En provençal

Notre rubrique dédiée au dialecte provençal met en lumière l’enseignement de cette langue régionale auprès des jeunes générations et de leurs aînés, partout dans le département.

JUE PARALIMPI “PÈR L’ESPERIT, LOU COUARS, L’AMO”

 

Lei darrié Jue paralimpi d’ivèr si debanèron en mars passa à Pyeongchang, en Courèio dóu Sud. Bouonodi sei 12 atlèto, la Franço li prenguè la 4èimo plaço en averant 20 medaio que 7 èron d’or, après leis USA, leis Atlèto paralimpi nèutre e lou Canada. Ourganisa pèr lou CIP (Coumitat Internaciounau Paralimpi), lei Jue paralimpi si fan toui lei quatre an en seguido dei Jues oulimpi, dins lou mume endré. Aquéu rendès-vous internaciounau dei gros pouerge eis atlèto entrepacha la bello óucasien de si subre-passa dins d’esprovo handisport coumo dien (entrepachesport se voulès) en fènt de grand fa espourtiéu coumparadis à-n-aquélei deis atlèto oulimpi.

E pèr que la coumpeticien siegue justo, vous recampon lei participant dins talo vo talo categourìo segound que soun empache es mai fisi vo mentau : tetraplegi e paraplegi, sequèlo néuroulougico assimilablo, amputa e assimila, endeca moutur, cerebrau, foueço entrepacha (mioupate, fautuei eleitri), noun-vesènt e mauvesènt, vo entrepacha mentau. En atletisme pèr eisèmple, vous ourganison d’esprovo especifico de courso pèr leis avugle, pèr lei mauvesènt, pèr lei descamba que courron em’uno proutèsi e de courso emé lou fautuei courredis. De soun coustat, lei sourd e mal-entendènt an sei Jue à-n-élei, lei Deaflympics, Jues oulimpi dei sourd.

“TRON DE DIÉU ! MAI QU NOUS FAU REMARCIA PÈR TOUT ACÒ ?”

Alor mi dirés proubable : “Tron de Diéu ! Mai qu nous fau remarcia pèr tout acò ?”. Ebè, figuras-vous qu’aquéstou noble proujèt s’aprene à-nun medecin néuroulogue, Sir Ludwig Guttmann, de l’espitau de Stoke Mandeville, dins lou coumtat de Buckinghamshire, pròchi Loundre.

Aquéu-d’aqui aguè la bravo idèio d’ourganisa tre 1948 sus lou terrende l’espitau, lei proumié Jue moundiau de cadiero-courredisso e deis amputa (en anglés es World Wheelchair and Amputee Games).

LEI JUE PARALIMPI D’ESTIÉU EMAI EN 2024 À MARSIHO PÈR SEGUI LEIS ESPROVO DE VELO

Counouissu pus tard souto lou noum de Jue de Stoke Mandeville, aquélei jue avien pèr toco majo de redouna sa plaço ei vitimo emai eis encian coumbatènt de la Segoundo Guerro moundialo vengu paraplegi, en lei fènt pratica un esport. Lou tir à l’arc fuguè la proumiero emai souleto esprovo que li prenguèron sa part doues equipo d’encian coumbatènt.

Toucant lou noum, “paralimpi” èro à la debuto uno coumbinesoun de “paraplegi” e “oulimpi”. Prenguè puei un sèns nòu emé “para” (prefisse gregau que vòu dire “à coustat de” vo “paralèle”) e de la terminesoun “limpi” dei Jues oulimpi. Vaqui perqué lei Jue paralimpi soun counsidera vuei coumo soulidàri dei Jues oulimpi. Mai fauguè espera 1960 e lei IXe jue de Stoke-Mandeville à Roumo pèr que pousquessian parla clar dei proumié Jue paralimpi d’estiéu e 1976 pèr lei proumié jue d’ivèr à Örnsköldsvik en Suèdo.

Enfin, despuei 1980 e lei Jue d’Arnhem, leis atlèto entrepacha pèr uno paralisìo cerebralo li pouedon tambèn s’endraia e despuei 1988, à Seoul, lei Jues oulimpi e lei Jue paralimpi planton un tèms caviho dins la mumo vilo. Tout acò di, e sènso fa mai d’alòngui, dounen-si rendès-vous en 2020 à Tokyo que si li debanaran lei Jue paralimpi d’estiéu emai en 2024 à Marsiho pèr segui leis esprovo de velo despuei la Cournisso Kennedy !

Jan-Miquèu Turc
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
Majourau dóu Felibrige


Traduction

Jeux paralympiques
« Pour l’esprit, le corps, l’âme »

La dernière édition des Jeux paralympiques d’hiver eut lieu en mars à Pyeongchang, en Corée du Sud. Grâce à ses 12 athlètes, la France y a occupé la 4ème place en décrochant 20 médailles dont 7 en or, après les USA, les Athlètes paralympiques neutres et le Canada. Organisés par le C.I.P. (Comité International Paralympique), les Jeux paralympiques se déroulent tous les quatre ans à la suite des Jeux olympiques, dans le même lieu.

