Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Biodiversité : les jeunes du CDJ se mettent dans la peau des décideurs internationaux
La jeunesse notre avenir

Biodiversité : les jeunes du CDJ se mettent dans la peau des décideurs internationaux

04/03/2020

Les conseillers départementaux jeunes doivent participer à la COP Jeunesse qui se tiendra en parallèle du Congrès mondial de la nature de l'UICN en juin. Pour les préparer, le Département leur a proposé une simulation de négociation sur la biodiversité.

" Vous négociateur de la COP diversité, vous devez lire le texte suivant et négocier sur son contenu. Votre objectif : négocier et adopter un texte en fin de négociation. " C'est une Assemblée du Conseil départemental des jeunes (CDJ) un peu particulière qui s'est déroulée ce mardi 3 mars. Alors que le Congrès mondial de la nature organisé par l'UCIN se tiendra du 11 au 19 juin à Marseille, le Département a souhaité associé les jeunes Provençaux à cet événement international en organisant en parallèle une COP Jeunesse.

 

Identifier les enjeux internationaux et locaux

Pour préparer les 64 conseillers départementaux jeunes qui participeront à cette COP Jeunesse, un exercice de simulation de négociation était organisé ce mardi au Département. Un jeu de rôle où chacun doit se mettre dans la peau d'un pays ou – petite entorse à la réalité – d'une ONG, d'une collectivité locale ou encore d'une entreprise – trois catégories qui ne sont normalement pas représentées dans une COP mais qui œuvrent en coulisses en faisant du lobbying.

Le but : permettre aux conseillers jeunes de mieux comprendre la thématique de la biodiversité, identifier les enjeux mondiaux mais aussi locaux et travailler sur les intérêts et les enjeux d'un pays ou d'une ONG.

 

" Tous les rôles sont importants, tout le monde va prendre la parole "

Installés dans la salle des séances publiques, les conseillers départementaux jeunes prennent la mesure de ce qui les attend. Devant eux, Henri Landes, co-président de l'association Terriens d'abord et professeur de politique du développement durable à Sciences-Po Paris. L'homme, rompu à ces exercices de simulation de négociation, a pour mission de les accompagner tout au long cette aventure.

" Vous allez négocier pour la préservation de la biodiversité. Vous devez choisir, par groupe de trois, qui vous voulez représenter : la France, la Chine, l'Allemagne, Black Rock, Nestlé, le WWF, le Conseil départemental des Bouches-du-Rhône, la Mairie de Marseille, le parc marin de la Côte bleue, etc. N'oubliez pas, tous les rôles sont importants. Tout le monde va prendre la parole et il va falloir trouver des compromis. Nous avons aussi créé un groupe de journalistes. Charge à eux de vérifier et diffuser les informations qui seront données par chaque partie. "

 

"Je veux défendre mon cadre de vie ! "

Pour certains, pas d'hésitation. César, collégien en 4e à Marseille, décide de représenter la France. "C'est mon pays, je connais déjà plein de choses, ce sera plus facile", glisse-t-il dans un sourire. Julie, qui est en 5e à Port-Saint-Louis-du-Rhône, fait le choix de l'Agence régionale de la biodiversité. "J'habite aux portes de la Camargue. Je veux défendre mon cadre de vie ! ", explique la toute jeune fille.

Pour certains, le choix sera plus difficile. Du côté de BlackRock, du Brésil et des Etats-Unis, on hésite sur la marche à suivre… " Comment on va faire ? C'est le pays le plus méchant et le plus irrespectueux de la biodiversité ! C'est un pays indéfendable ! ", s'exclame en chœur les trois filles chargées de représenter les Etats-Unis. "Je sais ! Il faut qu'on apprenne à mentir pour cette négociation ! ", dit l'une d'elle.

