LA FIERO DEI SANTOUN DE MARSIHO FESTEJO SEI 215 AN !

Notre rubrique dédiée à la langue provençale met les projecteurs, en dialecte rhodanien, sur les principaux éléments justifiant pour notre territoire son titre de patrie mondiale du cinéma. Retrouvez sur notre site internet la version audio de l’article, sa traduction en langue française et des vidéos illustrant d’autres thèmes sur la Provence et le provençal.

Coumo chasque an un pau de pertout dins lou despartamen, d’Aubagno à Tarascoun en passant pèr Marsiho, Ais, Arle vo Fouont-vièio, lei fiero dei santoun nous duerbon sei bras d’argielo. Un rendès-vous tradiciounau emai culturau pèr tóuti, que que siegon nouèsteis óurigino, nouèstei counvicien, nouèsteis aspiracien, tant lou santoun fa partido dóu patrimòni de nouesto regien, Prouvènço, un patrimòni vivènt de parteja.

Ensinto, entre nouvèmbre e janvié segound coumo sian acoustuma, poudèn ana fiereja pèr li trouba touei meno de santoun, de toui calibre, de la Nativeta ei persounàgi mai de vuei, pinta vo noun, viesti, emai tout ço que vous fau pèr fa vouesto grùpi emé soun decor tradiciounau : estable, pous, pouont, estello, papié roucas, papié cèu, mousso fresco... Segur que soun tóutei bello lei fiero quand vias coumo fan passa Nouvè coumo un encantamen, chascuno à soun biais – emé vo sènso lou perfum de nouesto enfanço. Mai de tóutei, l’a uno que degun pòu renega qu’es la pus enciano, la Fiero dei santoun de Marsiho ! Crebè l’uou en 1803, e aro boufo sei 215 candeloun d’argielo.

Qu sarié sousprés d’aprendre qu’es à Marsiho que la touto proumiero fiero dei santoun li dorbiguè sei pouarto ? Belèu aquélei, – un mouloun ai las ! –, que vous fan souvènt coumo acò : “Marsiho ? Es pas la Prouvènço !”. Basto pamens de ramenta doui noum pèr coumprendre que rèn si faguè à l’asard. D’abord, lou d’un denouma Laurent en qu li duvèn d’agué pourgi en 1775 à Marsiho lou proumié belèn counouissu en Franço, fa de manequin articula pourtant lou vièsti dóu relàrgui. Puei, lou de Jan-Louei Lagnel (1764-1822), escultour que faguè nèisse à Marsiho lou vertadié santoun de Prouvènço. Après agué fa sei proumiéreis obro counouissudo coumo uno fremo de dre (1797), un ome de dre (1798), un chin (1799), uno Vièrgi, un sant Jóusè e doui Rèi Màgi (1802-1805), Lagnel, fin óusservaire qu’èro, faguè de mouele de plastre rapresentant sei vesin dei diferènt mestié, mouele ajudant pèr reproudurre mai eisa de sujèt à bouon pres. Vous moulè bras, couifaduro e acessòri à despart avans que leis acampèsse au sujèt principau emé de barboutino, asatant la proumiero crècho de Laurent. Puei après, vous estigancè sei santoun dins qu’uno pèço, un pau coumo aquélei qu’èron fa de mouledo, fènt espeli ensinto lou vertadié santoun de Prouvènço, d’argielo noun cuecho.

Mau-grat la councurrènci impauvado à l’epoco pèr lei santibelli d’óurigino italiano, fa de plastre, vendu pèr de marchand napoulitan dins lei carriero dóu Port-Vièi, Lagnel aura travessa lou tèms bouonodi sei creacien óuriginalo coumo “lou pastre alounga”, “l’ome tenènt un fanau d’uno man e soun bounet dins l’autro” vo “la fremo pourtant uno cougourdo sus la tèsto” e bèn d’àutrei santoun que fan aro lou belèn prouvençau dóu siècle XXIe. Vaqui dounc pauva en touto bèuta tres argumen que baion à Marsiho lou titre legitime de capitalo dóu santoun de Prouvènço !

Jan-Miquèu Turc
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
Majourau dóu Felibrige


Traduction

LA FOIRE AUX SANTONS DE MARSEILLE FÊTE SES 215 ANS !

Comme chaque année un peu partout dans le département, d’Aubagne à Tarascon en passant par Marseille, Aix, Arles ou Fontvieille, les foires aux santons nous tendent leurs bras d’argile. Un rendez-vous traditionnel et culturel pour tous, quelles que soient nos origines, nos convictions, nos aspirations, tant le santon fait partie du patrimoine de notre région, la Provence, un patrimoine vivant à partager.

Ainsi, entre novembre et janvier selon les habitudes, on peut y trouver tous types de santons, de toutes tailles, de la Nativité aux personnages plus contemporains, peints ou non, habillés, ainsi que les accessoires permettant de faire sa crèche avec un décor traditionnel : étable, puits, pont, étoile, papier rocher, papier ciel, mousse fraîche... Si toutes les foires sont belles parce que chacune reflète à sa façon la féérie de Noël – avec ou sans le parfum de notre enfance –, il en est une dont on ne peut nier qu’elle soit la plus ancienne de toutes, la foire aux santons de Marseille !

Créée en 1803, elle souffle en 2018 ses 215 bougies d’argile. Qui serait surpris d’apprendre que c’est à Marseille que la toute première foire aux santons ouvrit ses portes ? Peut-être ceux, trop nombreux hélas, qui disent souvent que Marseille, ce n’est pas la Provence ? Il suffit pourtant d’évoquer au moins deux noms pour comprendre que ce n’est pas un hasard.

