Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

LA PASTOURALO MAUREL : UN MOUNUMEN VIVÈNT DE 175 AN !

Notre rubrique dédiée à la langue provençale met en avant, en dialecte rhodanien, quelques-uns des livres incontournables de la cuisine provençale ! Une belle occasion de rappeler en cette année de la gastronomie que les recettes ne manquent pas pour continuer de faire de la Provence un paradis " où l’on se régale le palais ”...

LA PASTOURALO MAUREL : UN MOUNUMEN VIVÈNT DE 175 AN !

En 2019, parlo soulet que lei cavo soun pus talamen lei mumo qu’en 1844… Verai, si juego pus autant aquelo pèço tradiciounalo qu’emé lou tèms venguè uno istitucien marsiheso, sènso óublida que lou publi, aro, coumprene miés lou prouvençau, pecaire, que ço que va parlo.

Pamens, degun li pòu renega soun titre prestigious estènt que la Pastouralo Maurel rèsto en Europo l’uno dei pèço de tiatre en lingo regiounalo lei mai enciano encaro jugado.

UNO PÈÇO DÓU TIATRE PROUVENÇAU, MADE IN MARSIHO…

Es à la demando de l’abat Julien (1805-1848), que cercavo de sòu pèr paga soun entre-presso d’ajudo crestiano, qu’Antòni Maurel (1815-1897) mountè en 1844 uno pastouralo, en lingo prouvençalo dialèite marsihés, en tres ate à la debuto. Un tèms noumado “la pastouralo de l’abat Julien”, la Pastouralo Maurel es vui uno pèço de tiatre en cinq ate que l’ate quatren, Erodo e lei Mage, fuguè escri en francés en 1845 pèr un denouma Gastoun de Flotte. Eiretàgi lunchen dei persounàgi crea pèr Saboly (1614-1675) dins sei nouvè e anima pèr l’art dei santounié marsihés, es uno traspousicien sus scèno dei belèn parlant.

Un trentenau de persounàgi que foueço pastre fan ana replico e cant en sieguènt uno tramo quàsi banalo dóu tèms de Nouvè que vis tout un vilàgi si metre en marcho vers Betelèn pèr ana saluda l’enfant Jèsus qu’un àngi vèn d’anouncia la vengudo ei bergié. Lou soulet elemen meloudramati nous vèn de l’avugle que recoubro la visto e recounouèisse soun fiéu rauba pèr lou bóumian. Pamens, la Pastouralo Maurel es pas uno pèço coumo leis autro. L’enavans poupulàri que counouissè tre la debuto li permeteguè de passa lou tèms fin qu’à vui, jugado chasque an pèr de chouarmo d’amatour à Marsiho e dins la regien.

UN MOUNUMEN VERTADIÉ BÈN VIVÈNT…

E qu vous a pas di, – e li poudèn vèire aquito sa marco majouralo, – que la pèço counouissè foueço moudificacien despui qu’espeliguè au mitan dóu siècle XIXen. Deja dins lou pourtissòu de la proumiero edicien de 1856 vers Boy, – qu’avié alor pas mai de quatre ate, – si pòu liegi qu’ “Ai las, caduno dei dès o douge chouarmo, que juegon toui leis annado aquelo pastouralo, li fa pati de moudificacien fachoue. Eici si l’apounde uno scèno, aiours si fa un nouvèu role”. Un bouon biais de ramenta ei «puristo» de vui que la pastouralo que juegon, o que van vèire juga, es fin finalo qu’un las d’un mounumen bèn vivènt que chasco generacien de pastouralié l’aduguè sa pèiro emai sa replico… E coumo tout mounumen vivènt, la pastouralo Maurel vis vui soun astrado ligado à-n-aquelo de soun publi tout autant qu’à la dei pastouralié que la meton en scèno. Mai la relèvo es assegurado coumo dins la chouarmo dóu Grihet dóu Plan-dei- Cuco, que la faguè ja passa nouèstei raro en Itàli e en Alemagno vo dins de lue espetaclous coumo Santo-Baumo à celèste.

E pòu enca agué un bèu camin quouro vian soun passat glourious e quouro si souvenèn pèr eisèmple que lou cant dóu proumié bergié, Flouret, Veni d’oousi, fuguè interpreta pèr lou grand Tino Rossi, vo mai pròchi de nautre, Patri Fiori ! Adounc, en un mot : Longo mai à nouesto Pastouralo Maurel !

Jan-Miquèu Turc
Proufessour certifica de lingo prouvençalo
Majourau dóu Felibrige

Traduction

LA PASTORALE MAUREL : UN MONUMENT VIVANT DE 175 ANS !

En 2019, il est évident que les choses ne sont plus tellement les mêmes qu’en 1844… En effet, on ne joue plus autant cette pièce traditionnelle devenue avec le temps une institution marseillaise, sans oublier que le public, maintenant, comprend mieux le provençal qu’il ne le parle. Cependant, personne ne peut peut renier son titre prestigieux en faisant l’une des pièces de théatre en langue régionale les plus anciennes encore jouées.

