Cap sur un environnement adapté

Le Département, déjà présent aux côtés d’associations comme l’Arche Marseille, souhaite poursuivre sa politique en faveur d’un logement encadré et autonome pour tous les types de handicap. 80 millions d’euros y seront consacrés sur tout le territoire.

 

Le foyer de vie Saint-Joseph, géré par l’association l’Arche Marseille, montre l’exemple depuis plus de 8 ans. Dans les couloirs de l’établissement, en plein coeur du quartier Saint-Just, on croise une multitude d’histoires de vie sans qu’aucune ne se ressemble.

D’un côté 16 pensionnaires, tous atteints d’un handicap mental plus ou moins lourd, et de l’autre, leurs accompagnants valides, en service civique ou salariés. Tous ces adultes au destin différent forment une véritable communauté et partagent leur quotidien.

PARTAGER UN QUOTIDIEN

Répartis dans deux petites maisons, les résidents disposent de leur propre chambre mais cohabitent du petit-déjeuner au coucher. “Les pensionnaires sont rejoints en journée par 10 autres adultes handicapés pour participer à des activités encadrées par les animateurs”, détaille César Cuillé, directeur de l’association à Marseille, “après le dîner, un temps spirituel collectif permet à chacun d’exprimer ses joies ou ses craintes, qu’il soit croyant ou non. C’est un moment apaisant pour tous”, précise-t-il.

Au menu de ces journées bien remplies, du bricolage, du théâtre, de la musique, du sport, des ateliers de zoothérapie et même la confection d’un petit journal, sans aucune notion de productivité ou de rentabilité. L’objectif est simple : s’ouvrir aux autres et développer sa créativité. Si cette structure fonctionne bien, c’est en partie grâce à l’aide sociale versée par le Département. L’institution a d’ailleurs contribué à la rénovation d’une ancienne bâtisse marseillaise, à quelques pas du foyer actuel, dans laquelle vont bientôt s’installer les pensionnaires.

LE PREMIER HABITAT INCLUSIF À AIX-EN-PROVENCE

Toujours porté par la volonté de l’Arche, un groupement de logements partagés doit voir le jour à deux pas du centre-ville d’Aix-en- Provence d’ici 2020. “La différence avec le foyer, c’est qu’il y a davantage d’autonomie ici”, précise Bruno Descotes-Genon, responsable du projet. “Ce dispositif relève de l’habitat ordinaire avec un encadrement plus léger”. La personne est partie prenante de son projet de vie et peut travailler en fonction de son handicap.

Pour faciliter le financement de cet habitat, le Département a décidé de mutualiser la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) et de la reverser à l’association. Une démarche accueillie avec enthousiasme : “Le Département est ouvert aux projets innovants et c’est très positif. Il répond aux besoins des familles et des personnes concernées”.

PLAN HANDIPROVENCE 2025

AXE 3 : UN DISPOSITIF D’ACCUEIL ADAPTÉ ET CHOISI - 80 millions d'euros pour :

  • 1 000 logements adaptés d’ici 2025
  • 1 000 places en résidence autonomie dont 200 pour les personnes handicapées vieillissantes
  • 200 places en foyer de vie dont 10 % en accueil de jour
  • 70 logements regroupés et adaptés mis à disposition
  • Développement de l’offre d’hébergement pour les personnes autistes, en lien avec l’Agence Régionale de Santé (ARS)
  • Renforcement des actions de sensibilisation dans les collèges publics et privés