 

" Ces jeunes ont vraiment des choses à dire "

Pour les coacher et les amener à trouver les bons arguments, des membres des Petits débrouillards vont de groupe en groupe. Clémentine, qui fait partie de l'association, se dit " impressionnée par l'investissement des jeunes ". " Ils comprennent vite les enjeux alors que c'est tout de même extrêmement compliqué. Ces jeunes ont vraiment des choses à dire. Le Congrès de l'UICN est une énorme opportunité pour eux d'être écouté. "

En à peine deux heures, chaque groupe aura écrit un discours pour présenter son pays, ONG, entreprise, collectivité locale et ce que chacun attend de l'accord qui devra être signé entre toutes les parties.

 

 

Un outil pédagogique puissant

L'Allemagne annonce ainsi vouloir créer un fonds international pour financer la défense de la biodiversité, Madagascar entend de son côté miser sur l'écotourisme et WWF n'hésite pas à s'en prendre aux émissions de CO2 de la Chine et des Etats-Unis. Du côté de BlackRock, on assure vouloir investir dans la protection de la nature. Quant aux Etats-Unis, les trois jeunes filles qui les représentent insistent sur la richesse de la biodiversité de leur pays pour montrer que le sujet les concerne en premier lieu.

"Ce jeu de rôle est un outil pédagogique puissant, explique Henri Landes. C'est une façon de donner envie à ces jeunes de s'engager intellectuellement." Les conseillers départementaux jeunes doivent se retrouver le 5 mai au Département pour cette fois-ci réellement engager la négociation et amender le texte qui leur été soumis ce mardi.

 

Un texte présenté aux experts de l'UICN

Pour la COP jeunesse du 16 juin 2020, ils seront rejoints par près de 350 autres jeunes issus des collèges et des lycées mais aussi de dispositifs européens comme Erasmus. " Ce jour-là, on sera vraiment prêts à négocier sur les thèmes choisis par le Congrès de l'UICN ", assure le jeune César.

Les résultats de cette négociation seront déclinés dans les Accords de Provence qui devraient être présentés aux experts congressistes de l'UICN. Et pourquoi pas à la COP 15 qui se tiendra à Kunming, en Chine, en octobre 2020.

 

Romain Beck, président de la CDJ : " Ça va être fort en émotion ! "

Romain Beck a eu la lourde charge mardi 3 mars d'ouvrir la 4e assemblée du Conseil départemental des jeunes. " Nous sommes ici pour préparer la COP Jeunesse. Nous sommes acteurs de notre territoire et c'est important pour nous ", dit-il solennellement devant ses pairs. En tant que président de la CDJ, Romain n'a pas eu le choix de son rôle : celui de la Chine, pays hôte de la prochaine COP, lui a été attribué d'office. " Les Chinois sont les plus gros pollueurs internationaux, ce sont de très mauvais élèves ", explique-t-il un peu dépité. Et d'ajouter : " Ça ne va pas être facile de trouver des arguments et de faire des compromis ! ". Deux heures plus tard, après s'être penché sur le sujet, le jeune homme de 14 ans se veut toutefois beaucoup plus confiant. "J'ai bien bossé mon sujet. Des arguments, notamment économiques, sont tout à fait défendables ", affirme-t-il. " C'est un beau et grand projet auquel on participe. C'est fou de se dire qu'on va pouvoir montrer le fruit de notre travail à des experts de l'UICN ", poursuit-il. Et d'ajouter : " Ça va être fort en émotion ! ".

 

Le Département, partenaire de l'UICN

En soutenant ce grand rendez-vous international qu'est le Congrès mondial de la nature de l'UICN, le Département souhaite montrer que les collectivités ont un rôle essentiel à jouer dans la préservation de la biodiversité, notamment à travers l'éducation et la sensibilisation des jeunes. Lors du Congrès en juin, notre territoire aura l'occasion d'exposer les pratiques exemplaires, celles qui montrent la capacité de résilience de la nature lorsqu'elle est protégée et parfois sanctuarisée dans les nombreux parcs naturels régionaux et les réserves aux écosystèmes diversifiés. Ces sites seront une vitrine pour les congressistes et un message d'espoir pour les citoyens, montrant là encore que la préservation de la biodiversité passe par l'engagement des collectivités.

 

J.K