vont dans le bon sens. Un collège dont les bâtiments sont sécurisés, c’est essentiel en matière de dissuasion”. Et pour les usagers, on constate également un sentiment de quiétude nettement renforcé, notamment chez les élèves et leurs parents.

ACQUÉRIR UNE CULTURE DE LA SÉCURITÉ

En parallèle, en tant que responsable des agents d’accueil des collèges, le Département se mobilise pour former ces personnels en contact direct avec le public aux situations de tension et aux bons comportements à adopter.

Pour prévenir d’éventuels épisodes de violence et permettre un cadre de travail apaisé, il fait appel aux savoir-faire de l’Émas. Composée de personnels de l’Éducation nationale, d’agents des forces de sécurité, de psychologues et d’éducateurs, cette structure apporte un regard croisé sur les situations de crise en milieu scolaire.

“Aujourd’hui, la formation des personnels est indispensable car ils sont souvent en première ligne. Ils représentent l’établissement, l’École de la République, et doivent connaître les procédures”, indique le responsable de l’Émas, lui-même ancien Commandant de Police. En 2018, 132 agents d’accueil des collèges des Bouchesdu- Rhône ont ainsi suivi un premier cycle de formation autour des valeurs républicaines, de la laïcité, de la citoyenneté, de la prévention de la radicalisation.

Un deuxième cycle aura lieu durant l’année scolaire notamment sur la gestion de crise avec des mises en situation. “Il permettra d’harmoniser les pratiques dans l’établissement et d’acquérir une culture de la sécurité qui fait souvent défaut”, conclut Thierry Laumonerie.

LE COLLÈGE PASTEUR SÉCURISÉ

À la rentrée, les élèves et la communauté éducative du collège Pasteur pourront compter sur un établissement entièrement sécurisé.

Le Département a investi pour installer neuf caméras de vidéoprotection, 30 mètres de clôtures rehaussées et quatre portails d’accès à l’entrée du collège afin de réguler et contrôler le passage des personnels et des élèves et éviter toute intrusion.

LE PLAN DE SÉCURISATION, C’EST QUOI ?

L’objectif est de renforcer la sécurité des collégiens et de la communauté éducative face au risque d’intrusion par des moyens conséquents et dissuasifs : contrôle d’accès par badge individuel ou digicode à tous les points d’entrée, clôtures portées à une hauteur minimum de 2,5 mètres, réseau de caméras numériques de vidéoprotection couvrant la totalité de l’établissement et les points d’entrée au collège.

Ce dispositif a été conçu en étroite collaboration avec les services compétents de l’État notamment le RAID. Les Agents techniques des collèges (ATC) sont également formés aux bons réflexes en cas de situation de crise.

QUI EN BÉNÉFICIE ?

Aux 13 collèges qui avaient déjà un dispositif de sécurisation complet, 5 nouveaux sont venus se rajouter à l’occasion de cette rentrée 2018/2019 : André-Ampère à Arles, Edgard-Quinet, Louis-Pasteur, Germaine-Tillion à Marseille, et Robespierre à Port-Saint-Louis-du-Rhône. Au 1er semestre 2018, deux collèges marseillais ont été équipés d’un réseau complet de caméras de vidéoprotection : Gaston-Defferre et Gyptis.

Dans le cadre du déploiement du plan, dix autres établissements sont en cours d’équipement ou programmés : Campra à Aix-en-Provence, Chape, Chénier, Chartreux, Longchamp et l’Estaque à Marseille, Fabre et Bosco à Vitrolles, Moustier à Gréasque et Guéhenno à Lambesc.

À terme, l’objectif est de sécuriser la totalité des établissements sous la responsabilité du Département.

FIERS DE NOS COULEURS

À compter de cette rentrée 2018/2019, tous les collèges publics du département pourront arborer les trois drapeaux emblématiques au frontispice de leur établissement.

En effet, le Département fournit à chaque collège un jeu de pavoisement avec les drapeaux de l’Union européenne, de la France et des Bouches-du- Rhône. Un symbole républicain destiné à sensibiliser les futurs citoyens.

