En provençal

Notre rubrique dédiée à la langue provençale met les projecteurs, en dialecte rhodanien, sur les principaux éléments justifiant pour notre territoire son titre de patrie mondiale du cinéma. Retrouvez sur notre site internet la version audio de l’article, sa traduction en langue française et des vidéos illustrant d’autres thèmes sur la Provence et le provençal.

PROUVÈNÇO, PATRÌO MOUNDIALO DÓU CINEMA

 

Despièi la proujeicioun à gràtis dóu proumié filme di fraire Louïs e Gustàvi Lumière lou 28 de setèmbre de 1895 à La Ciéutat – l’uno di proumiero de l’istòri moundialo dóu cinema –, la Prouvènço calo pas d’ispira li cineasto e li proudutour de touto farino.

500 FILME DE TOURNA CHASQUE AN

De Pagnol à Guédiguian, en passant pèr Besson, Verneuil, Girod, Hugon, Jugnot, Serreau, Carrese vo Carpita, ié travaion tóuti pèr faire si metrage siegue court, siegue long vo pèr enregistra si message de reclamo. Es ansin, qu’emé si 500 filme de tourna chasque an, nosto regioun seguis la regioun parisenco à la segoundo plaço naciounalo. E Marsiho, rèsto sèmpre la vilo prouvençalo que passo lou mai dins li filme en Franço (après la capitalo, Paris) emé si 1000 jour de filmage à l’annado. En mai d’acò, pas proun fièro d’agué à La Ciéutat, L’Eden, qu’es la salo la mai vièio de l’istòri dóu cinema moundiau e que tèn enca dre, Prouvènço chasque an fa sa bello à Cano emé soun Festenau. Inagura lou 20 de setèmbre de 1946, lou Festenau de Cano fuguè tre la fin de la guerro la mai grosso acampado internaciounalo pèr la culturo. Encaro vuei, es l’acamp cinematougrafi lou mai impourtant dins lou mounde emé si 30.000 gènt dóu cinema acredita pèr l’evenimen e si 4000 journalisto.

2500 OURO DE TÈMS

Mai au just coume acò va que Prouvènço i’agrado talamen au mounde di filme ? Fau recounèisse que quand s’agis de ié trouba d’esplico à tout aquel afaire, avèn pas d’ana bèn liuen pèr dire acò : ié fai bèu tèms quàsi de-longo, lou souléu ié baio sa plus bello clarta 2500 ouro de tèms dins l’an, li païsage emai li mounumen se n’en voulès n’en vaqui demié peraqui 2000 edifice vo mounumen istouri. Mai, un cineasto pòu travaia se lou vòu dins d’estudiò d’enregistramen coume aquéli pèr eisèmple dóu Pòli Multimedia de la Bello-de-Mai à Marsiho qu’an just-e-just dins soun amiro de recampa li 15 % de la prouducioun naciounalo di filme.

UN PÒLI QU’ES LOU SOULET ENDRÉ COUME ACÒ EN ÉUROPO

Un Pòli qu’es lou soulet endré coume acò en Éuropo que lis entrepresso ié podon coumunica e ié faire d’escàmbi. Pèr douna un eisèmple, es aqui que fan sourti pèr Franço 3 la tras que famouso serìo Plus Belle La vie que marcho fort : 6 milioun de Francés la regardon chasco sèro, que pèr entèndre quaucun emé l’acènt marsihés, pecaire, se fau leva d’ouro ! Que voulès …

Coume que vague, l’aurés coumprés, Prouvènço, e noste Despartamen, bèu proumié, an tout ço que fau pèr garda sa bono plaço souto la capo dóu soulèu e di lumiero de l’art seten...

Jan-Miquèu Turc
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
Majourau dóu Felibrige


Traduction

Depuis la projection gratuite du premier film des frères Louis et Gustave Lumière le 28 septembre 1895 à La Ciotat – l'une des toutes premières de l’histoire mondiale du cinéma –, la Provence n’a de cesse d'inspirer les cinéastes et les producteurs de toutes sortes.

