Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

LA GLÒRI DE MOUN PAIRE : LA VERSIEN EN LINGO PROUVENÇALO PÈR LA RINTRADO !

LA GLÒRI DE MOUN PAIRE : LA VERSIEN EN LINGO PROUVENÇALO PÈR LA RINTRADO !

Pareissudo en nouvèmbre 2018, aquelo BD fa despuei l’empèri, d’autant mai qu’es uno obro escricho en lingo regiounalo ! La poudès trouba dins toui lei bouònei librarié de Franço, de Camargo e de Quebec ! Mai fès lèu que la seguido arribo ! Lou Castèu de ma Maire espelira en nouvèmbre que vèn, ebé tè !

UN SIMBOLE DEI FOUART, D’UTILITA PUBLICO VO QUÀSI …

Si bouleguessian un còup de mai la questien “Mai en que bouon revira uno obro franceso en lingo prouvençalo ?...” que dirian quatecant ço que vaquito. La lingo prouvençalo sèmblo de retrouba à l’ouro d’aro soun vanc nòu pròchi de gènt de tóutei meno e à mantun nivèu : intergeneraciounau, assouciatiéu, escoulàri, universitàri, istituciounau, artisti, ecounoumi… Fa dounc mestié de countunia de prepauva sèmpre que mai de libre de literaturo vo pedagougi pèr aprendre emai parla mai eisa aquesto lingo regiounalo enca vivènto. L’a gaire, un raport de l’INSEE avié coumta pèr Marsiho e soun tarraire 70 000 loucutour e 300 000 lou coumprenènt. Semblavo dounc naturau que la lingo prouvençalo venguèsse s’apoundre à la longo tiero dei lingo que faguèron de Marcèu Pagnol l’un deis escrivan francés lei mai revira dins lou mounde. Aquelo reviraduro vèn óuficialamen ounoura la souleto lingo regiounalo au mounde depousitàri d’un Prèmi Nobel de literaturo (Frederi Mistral, 1904), e tout acò, bouonodi uno obro marcanto pèr aquel enfant de Prouvènço, La Gloire de mon Père. De dela lou simbole dei fouart, vèn coumo uno respouonso councrèto emai en imàgi pèr la grosso grosso moulounado dei gènt que counfèsson, pecaire, de pas parla prouvençau mai lou coumprendre, sènso óublida touis aquélei qu’en Prouvènço parlon la lingo, l’estudien o que li agradarié pas mai que… de l’aprendre ! Chifro qu’es de remarco, 12 500 elèvo estudien lou prouvençau dins la souleto Acadèmi de-z-Ais-Marsiho de la meiralo à la terminalo. Uno chifro que li faudrié apoundre lei de l’Acadèmi de Niço emai lei deis assouciacien que fan cous un pau partout en Prouvènço…

UNO REVIRADURO QUE VÈN COUMO LA DARRIERO PÈIRO À L’EDIFÌCI…

L’eisercìci dóu reviràgi es sèmpre un enjue : “Traduttore - Traditore”... Vist coumo acò, lou pensamen majourau - mai qu’uno dificulta vertadiero - sara esta de prepauva uno reviraduro pèr tóuti en sacrificant jamai lou biais de la lingo, nimai en si leissant ana à-n-un leissique un pau tròup saberu e soustengu. Dins aquéu pres-fa, fau bèn recounouisse que la qualita literàri de trìo dóu tèste de Pagnol aura coustituï uno vertadiero aubeno coumo pèr eisèmple quouro emplego de-longo de tèms quàsi óublida vuei en francés, coumo lou passat simple vo lou sujountiéu imperfèt, sèmpre utilisa rigourous en prouvençau coumo dins toui leis àutrei lingo roumano.

Dóu mume biais, lou retrachié de trìo qu’èro Pagnol nous baio dins lei dialogue d’ùnei de sei persounàgi uno sintàssi ja touto prouvençalo que pareirié vuei coumo de marrit francés ! E quouro nous revèn mai la questien de partènço : “Mai en que bouon revira uno obro franceso en lingo prouvençalo ?”, dian qu’à la diferènci deis àutrei reviraduro en lingo estrangiero, la traducien en lingo prouvençalo, dins soun biais dialeitau marsihés, vèn coumo la darriero pèiro à l’edifìci de la Prouvènço de Marcèu Pagnol. Verai, s’avalis remirablo dins lou peïsàgi. La leituro que pouerge vèn bèn acaba lou tablèu dóu mèstre en boutant sus lou pountin la lingo que parlavon enca courrentamen toui lei persounàgi - o quàsi - à l’epoco. Uno lingo qu’èro fin qu’aro prasènto d’eici d’eila dins l’obro qu’emé quàuquei mot vo biais de dire. Adounc longo mai à-n-aquelo touto proumiero BD d’uno obro de Marcèu Pagnol en lingo prouvençalo !

Jan-Miquèu Turc
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
Majourau dóu Felibrige

Traduction

LA GLOIRE DE MON PÈRE : LA VERSION EN LANGUE PROVENÇALE POUR LA RENTRÉE !

Parue en novembre 2018, cette BD rencontre un vif succès, d’autant plus grand qu’elle est écrite en langue régionale ! Vous pouvez vous la procurer dans toutes les bonnes librairies de France, de Camargue et du Québec ! Mais faites vite, la suite arrive ! Lou Castèu de ma Maire sortira en novembre prochain !