NOUVELLES TENUES POUR LES AGENTS DES COLLÈGES

En charge des Agents techniques des collèges (ATC), le Département a décidé d’inclure dans le Plan Charlemagne l’équipement de ces personnels en tenue et en protection individuelle. C’est pourquoi, dès cette rentrée 2018, 1 727 ATC (titulaires et contractuels) revêtiront leurs tenues, qui non seulement leur assurent une visibilité et une reconnaissance, mais aussi un respect des obligations réglementaires pour la sécurité au travail.

Dans les collèges, tous les personnels sont concernés : chefs, seconds de cuisine, agents polyvalents d’entretien, agents de maintenance ou agents d’accueil. Grâce au Département des Bouches-du-Rhône, les agents techniques des collèges portent ainsi une tenue qui les identifie et valorise leur fonction.

LES NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS DES COLLÈGES

Dans le cadre du Plan Charlemagne, de nouveaux équipements ainsi que des espaces adaptés ont été préconisés pour les collèges. Cette initiative favorise un enseignement tourné vers une pédagogie innovante, et vise à l’amélioration des conditions de travail.

Parmi les objectifs fixés : mieux accueillir les élèves en situation de handicap, permettre aux enseignants de travailler en ilôts, encourager l’utilisation d’outils numériques ou proposer au personnel éducatif et aux agents techniques des collèges un mobilier adapté.

Certains collèges ont déjà été dotés de sièges mobiles ou de tables monoplace adaptées aux élèves en situation de handicap dans les salles de classe. Pour l’année en cours, près de 350 000 euros ont été subventionnés. Un montant qui devrait être porté à presque 500 000 euros pour l’année à venir.

 

CONTRATS AIDÉS : LE DÉPARTEMENT FINANCE 300 POSTES

En juin dernier, l’Assemblée départementale a voté le financement de 300 emplois, en contrat aidé, pour les collèges. Une mesure forte prise après que le gouvernement ait annoncé mettre fin à ces postes dans l’éducation et que nombre de responsables d’établissement, du primaire au secondaire, s’en soient émus.

Tout d’abord pour les personnes concernées qui se retrouveraient sans emploi, le contrat aidé désignant le contrat unique d’insertion ou contrat d’accompagnement dans l’emploi dont le principe reste de former et d’accompagner les personnes rencontrant des difficultés d’accès à l’emploi. La suppression de ces postes par l’État aurait également des répercussions sur le bon fonctionnement des établissements. En effet, leurs missions sont multiples, des personnels administratifs aux surveillants en passant par les accompagnants d’élèves handicapés, les agents d’entretien ou de cantine…

Aussi, dans la continuité du Plan Charlemagne lancé en 2017 par Martine Vassal, qui vise à donner aux collégiens de Provence des conditions d’apprentissage optimales, ils seront 152, dès cette rentrée, à prendre leur poste dans les collèges, et 249 fin décembre, soit 83 % des emplois votés.

Ces nouveaux agents seront sous statut contractuel d’un an renouvelable et employés directement par le Département (et non plus par les établissements).

Avec l’embauche de ces nouveaux personnels, le budget que consacrait le Département aux contrats aidés est passé de 1,2 million d’euros pour l’année 2017/2018, à 6,1 millions d’euros pour cette année.

DES AIDES RENFORCÉES POUR LES COLLÈGES PRIVÉS SOUS CONTRAT

Dans le cadre de ses compétences, le Département se doit d’accorder une dotation forfaitaire de fonctionnement aux établissements d’enseignement public et aux collèges d’enseignement privé sous contrat d’association.

Pour ces derniers, les aides ont été élargies dans le cadre du forfait d’externat en incluant de nouvelles dépenses issues du plan Charlemagne. Comme les frais d’abonnement au Très haut débit, la maintenance des équipements de vidéoprotection, le renouvellement du mobilier ou encore des aménagements d’accessibilité, comme au collège-lycée Ort Bramson (photo ci-contre) où a été récemment installée une rampe pour faciliter l’accès des personnes à mobilité réduite.

Une augmentation évaluée à plus d’un million d’euros par rapport à 2017, pour un montant total de 12,5 millions d’euros. Il a aussi été décidé de remettre en place pour ces établissements une participation à l’investissement qui avait été supprimée en 2010.

C’est pourquoi Martine Vassal a fait voter en juin dernier des aides pour un montant de 1,2 million d’euros en faveur de 33 collèges sur les 51 sous contrat d’association.