En provençal

Notre rubrique dédiée au dialecte provençal met en lumière l’enseignement de cette langue régionale auprès des jeunes générations et de leurs aînés, partout dans le département. Retrouvez sur notre site internet une version audio, sa traduction intégrale en graphie classique et en langue française, ainsi que des mots-clefs et des vidéos illustrant d’autres thèmes de l’apprentissage du provençal.

TRADICIEN DÓU GROS SOUPA PROUVENÇAU


Lou gros soupa es lou soupa prouvençau que marco la vihado calendalo. Es de lun lou que comto lou mai dins l’annado en Prouvènço. Vaquito leis endico que tant vous ajudaran pèr vous regala, tout simplamen, de l’alestimen de la taulo ei 13 dessèr, en passant pèr lei tian tradiciounau !

LA TAULO CALENDALO

Se vias un pau la tradicien de pròchi, la taulo es messo emé trei touaio blanco ramentant la Ternita, pauvado leis uno sus leis autro, em’au mitan, un candelié dei trei candeloun, rapresentant lei trei las dóu tèms : lou passat (remembranço de nouèstei mouart), lou presènt (fidelita eis ami emai ei parènt), lou futur (esperanço dei pichoun que van naisse). Li metèn tambèn dessuto lei tres escudello dóu blad samena lou 4 de desèmbre. Touei lei tian soun sarvi tant qu’es poussible sus la taulo à la debuto dóu gros soupa, coumo peréu lei dessèr, sènso óublida la sieto dóu paure, em’aquéstou biais noble de parteja e freireja.

LEI TIAN TRADICIOUNAU

Lou gros soupa es un soupa maigre valènt-à-dire sènso carno, que de coustumo si li manjo sèt tian. Acò laisso dounc touto sa plaço en mant-un biais de marida lei sabour emé de liéume coumo lei cardoun, leis espinarc, l’àpi, lei cachofle, souvèntei-fes acoumpagna d’uno anchouiado, que si li pouedon apoundre la meleto deis espinarc, lei cacalauso, lou pèis (subretout la marlusso que si fa en raito), la daubo de póupre, la poutargo, lei couquihàgi...

LEI 13 DESSÈR

Lou gros soupa s’acabo emé lei 13 dessèr que lei Prouvençau si lei manjavon en generau en s’entournant de la messo de miejo-nue. Se la tradicien dei dessèr pèr Nouvè es anciano, la chifro justo e justo de trege (remandant ei douge Apouesto emai Jèsus) es pas tant vièio qu’acò e ramountarié à la debuto dóu siècle XXe, inmourtalisado dins l’obro de Marcèu Pagnol. Mai au just, qu si lagnarié que n’en l’aguèsse trege de dessèr, uno chifro qu’es pouerto-bouenur au nouestre, en mai d’èstre lou simbole de noueste despartamen, que ?

 

Jan-Miquèu Turc
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
Majourau dóu Felibrige

Coumo que vague, gardas en tèsto que n’en l’a vue que si pòu pas manca d’agué e cinq àutrei que chausissès coumo vous agrado : la poumpo à l’òli d’óulivo de Prouvènço (la mai tradiciounalo) vo la fouaço vo lou gibassié, lou nougat negre e nougat blanc (l’or negre e blanc en barro de la Prouvènço en fèsto), lei quatre mendicant rapresentant leis ordre religious aguènt fa vot de paureta, es-à-dire lei noueio e leis avelano (pèr leis Agustin), leis amelo (pèr lei Carme), la passariho (pèr lei Doumenican), lei figo seco (pèr lei Franciscan).

Puei, poudès acaba la tiero en prenènt segound vouèsteis abitudo e voueste goust : de pasto de coudoun, de dàti, de prunèu, de (meloun) verdau, de mandarino, de clementino, d’aràngi, de poumo, de pero, de rasin fres, de banano, d’ananas, de lichi, de calissoun, de marsihoto, de papihoto...

Lou tout sarvi em’un bouon vin dous, cue la màji-part dóu tèms, mai es pas fourça.

TRADUCTION

Lou gros soupa es lou soupa prouvenc?au que marco la vihado calendalo. Es de lun lou que comto lou mai dins l’annado en Prouvènço. Vaquito leis endico que tant vous ajudaran pèr vous regala, tout simplamen, de l’alestimen de la taulo ei 13 dessèr, en passant pèr lei tian tradiciounau !

 

La taulo calendalo

 

Se vias un pau la tradicien de pròchi, la taulo es messo emé trei touaio blanco ramentant la Ternita, pauvado leis uno sus leis autro, em’au mitan, un candelié dei trei candeloun, rapresentant lei trei las dóu tèms : lou passat (remembranço de nouèstei mouart), lou presènt (fidelita eis ami emai ei parènt), lou futur (esperanço dei pichoun que van naisse). Li metèn tambèn dessuto lei tres escudello dóu blad samena lou 4 de desèmbre. Touei lei tian soun sarvi tant qu’es poussible sus la taulo à la debuto dóu gros soupa, coumo peréu lei dessèr, sènso óublida la sieto dóu paure, em’aquéstou biais noble de parteja e freireja.

 

Lei tian tradiciounau

 

Lou gros soupa es un soupa maigre valènt-a?-dire sènso carno, que de coustumo si li manjo sèt tian. Acò laisso dounc touto sa plaço en mant-un biais de marida lei sabour emé de liéume coumo lei cardoun, leis espinarc, l’àpi, lei cachofle, souvèntei-fes acoumpagna d’uno anchouiado, que si li pouedon apoundre la meleto deis espinarc, lei cacalauso, lou pèis (subretout la marlusso que si fa en raito), la daubo de póupre, la poutargo, lei couquihàgi ...

