Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

Lancement des Etats généraux de Provence

Lancement des Etats généraux de Provence

« Nous l’avons une nouvelle fois constaté lors des élections départementales de mars dernier : l’abstention continue de monter, scrutin après scrutin, élection après élection.

Nos compatriotes sont de plus en plus nombreux à penser que la politique ne peut plus rien, que les vrais problèmes ne sont pas résolus et que la classe politique ne répond pas à leurs préoccupations quotidiennes. 
Cette fracture démocratique grandissante ne cesse de m’inquiéter, Mesdames et Messieurs.
Elle doit tous nous interpeller et pas seulement uniquement les soirs d’élection où tous les représentants des partis politiques se lamentent, à juste titre, de ce désintérêt croissant d’une partie de la population.
Car, en effet, qui peut se satisfaire de vivre dans un pays où seulement à peine plus d’un électeur sur deux se rend aux urnes ?

Qui peut se satisfaire de vivre dans une démocratie où les partis de gouvernement ne rassemblent qu’une petite majorité de ceux qui vont effectivement voter ? 
Personne, Mesdames et Messieurs. Personne ne peut et ne doit s’en satisfaire.
Ce sont les fondements mêmes de notre système politique qui sont menacés. Il appartient à chaque responsable politique d’en prendre la mesure et d’en tirer toutes les conséquences.

Pour ma part et dans les fonctions qui sont désormais les miennes, je souhaite contribuer à retisser, à renouer ce lien de confiance qui doit exister avec les citoyens. 
C’est pourquoi j’ai annoncé clairement que la nouvelle majorité départementale tiendrait scrupuleusement les engagements sur lesquels elle a été élue en mars dernier.

Le respect de la parole donnée est un impératif absolu si nous voulons que nos concitoyens retrouvent confiance dans leur classe politique.

Les habitants de ce département ont voulu l’alternance.
Cette respiration démocratique doit se traduire par un certain nombre de changements très concrets qui seront mis en place dans les prochaines semaines.
Mais ce programme mérite d’être être enrichi et approfondi par un large débat, ouvert à l’ensemble des forces vives de notre département mais aussi à tous les Provençaux qui souhaitent s’y impliquer.

C’est tout le sens des Etats Généraux que nous lançons ensemble ce matin.
Je vous remercie d’être venus si nombreux pour partager ce moment important pour l’avenir de notre département.
Car il est important que chacun d’entre vous soit un acteur engagé de ces Etats Généraux.
Je pense évidemment aux Conseillers départementaux de la majorité mais aussi à ceux de l’opposition qui y ont toute leur place.

Je pense évidemment à tous les agents et collaborateurs de cette belle maison parce que nous avons besoin de leur expertise et de leurs compétences. 
Je pense évidemment aux Parlementaires, aux Maires et à l’ensemble des élus municipaux qui constituent le maillage si précieux de notre département. Je pense évidemment aux chambres consulaires et aux acteurs économiques au sens large.
Je pense évidemment aux universitaires, aux intellectuels et, plus généralement, à tous les talents que compte notre département. 

Je pense évidemment aux forces vives et elles sont nombreuses qui œuvrent dans le domaine associatif, social et culturel.
Je pense bien évidemment à tous les habitants de notre département qui pourront, dès aujourd’hui, participer à cette grande concertation grâce à un espace spécifiquement dédié sur notre site internet www.cg13.fr   

Ce processus de dialogue et d’échanges que nous lançons aujourd’hui s’organisera en trois séquences successives.
D’abord, dans les tous prochains jours, quatre groupes de travail, composés d’élus et d’agents du Conseil Départemental mais aussi d’experts, se mettront en place.
De septembre à novembre, ces groupes de travail s’appuieront à la fois sur le socle de notre programme électoral et sur la contribution de personnalités qualifiées dans les domaines concernés.
Ces réunions pourront être décentralisées afin que nos Etats Généraux puissent irriguer l’ensemble de notre département.

Ces groupes de travail seront placés sous la responsabilité de quatre élus qui représentent la diversité des territoires de la Provence :

•    Gérard Gazay pour l’attractivité et le rayonnement 
•    Jean-Claude Féraud pour l’exigence sociale
•    Lucien Limousin pour la préservation et l’équilibre des territoires
•    Danièle Brunet pour la jeunesse, l’avenir de notre département

Ensuite, viendra le temps de la grande plénière fin novembre qui sera ouverte à tous et qui permettra de faire la synthèse de l’ensemble des propositions recensées.
Enfin, l’Assemblée départementale examinera, en janvier 2016, le projet départemental issu de ces Etats Généraux de Provence.