Ce grand rendez-vous international donne l’occasion aux athlètes ayant un handicap de se dépasser dans des épreuves handisports en réalisant des performances sportives comparables à celles des athlètes olympiques. Et pour que la compétition soit équitable, leur regroupement se fait par catégories tenant compte du handicap physique ou mental : tétraplégiques et paraplégiques, séquelles neurologiques assimilables, amputés et assimilés, infirmes moteurs, cérébraux, grands handicapés (myopathes, fauteuils électriques), non-voyants et malvoyants, ou handicapés mentaux.

Par exemple en athlétisme, des épreuves spécifiques de course sont organisées pour les aveugles, pour les malvoyants, pour les amputés qui courent avec une prothèse et des courses en fauteuil roulant. De leur côté, les sourds et malentendants ont leurs propres Jeux, les Deaflympics, Jeux olympiques des sourds.

Alors vous vous demanderez probablement qui devons-nous remercier pour tout cela ? Et bien figurez-vous que l’on doit ce noble projet à un médecin neurologue, Sir Ludwig Guttmann, de l'hôpital de Stoke Mandeville, dans le comté de Buckinghamshire près de Londres.

Celui-ci eut la belle idée d'organiser dès 1948 sur le terrain de l’hôpital, les premiers Jeux mondiaux des chaises-roulantes et des amputés (en anglais « World Wheelchair and Amputee Games »). Connus plus tard sous le nom de Jeux de Stoke Mandeville, ces jeux avaient pour principal objectif de réhabiliter par la pratique physique des victimes et anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale devenus paraplégiques. Le tir à l’arc fut la première et unique épreuve à laquelle participèrent deux équipes d’anciens combattants.

Si le nom paralympique était à l’origine une combinaison de "paraplégique" et de "olympique", il prit au fil du temps un sens nouveau à partir de "para" (préfixe d'origine grecque signifiant "à côté de" ou "parallèle") et de la terminaison "lympique" des Jeux olympiques. Ainsi, les Jeux paralympiques sont considérés comme solidaires des Jeux olympiques.

Mais il fallut attendre 1960 et les IXèmes jeux de Stoke-Mandeville à Rome pour véritablement parler des premiers Jeux paralympiques d’été et 1976 pour les premiers jeux d'hiver à Örnsköldsvik en Suède. Depuis 1980 et les Jeux d'Arnhem, les personnes atteintes de paralysie cérébrale peuvent également participer aux Jeux paralympiques et depuis 1988, à Séoul, les Jeux olympiques et les Jeux paralympiques sont organisés dans la même ville.

Ceci étant dit, et sans en ajouter, donnons-nous rendez-vous en 2020 à Tokyo où se dérouleront les Jeux paralympiques d’été et en 2024 à Marseille pour suivre les épreuves de voile depuis la Corniche Kennedy !

VA SABIAS ACÒ ?

Maugrat que lei Jue paralimpi reprengon la màji part dei simbole oulimpi (ceremounié de duberturo e d’acabado, flamo oulimpico, pouerto-bouonur), lou lougò e la deviso paralimpico, au contre, li soun propro. Verai, lou lougò de vuei fa vèire tres agitos (dóu latin «boulègui»), que dirias de viergulo clinado sus d’un founs blanc aguènt chascuno sa coulour : lou verd, lou rouge e lou blu. Aquéstei coulour soun lei que si vien lou mai sus lei bandiero. Trei simbole que nous remandon ei trei partido de l’èsse uman e que foundon la deviso paralimpico : “L’esperit, lou couars, l’amo.”


UN HANDISPORT, QU’ES ACÒ ?

Un handisport coumo dien - vo entrepachesport se vous agrado miés - es un esport que sei règlo fuguèron facho pèr que lei gènt entrepacha dóu couars coumo dei sèn pousquèsson lou pratica. Si parlo mai d’esport asata quouro l’esport si fa pèr aquélei que soun empache es mentau. Leis entrepachesport seguisson à la grosso lou biais deis esport que counouissèn ja. Pamens, l’a d’ùnei que fuguèron mounta just e just pèr leis entrepacha. An pas soun parié co deis espourtiéu valide.

Traduction

Le saviez-vous ?

Si les Jeux paralympiques reprennent la plupart des symboles olympiques (cérémonies d'ouverture et de clôture, flamme olympique, mascottes), le logo et la devise paralympiques sont au contraire spécifiques. En effet, le logo actuel est composé de trois agitos (du latin "je bouge"), ressemblant à des virgules penchées sur un fond blanc ayant chacune une couleur : le vert, le rouge et le bleu, ces couleurs étant les plus courantes sur les drapeaux. Trois symboles qui renvoient aux trois composantes de l'être humain et qui fondent la devise paralympique : « L'esprit, le corps, l’âme. »

Qu’est-ce qu’un handisport ?

Un handisport est un sport dont les règles ont été aménagées pour qu'il puisse être pratiqué par des personnes ayant un handicap physique ou sensoriel. On nomme sport adapté les sports pratiqués par les personnes ayant un handicap mental. Beaucoup de ces sports sont basés sur des sports existants. Toutefois, certains sports ont été créés spécifiquement pour les personnes handicapées et n'ont pas d'équivalent en sport valide.