Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Les Départements au cœur de la politique sportive des territoires
Sports

Les Départements au cœur de la politique sportive des territoires

20.10.2017

A l’occasion du 87ème congrès de l’assemblée des départements de France, les élus s’inquiètent pour la politique sportive dans leurs territoires. Et ce, malgré le caractère indispensable de la présence des départements.

C’est bizarrement dans la ville capitale européenne du sport que les élus départementaux venus de toute la France, annoncent leur inquiétude. Comment gérer une politique sportive à l’heure où l’Etat baisse ses dotations ? