Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

En provençal

Notre rubrique dédiée à la langue provençale met en avant, en dialecte rhodanien, quelques-uns des livres incontournables de la cuisine provençale ! Une belle occasion de rappeler en cette année de la gastronomie que les recettes ne manquent pas pour continuer de faire de la Provence un paradis " où l’on se régale le palais ”...

FIÈR DE NOUESTE PRÈMI NOBEL DE LITERATURO, FREDERI MISTRAL !

Aguessian un Panteoun prouvençau que Frederi Mistral li tendrié uno plaço de proumiero, acò parlo soulet… Mai enca ! Es de si demanda ço que li manquè de bouon, pecaire, pèr que li siguèsse pas deja intra au Panteoun tout court … “EI GRANDS OME PROUVENÇAU, LA PATRÌO RECOUNOUISSÈNTO”.

UN CHAMPIOUN PÈR PROUVÈNÇO

Quouro defuntè lou 25 de mars 1914, dins sa vuetanto-quatrèimo annado, lou Mèstre de Maiano, coumo li dien, avié counsacra sa vido touto, emai soun enavans, à la lingo e à la culturo prouvençalo. Em’uno obro espetacloue, dins lou toutun de soun eiretàgi, Mistral faguè ço que gaire faguèron dins l’istòri umano, valènt-à-dire redouna soun lustre à-n-uno literaturo qu'aurias dicho quasimen mouarto vo mouriboundo. Pèr coumença uno obro literàri drudo, emé la pouësìo epico, la proso, la pouësìo narrativo, dramatico vo enca lirico : Mirèio, pareissudo en 1859, n'en rèsto lou cap-d'obro sènso parié revira dins un trentenau de lingo, de l’inglés au japounés en passant pèr l’espagnòu, l’italian vo lou catalan. Puei, uno obro epistoulàri, filoulougico, linguistico emai leissicougrafico : lou Tresor dóu Felibrige, diciounàri en doui voulume, que sa qualita tèn enca sa plaço vuei e que lou poudès tambèn counsulta en ligno.

Enfin, uno obro etnougrafico, emé la creacien dóu proumié musèu d’art e tradicien poupulàri en Franço, lou Museon Arlaten founda en 1899 en Arle, sènso óublida lou venerable mouvamen d’aparamen de la lingo prouvençalo founda en 1854, lou Felibrige, que pau à cha pau aura espandi soun acien pèr toui lei lingo d’O. E maugrat la bello moulounado de decouracien prestigoue coumo la Legien d’Ounour, alor qu’avié 33 an, Frederi Mistral sachè de-longo resta grand, umble emai fièr, diant pèr eisèmple de noun quatre còup à l'Acadèmi franceso que li demandavo de n'en veni sòci, que l'agradavo miés à noueste pouèto prouvençau de “resta siau souto sa figuiero”. Sa glòri fuguè pamens naciounalo e Mistral la couneiguè de soun vivènt coumo quouro rescountrè, lou 14 d'óutobre de 1913, Ramoun Poincaré, Prasidènt de la Republico, que revenié de Marsiho e que voulié saluda lou paire de Mirèio !

PRÈMI NOBEL DE LITERATURO 1904

Uno glòri naciounalo que venguè plenamen moundialo emé lou Prèmi Nobel en 1904. Aquito dirés proubable qu’es deja pas coumun de reçubre un Prèmi Nobel… Que sian d’en plen d’acòrdi ! Mai qu vous a pas di que Mistral li tenié uno plaço foueço óuriginalo dins l’istòri dóu Prèmi ? Verai, pas proun d’èstre esta lou 4èime dins lou mounde e lou 2e demié lei 16 autour françés o francoufone ounoura despuei pèr la prestigioue recoumpènso, Frederi Mistral es lou soulet de l’agué reçudo pèr uno obro escricho en lingo regiounalo, la lingo prouvençalo : aqui dessuto, ramenten que lou Prèmi Nobel de literaturo 1978 en counsacrant lou idish emé l’obro d’Isac Bashevis Singer, faguè mounta sus lou pountin uno lingo regiounalo d’uno autro bello meno, mai noun estacado à-n-un territòri soulet.

Puei, Mistral fuguè l’un dei rare, qu’acò’s mens glourificant, de l’agué partejado em’un autre escrivan, lou pouèto e matematician espagnòu Echegaray, qu’un cas parié si capitè quatre còup… Mai es pas tout, pecaire ! Soun noum revèn douei fes sus la tiero dei 114 laureat. Pèr còup d’asard ? Que nàni ! La pouëtesso chiliano Gabriela Mistral, que reçubè lou Prèmi Nobel en 1945, avié justamen chausi despuei 1914 coumo escais-noum "Mistral" pèr saluda l'engèni dóu paire de Mirèio qu’èro un emblèmo vertadié pèr toui lei lingo latino dins lou mounde ! Basto !

Quouro li sounjan un pau, quento caminado bèn-astrado despuei qu’Anfos de Lamartine faguè counouisse lou joueine pouèto prouvençau dins sa 40enco entre-tenènço que la fraso que vaquito va mandè pas dire : "Vous vau dire, vuei, uno novo qu'es bouono ! Un pouèto epi, dei grand, es neissu. La naturo dóu Pounènt n'en fa plu ges, mai la naturo miejournalo n'en fa enca : l'a uno vertu souto la capo dóu soulèu". Es just e just dins aquelo amiro que noueste despartamen voulié rèndre óumenàgi à l’un de seis enfant, que de soun vilàgi dei Bouco-dóu-Rose si faguè famous dins lou mounde entié !

VA SABIAS ACÒ ? LA REPUBLICO A MAIANO, TROUES DE LA DICHO LARGADO PÈR LOU PRASIDÈNT RAMOUN POINCARÉ, LOU 14 D’ÓUTOBRE 1913, QUOURO VENGUÈ EN PROUVÈNÇO SALUDA FREDERI MISTRAL :

“Cher et Illustre Maître, À vous qui avez élevé, en l’honneur d’une terre française, des monuments impérissables ; à vous qui avez éclairé de votre soleil nos imaginations assombries ; à vous qui avez relevé le prestige d’une langue et d’une littérature dont notre histoire nationale a lieu de s’enorgueillir ; (…) à vous qui en glorifiant la Provence, avait tressé à la France elle-même une verdoyante couronne d’olivier ; à vous qu’il y a plus d’un demi-siècle Lamartine saluait déjà comme un nouvel Homère (…) ; à vous qui avez vécu entouré de l’admiration universelle, et qui êtes resté fidèle à votre cher Mas de Maillane ; à vous dont les générations futures se passeront, à travers les âges, comme des fleurs qui ne se fâneraient pas, les poésies divines ; à vous, auguste Maître, j’apporte aujourd’hui le témoignage de reconnaissance de la République et de la grande patrie.”