Relevons le défi de la mobilité

Les habitants des Bouches-du-Rhône perdent six mois de leur vie dans les embouteillages, et six mois d’espérance de vie à cause de la pollution.  Il  n’y a pas d’attractivité sans transports dignes du 21e siècle.

300 MILLIONS D’EUROS POUR DES CHANTIERS PRIORITAIRES

Nous avons besoin de transports qui répondent enfin aux besoins de tous a affirmé  Martine Vassal. Une volonté qui se traduit dans les faits avec un grand plan de mobilisation autour de chantiers indispensables pour favoriser la mobilité. En premier lieu, l’aménagement souterrain de la gare Saint- Charles pour fluidifier les liaisons ferroviaires. L’objectif est d’anticiper de 10 ans le début des travaux prévus pour 2030.

Mais aussi le développement de réseaux de transports en commun avec des voies dédiées, notamment pour les liaisons Aix-Gardanne-Marseille, Marseille-aéroport et Marseille-Aubagne-La Ciotat. Ou l’incitation aux modes de déplacements durables en favorisant les pôles multimodaux.

80 MILLIONS D’EUROS POUR LES INFRASTRUCTURES ROUTIERES

Les pôles économiques et les bassins de vie ont besoin de dessertes efficaces grâce à des infrastructures routières de qualité. Le budget consacré aux routes départementales entend renforcer la priorité donnée aux opérations les plus structurantes.

Des chantiers sont déjà en cours et d’autres commenceront d’ici 2020, parmi lesquels le désengorgement de l’agglomération aixoise avec la déviation de La Barque et la liaison D6/A8, mais aussi l’accès facilité au Grand Port maritime de Marseille/Fos-sur-Mer avec la RD268.

Plus largement, les efforts porteront sur la modernisation du réseau existant afin de faire face aux nouveaux enjeux de mobilité, de sécurité et de développement durable.

500 KILOMETRES DE PISTES CYCLABLES

Aujourd’hui, le département compte 80 kilomètres

d’aménagements destinés aux vélos. D’ici 2020, ce seront pas moins de 500 kilomètres de pistes dédiées au vélo avec 40 millions d’euros qui seront investis.