De Pagnol à Guédiguian, en passant par Besson, Verneuil, Girod, Hugon, Jugnot, Serreau, Carrese ou Carpita, ils choisissent tous d’y travailler pour leurs courts ou longs métrages ou pour enregistrer de spots publicitaires. C’est ainsi, qu'avec ses 500 films tournés chaque an, notre région suit la région parisienne à la seconde place nationale. Et Marseille, reste toujours la ville provençale qui passe le plus dans les films en France (après la capitale, Paris) avec ses 1000 jours de tournage à l’année. Ajouté à cela, pas assez fière d’abriter à La Ciotat, L'Eden, qui reste la plus ancienne salle encore conservée de l'histoire du cinéma mondial, la Provence chaque année se pavane à Cannes avec son Festival. Inauguré le 20 septembre 1946, le Festival de Cannes devint dès la fin de la guerre le plus grand rassemblement culturel international. Il reste encore aujourd’hui le R.D.V. cinématographique le plus important au monde avec ses 30.000 professionnels du cinéma accrédités pour l'évènement et ses 4000 journalistes.

Mais en fin de compte comment se fait-il que la Provence attire autant le monde du cinéma ? Il faut reconnaître que lorsqu’il s’agit de trouver quelques explications à tout cela, nous n’avons pas besoin d’aller bien loin pour dire ce qui suit : la quasi permanence du beau temps, avec un soleil qui lui offre dans sa plus belle clarté 2500 heures d’ensoleillement par an, des payages variés et d’innombrables monuments parmi environ 2000 édifices ou monuments historiques. Plus encore, un cinéaste peut, s’il le désire, travailler dans des studios d'enregistrement comme ceux par exemple du Pôle Multimedia de la Belle-de-Mai à Marseille dont l’objectif est précisément de capter les 15% de la production nationale des films.

Un Pôle quasi unique en son genre en Europe où les entreprises peuvent y communiquer et échanger. Pour donner un exemple, c’est là qu’est produite par France 3 la fameuse série Plus Belle La vie dont le succès est certain : 6 millions de Français la regardent chaque soir, avec ce constat – qui fait beaucoup parler – que les comédiens à l’accent marseillais ne sont hélas pas nombreux ! Que dire ?… Quoi qu’il en soit, vous l’aurez compris, la Provence et notre département, ont tout ce qu’il faut pour garder une place de choix sous le soleil et les lumières du 7ème art ...

Jean-Michel TURC
Professeur certifié de langue provençale à Marseille
Majoral du Félibrige

VA SABIAS ACÒ ?

Lou Castèu de La Buzino, un rode de trìo pèr la culturo e lou cinema ! Au bèu mitan d’un valoun entre Sant-Menet e li Camouin, dins lou 11èime arroundimen de Marsiho, lou Castèu de La Buzino dèu soun noum à Enri de Buzens, noble prouprietàri dóu tenemen au siècle XVIIèime.

Marcèu Pagnol croumpè en 1941 La Buzino, aguènt recouneigu lou castèu que soun gardian e soun chin i’esfraiavon sa maire sus lou camin di vacanço de soun enfanço. Soun proujèt fuguè alor de n’en faire uno Ciéuta dóu Cinema, en coungreiant un vertadié “Hollywood prouvençau” emé platèu de tournejage, loujamen pèr la chourmo touto, ataié… Mai la guerro venguè acaba aquéu pantai ambicious.

Leissa tout en bando d’annado de tèms, lou castèu fuguè croumpa pèr la Vilo e restaura (2006-2013) pèr nous pourgi vuei l’Oustau di Cinematougrafìo de la Mediterragno em’uno salo de cinema (350 plaço), uno salo d’espousicioun, un espàci biblioutèco-videoutèco.

Traduction

Le saviez-vous ?

Le Château de La Buzine, un site d’exception dédié à la culture et au cinéma!

Situé au cœur d’un vallon entre Saint-Menet et les Camoins, dans le 11ème arrondissement de Marseille, le Château de La Buzine doit son nom à Henry de Buzens, noble propriétaire du domaine au XVIIème siècle. Marcel Pagnol achète en 1941 La Buzine, ayant reconnu le château dont le gardien et le chien effrayaient sa mère sur le chemin des vacances de son enfance. Son projet est alors d’en faire une Cité du Cinéma, en créant un véritable « Hollywood provençal » avec plateaux de tournage, logements pour toute l’équipe, ateliers… Mais la guerre vint mettre un terme à ce rêve ambitieux. Après plusieurs années d’abandon, la Ville rachète le Château et le fait restaurer (2006-2013) pour nous offrir aujourd’hui la « Maison des Cinématographies de la Méditerranée » avec une salle de cinéma (350 places), une salle d’expositions, un espace bibliothèque-vidéothèque.