UNE PIÈCE DU THÉÂTRE PROVENÇAL, MADE IN MARSEILLE …

C’est à la demande de l'abbé Julien (1805-1848) qui cherchait à financer son entreprise d'entraide chrétienne, qu’Antoine Maurel (1815-1897) monta en 1844 une pastorale, en langue provençale dialecte marsellais, en trois actes au début. Un temps appelée " la Pastorale de l'abbé Julien", la Pastorale Maurel est aujourd’hui une pièce de théâtre en cinq actes dont le quatrième acte, Hérode et les Mages, fut écrit en français en 1845 par un certain Gaston de Flotte. Lointaine héritière des personnages créés par Saboly (1614-1675) dans ses noëls et animés par l’art des santonniers marseillais, elle est une transposition sur scène des crèches parlantes. Une trentaine de personnages dont de nombreux bergers alternent répliques et chants en suivant une trame presque banale durant la période de Noël qui voit tout un village se mettre en marche vers Bethléem pour aller saluer l’enfant Jésus dont un ange vient d'annoncer la venue aux bergers. Le seul élément mélodramatique est apporté par l’aveugle qui recouvre la vue et reconnaît son fils enlevé par le bohémien. Pour autant, la Pastorale Maurel n'est pas une pièce comme les autres. L'engouement populaire qu'elle a connu dès ses débuts a permis qu'elle nous soit transmise aujourd'hui, interprétée chaque année par des troupes d'amateurs à Marseille et dans la région.

UN VÉRITABLE MONUMENT BIEN VIVANT …

Le croiriez-vous, – et on peut y voir là sa caractéristique majeure, – que la pièce a connu de très nombreuses modifications depuis sa création au milieu du XIXème siècle. Déjà dans l'introduction de la première édition de 1856 chez Boy, qui ne comportait alors que quatre actes, on peut lire avec intérêt que " Malheureusement, chacune des dix ou douze troupes, qui jouent toutes les années cette pastorale, lui fait subir de fâcheuses modifications. Ici on ajoute une scène, ailleurs on crée un nouveau rôle". Une façon de rappeler aux "puristes" d'aujourd'hui que la pastorale qu'ils jouent ou qu'ils vont voir jouer n'est finalement qu'une facette d'un monument bien vivant auquel chaque génération de pastoraliers a apporté sa pierre et sa réplique … Et comme tout monument vivant, la Pastorale Maurel voit aujourd'hui son destin lié à celui de son public tout autant qu'à celui des pastoraliers qui la mettent en scène. Mais la relève est assurée comme dans la troupe du Grihet dóu Plan-dei-Cuco, qui l’a déjà exportée au-delà de nos frontières en Italie et en Allemagne ou dans des lieux magiques comme la Sainte-Baume en plein air. Et son avenir peut encore être radieux quand on se souvient par exemple que le chant du premier berger, Flouret, Veni d’oousi, fut interprété par le grand Tino Rossi, ou plus proche de nous encore, Patrick Fiori ! Donc en un mot : Longue vie à notre Pastorale Maurel !

Jean-Michel TURC
Professeur certifié de langue provençale à Marseille
Majoral du Félibrige

VA SABIAS ACÒ ? L’EDICIEN PAPIÉ DE LA PASTOURALO MAUREL PARÈIS QU’EN 1856… (DIALÈITE MARITIME)

Qu vous a pas di que la touto proumiero versien papié de la Pastouralo Maurel pareiguè douge an après lei proumiérei rapresentacien sus scèno d’aquéu mounumen sacra de la lingo prouvencalo ?

En 2011, pèr festa soun 155en anniversàri, Lou Grihet dóu Plan-dei-Cuco, Escolo dei Felibre dóu Tarraire Marsihés, chouarmo de pastouralié, n’en faguè uno nouvello e bello edicien, estènt que si troubavo plus gaire, pecaire, qu’à la B.M.V.R. de l’Alcazar à Marsiho, au founs patrimouniau... Segur, em’aquesto segoundo edicien sian d’abord dins lou simbole d’uno celebracien.

Mai coumo que vague, si li capito mai la provo que la Maurel a panca trouba soun parié dins nouesto culturo ! Longo mai dounc à-n-elo !

LE SAVIEZ-VOUS ? L’édition papier de la Pastorale Maurel ne paraît qu’en 1856… dialecte maritime

Le croiriez-vous que la toute première version papier de la Pastorale Maurel parut douze ans après les premières représentations sur scène de ce monument sacré de la langue provençale ? En 2011, pour fêter son 155ème anniversaire, Lou Grihet de Plan-de-Cuques, École des Félibres du Terroir Marsellais, troupe de pastoraliers, en fit une nouvelle et belle édition, ne se trouvant guère plus, hélas, qu'à la B.M.V.R. de l'Alcazar à Marseille, au fonds patrimonial... Bien sûr, avec cette seconde édition nous sommes d’abord dans le symbole d’une célébration. Mais quoi qu’il en soit, force est de constater que la Maurel n’a pas encore trouvé d’équivalent dans notre culture ! Longue vie donc à elle !