Mesdames, Messieurs, le cadre est posé. Plusieurs mois de débats, des groupes de travail pour préparer les plénières, quatre thèmes bien définis.
Mais, plus que des thèmes, ce sont de véritables défis qu’il nous faut relever collectivement.
Comment rendre notre département plus attractif pour créer de nouvelles activités et des emplois ?
Comment mettre plus d’efficacité mais aussi plus d’équité et de justice dans notre système de solidarité ?
Comment offrir à notre jeunesse de véritables perspectives d’avenir ?
Comment parvenir à un développement harmonieux de tous les territoires en organisant mieux les déplacements ?

Tels sont les beaux enjeux de ces Etats Généraux qui sont une invitation à l’audace, à l’imagination, au volontarisme.  

Mesdames et Messieurs, en ce jour où nous célébrons l’appel du 18 juin 1940 qui fut si crucial pour notre pays, nous devons nous rappeler à que point, lorsque les circonstances l’exigent, la France sait faire preuve de courage.

Nous devons nous rappeler à quel point, lorsque la situation est très difficile, la France est capable de trouver les voies et les moyens pour rebondir. 
Alors que nous devons faire face à une crise économique et sociale, qui touche de plein fouet nos concitoyens, c’est au courage et à l’action que je nous invite collectivement avec trois exigences fondamentales pour notre département.

La première de ces exigences, c’est de jouer collectif pour faire gagner la Provence.  
Le temps est venu de transcender les clivages habituels et d’unir nos forces au service de notre plus beau, de notre plus grand dénominateur commun, La Provence.
Si nous voulons gagner la compétition qui se joue entre les territoires, nous devons tous aller dans le même sens, par-delà nos différences ou nos divergences.
A l’heure où un nouveau paysage institutionnel se dessine, dans une certaine confusion il faut bien le dire, nous devons encourager des partenariats et des rapprochements pour répondre aux attentes de nos concitoyens.

Nous devons favoriser des synergies et des coopérations pour faire avancer les projets.  
C’est dans cet état d’esprit positif et constructif que j’inscris mon action à la tête du Conseil Départemental.
Deuxième exigence : dépenser moins mais mieux pour être plus efficace.
Chacun le sait : nos collectivités évoluent dans un contexte financier très défavorable.
Les nouvelles charges imposées par les transferts de compétences, d’une part, et la baisse des dotations de l’Etat, d’autre part, ont singulièrement réduit nos marges de manœuvres.  
Dans le même temps, nous savons bien que notre pays a atteint la cote d’alerte en matière d’impôts et de prélèvements.

Il n’est plus possible de pressurer davantage les ménages et les entreprises.
Le matraquage fiscal doit s’arrêter, faute de quoi toute reprise économique sera rendue définitivement impossible.

C’est donc l’ensemble de l’action publique qui doit être rationalisé.
S’agissant du Conseil Départemental, nous prendrons les mesures nécessaires au regard d’une situation financière qui s’est dégradée depuis trois ans, comme le révèle l’audit que  nous avons commandé.
Nous le ferons sans augmentation d’impôts pendant les six prochaines années.

Troisième exigence, et c’est sans doute la plus importante :  redonner grandeur et âme à l’identité de notre département.
Nous avons la chance d’être le cœur battant de la Provence, avec tout ce qui fait notre fierté : la richesse de son histoire, la beauté de ses paysages, la diversité de son patrimoine culturel, le talent de ses artistes.
Mais la Provence, c’est aussi une force de frappe incomparable au niveau économique qu’il nous faut mieux accompagner et même renforcer.  
Mesdames et Messieurs, n’hésitons pas, n’hésitons plus à valoriser notre potentiel et à jouer notre propre carte !
Notre département produit 50% des richesses de l’ensemble de la région Provence Alpes Côte d’Azur. Qui le sait ?
Notre département recense 50 000 emplois directs ou indirects dans le secteur du tourisme. Qui le sait ?
Notre département compte 9000 chercheurs, ce qui en fait le 2ème centre français pour la recherche médicale. Qui le sait ?
Notre département est le premier producteur français de fruits et de légumes de notre pays. Qui le sait ?
Notre département va créer 5000 emplois directs dans l’industrie cette année. Qui le sait ?

Mesdames et Messieurs, avec ces Etats Généraux, je vous propose de dessiner ensemble les contours de cette Provence aux mille atouts à l’horizon 2021.
Une Provence indépendante et rebelle parce qu’elle sait résister à tous ceux qui veulent lui imposer des décisions venues d’en haut.

Une Provence profondément, viscéralement libre parce qu’elle veut garder la maîtrise de son destin. 
Une Provence courageuse parce qu’elle a le caractère et la détermination nécessaires pour affronter les temps difficiles que nous traversons ».  

18 juin 2015