UN SYMBOLE FORT, D’UTILITÉ PUBLIQUE OU PRESQUE …

Si l’on se posait de nouveau la question « Mais à quoi bon traduire une oeuvre française en langue provençale ? », on répondrait sur-le-champ ce qui suit. La langue provençale semble jouir actuellement d’un regain d’intérêt auprès d’un large public et à différents niveaux : intergénérationnel, associatif, scolaire, universitaire, institutionnel, artistique, économique… Il est donc important de pouvoir continuer d’élargir l’offre en matière de supports littéraires et pédagogiques pour accompagner l’apprentissage et la pratique de cette langue régionale encore vivante : un récent rapport de l’INSEE dénombrait dans la seule agglomération de Marseille près de 70 000 locuteurs et 300 000 le comprenant. Il semblait naturel que la langue provençale vienne s’ajouter à la longue liste des langues qui ont fait de Marcel Pagnol l’un des écrivains français les plus traduits dans le monde. Cette traduction met donc officiellement à l’honneur la seule langue régionale au monde dépositaire d’un Prix Nobel de littérature (Frédéric Mistral, 1904), et ce, à travers une œuvre emblématique de cet enfant de Provence, La Gloire de mon père. Au-delà du symbole fort, elle est une réponse concrète et en images apportée aux dizaines de milliers de personnes qui avouent ne pas parler le provençal mais le comprendre, ajoutés à tous ceux qui dans la région parlent la langue, l’étudient ou aimeraient tout simplement ... l’apprendre ! Chiffre remarquable, 12 500 élèves étudient le provençal dans la seule Académie d'Aix-Marseille de la maternelle à la terminale. Un chiffre auquel on peut ajouter ceux de l’Académie de Nice ainsi que ceux des associations qui donnent des cours un peu partout en Provence.

UNE TRADUCTION QUI APPARAÎT COMME LA DERNIÈRE PIERRE DE L’ÉDIFICE …

L’exercice de la traduction est toujours un enjeu : « Traduttore – Traditore »... En ce sens, la principale préoccupation - plus qu’une difficulté réelle - aura été de proposer une traduction grand public ne sacrifiant à aucun moment l’esprit de la langue, ni ne cédant jamais à la tentation d’un lexique trop élitiste et soutenu. Dans cette tâche, il faut bien reconnaître que la très grande qualité littéraire du texte aura constitué une véritable aubaine comme par exemple pour ce qui est de l’emploi systématique chez Pagnol de temps aujourd’hui presque oubliés en français, comme le passé simple ou le subjonctif imparfait, toujours rigoureusement utilisés en provençal comme dans toutes les autres langues romanes. De la même façon, l’excellent portraitiste qu’était Pagnol nous offre dans les dialogues de certains de ses personnages une syntaxe déjà toute provençale qui apparaîtrait aujourd’hui comme du mauvais français ! Et lorsque nous revient la question de départ : « Mais à quoi bon traduire une oeuvre française en langue provençale ? », on se dit qu’à la différence des autres traductions en langues étrangères, la traduction en langue provençale, dans sa variante dialectale marseillaise, apparaît comme la dernière pierre de l’édifice de la Provence de Marcel Pagnol. Elle se fond admirablement dans le paysage. La lecture qu’elle offre vient parachever le tableau du maître en mettant en avant la langue que parlaient encore couramment tous les personnages - ou presque - à l’époque. Celle-ci n’étant jusque-là évoquée dans l’œuvre qu’à travers quelques mots ou expressions. En conséquence, longue vie à cette toute première BD d’une œuvre de Marcel Pagnol en langue provençale !
 

Jean-Michel TURC
Professeur certifié de langue provençale à Marseille
Majoral du Félibrige

VA SABIAS ACÒ ? UN PICHOUN MOT DE MICOULAU PAGNOL … DIALÈITE MARITIME

“La Glòri de moun paire fa partido dei Souveni d’enfanço de Marcèu, qu’avié 62 an quouro l’escriguè en 1957. Es l’uno de sei ràreis obro que n’en faguè pas éu-mume un filme. Retrouban dins La Glòri..., lou biais galejaire emai lei souveni languissous de moun grand. Nous ennègo dins uno enfanço uroue emai embugado dóu soulèu que soun embelinamen rèsto tout entié. L’obro de Marcèu Pagnol, e La Glòri de moun paire en particulié, pauvo de tèmo sèmpre de vogo : lou respèt de la naturo emai de l’autre, la famiho, l’enfanço... Vaquito de foundamento que nous reti- pon e que nous parlon autant vuei qu’ièr.”

Prefàci de la BD La Glòri de moun Paire - Edicien Grand Angle - Bamboo © 2018 pèr Scotto, Stoffel, Tanco et Turc - 19€90 dins toui lei librarié

LE SAVIEZ-VOUS ? Un petit mot de Nicolas PAGNOL … dialecte maritime

« La Gloire de mon pe?re fait partie des Souvenirs d’enfance de Marcel. E?crite en 1957, alors qu’il avait 62 ans, c’est l’une de ses rares œuvres qu’il n’a pas porte?e lui-me?me a? l’e?cran. On retrouve dans La Gloire..., l’humour et les souvenirs nostalgiques de mon grand-pe?re. Il nous replonge dans une enfance heureuse et inonde?e de soleil avec une magie toujours intacte. L’œuvre de Marcel Pagnol, et en particulier La Gloire de mon pe?re, de?veloppe des the?mes inde?modables : le respect de la nature et de l’autre, le rapport a? la famille, l’enfance... Ce sont la? des choses essentielles qui nous ressemblent et qui nous parlent autant aujourd’hui qu’hier...»
Préface de la BD La Glòri de moun Paire - Editions Grand Angle – Bamboo © 2018 par Scotto, Stoffel, Tanco et Turc - 19€90 dans toutes les librairies