 

Lei 13 dessèr

 

Lou gros soupa s’acabo emé lei 13 dessèr que lei Prouvençau si lei manjavon en generau en s’entournant de la messo de miejo-nue. Se la tradicien dei dessèr pèr Nouvè es anciano, la chifro justo e justo de trege (remandant ei douge Apouesto emai Jèsus) es pas tant vièio qu’acò e ramountarié à la debuto dóu siècle XXèime, inmourtalisado dins l’obro de Marcèu Pagnol. Mai au just, qu si lagnarié que n’en l’aguèsse trege de dessèr, uno chifro qu’es pouerto-bouenur au nouestre, en mai d’èstre lou simbole de noueste despartamen, que ? Coumo que vague, gardas en tèsto que n’en l’a vue que si pòu pas manca d’agué e cinq àutrei que chausissès coumo vous agrado : la poumpo a? l’òli d’óulivo de Prouvènço (la mai tradiciounalo) vo la fouaço vo lou gibassié, lou nougat negre e nougat blanc (l'or negre e blanc en barro de la Prouvènço en fèsto), lei quatre mendicant rapresentant leis ordre religious aguènt fa vot de paureta, es-à-dire lei noueio e leis avelano (pèr leis Agustin), leis amelo (pèr lei Carme), la passariho (pèr lei Doumenican), lei figo seco (pèr lei Franciscan).

 

Puei, poudès acaba la tiero en prenènt segound vouèsteis abitudo e voueste goust : de pasto de coudoun, de dàti, de prunèu, de (meloun) verdau, de mandarino, de clementino, d’aràngi, de poumo, de pero, de rasin fres, de banano, d'ananas, de lichi, de calissoun, de marsihoto, de papihoto... Lou tout sarvi em’un bouon vin dous, cue la màji-part dóu tèms, mai es pas fourça.

 


Jean-Michel TURC
Professeur certifié de langue provençale
(Académie d'Aix-Marseille)


VA SABIAS ACÒ ?

"A l’an que vèn ", es un biais de dire qu’es enca emplega vuei en fin d’annado un pau pertout en Prouvènço e que vèn de la fraso sacramentalo dóu "cacho-fue", uno tradicien de Nouvè que marcavo la debuto dóu gros soupa lou 24 de desèmbre. Lou decan e lou cago-nis de la famiho fasien trei còup lou tour de la taulo de Nouvè en tenènt à la man lou bout d’uno esclapo, d’un aubre fruchau lou mai souvènt. Es en la boutant dins la chaminèio que lou decan disié, tout en l’arrousant de trei rasado de vin cue : " Cacho-fue, Bouto fue ! Alle?gre ! alle?gre ! Mei be?us enfant... Die?u nous alle?gre ! Calendo ve?n, tout be?n ve?n ! Die?u nous fague la gra?ci de ve?ire l'an que ve?n ! E se noun sian pas mai, que noun fuguen pas mens !"


LE SAVIEZ-VOUS ?

" A l’an que vèn ", expression encore utilisée aujourd’hui en fin d’année un peu partout en Provence, vient de la phrase sacramentelle du "cacho-fue", une tradition de Noël qui marquait le début du gros souper le 24 décembre. Le plus ancien et le plus jeune de la famille faisaient trois fois le tour de la table de Noe?l en tenant à la main l’extre?mite? d’une bu?che, d’un arbre fruitier le plus souvent. C’est en la mettant dans la chemine?e que le plus ancien disait, tout en l'arrosant trois fois de vin cuit : " Bûche de Noël, Enflamme-toi ! Allégresse ! Allégresse ! Mes beaux enfants... Que Dieu nous donne l’allégresse ! Noël arrive, tout s’annonce bien ! Que Dieu nous fasse la grâce de voir l'an prochain ! Et si nous ne sommes pas davantage, que nous soyons pas moins ! "

LOU BLAD DE SANTO-BARBO, QU’ES ACÒ ?

Es tout simple. Es lou blad (vo meme lei lentiho) que si sameno lou 4 de desèmbre, jour de Santo Barbo, sus d’un pichot lié de coutoun pauva dins tres escudello (ramentant la Trenita) que fau aseiga vint jour de tèms. Lou 24, toumbo lou verdi : se lei blad soun aut, bèu emai verd, lei meissoun de l’an que vèn saran bouono ! Au contro, se lei blad soun tout estransina e que jaunejon, la recouerdo sara marrido... Se lei famiho vuei li penson plus talamen ei meissoun, n’en gardon pamens l’idèio de la prousperita e va bèn coumo acò, bord qu’es parié. D’aquito lou prouvèrbi : “Quand lou blad vèn bèn, tout bèn vèn !”

QU'EST-CE QUE LE BLE DE LA SAINTE-BARBE ?

C’est tout simplement le blé (ou par extension les lentilles) que l’on sème le 4 dècembre, jour de la Sainte Barbe, sur un petit lit de cotton disposé dans trois coupelles (rappel de la Trinité) et qu’il faut arroser pendant vingt jours. Le 24, tombe le verdict : si les blés sont hauts, beaux et verts, la moisson de l'anne?e suivante sera bonne ! Si au contraire, les blés sont tout ratatinés et jaunâtres, la récolte sera mauvaise... Si aujourd'hui les familles ne pensent plus vraiment a? la moisson, elles n’en gardent pas moins l’idée de la prospe?rite? et c'est tre?s bien, cela revient au me?me. D’où le proverbe : "Quand le blé pousse bien, tout s’annonce bien !"