D’abord, celui d’un certain Laurent à qui l’on doit d’avoir offert en 1775 à Marseille la première crèche connue en France, constituée de mannequins articulés vêtus de costumes locaux. Ensuite, celui de Jean-Louis Lagnel (1764-1822), sculpteur qui créa à Marseille le véritable santon de Provence en argile. Après avoir réalisé ses premières œuvres connues comme une femme debout (1797), un homme debout (1798), un chien (1799), une Vierge, un saint Joseph et deux Rois mages (1802-1805), Lagnel fit, fin observateur, des moules de plâtre représentant ses voisins exerçant différents métiers, moules facilitant la reproduction de sujets à moindre coût. Bras, coiffure et accessoires furent moulés à part avant d’être réunis au sujet principal avec de la barbotine, adaptant ainsi la première crèche de Laurent. Par la suite, il conçut ses santons d'une seule pièce à l'image de ceux qui étaient réalisés en mie de pain, créant ainsi le véritable santon de Provence, en argile non cuite.

Malgré la concurrence imposée à l’époque par les santibelli d'origine italienne, en plâtre, vendus par des marchands napolitains dans les rues du Vieux-Port, Lagnel aura traversé le temps grâce à ses créations originales comme « le berger allongé », « l'homme tenant une lanterne d'une main et son bonnet dans l'autre » ou « la femme portant une citrouille sur la tête » et bien d’autres santons qui constituent la crèche provençale du XXIème siècle. Voici donc posés en toute beauté trois arguments qui donnent à Marseille le titre légitime de capitale du santon de Provence !

Jean-Michel TURC
Professeur certifié de langue provençale à Marseille
Majoral du Félibrige

VA SABIAS ACÒ ? Leis óurigino dei belèn …

Tout coumencè sus lou parvis dei glèiso, dóu tèms que Marto fielavo..., emé de scèno dei mistèri de la Nativeta jugado pèr de coumedian. Mai uno legèndo achinido fa de Sant Francés d’Assiso, que sa maire sarié estado de Tarascoun, lou creaire en 1223 de la proumiero « crècho vivènto » à Greccio, en Itàli. Emé lou tèms, aquélei persounàgi de car e de sang fuguèron ramplaça pèr de persounàgi de boues, de ciro, de cartoun pasto, de faiènço e mume de vèire. Au siècle XVIèime, lei proumié belèn apareiguèron dins lei glèiso, proun pròchi d’aquélei que counouissèn vuei. Mai emé la Revoulucien franceso e lei manto uno glèiso barrado, si n’en viguè plus gaire. Es alor que chasco famiho si faguè la crècho siéuno à l’oustau e que l’art dei santounié s’espandiguè. Dins lou mume envanc, lou tiatre en lingo prouvençalo faguè l’empèri emé lei pastouralo, e bello proumiero la Pastouralo Maurel neissudo en 1844 à ... Marsiho, pèr pas chanja !

Traduction

LE SAVIEZ-VOUS (I) ? L’origine des crèches …

Tout commença sur le parvis des églises, voici des siècles, avec des scènes des mystères de la Nativité jouées par des comédiens. Mais une légende tenace fait de Saint François d’Assise, dont la mère serait originaire de Tarascon, le créateur en 1223 de la première « crèche vivante » à Greccio, en Italie. Avec le temps, ces personnages de chair et de sang furent remplacés par des personnages en bois, en cire, en carton pâte, en faïence et même en verre. Au XVIème siècle, apparurent dans les églises les premières crèches semblables à celles que nous connaissons aujourd’hui. Mais avec la Révolution française et la fermeture de nombreuses églises, celles-ci se firent de plus en plus rares. C’est alors que chaque famille constitua sa propre crèche à la maison et que l’art des santonniers se développa. Dans le même élan, le théâtre en langue provençale connut ses heures de gloire avec les pastorales, à commencer par la Pastorale Maurel née en 1844 à ... Marseille, encore et toujours !

E ACÒ, VA SABIAS ? SANTOUNIÉ, UNO PROUFESSIEN

D’abord simplo ativeta segoundàri, lou mestié de santounié es vengu vuei proufessiounau. L’a mume d’ùneis artisan que daverèron lou titre foueço enveja de Meiour Oubrié de Franço (M.O.F.) ! Si capito à l’ouro d’aro uno councentracien dei grosso d’ataié de santoun entre Marsiho, Aubagno, Aisde- Prouvènço e Arle. Lou noumbre de santounié rèsto de lun lou mai impourtant dins lei Bouco-dóu-Rose (62) e la Vaucluso (26), puei dins Var (8), leis Aup-de-n-Auto-Prouvènço (7) e leis Aup-Maritimo (6 dins la partido prouvençalo).

Traduction

LE SAVIEZ-VOUS (II) ? Santonnier, une profession à part entière !

D’abord simple activité secondaire, le métier de santonnier est devenu aujourd’hui professionnel. Certains de ses artisans ont même obtenu le titre envié de Meilleur Ouvrier de France (M.O.F.) ! Il existe de nos jours une forte concentration d’ateliers de santons entre Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence et Arles. Le nombre de santonniers reste de loin le plus important dans les Bouches-du-Rhône (62) et le Vaucluse (26), puis dans le Var (8), les Alpes-de-Haute-Provence (7) et les Alpes-Maritimes (6 dans la partie provençale).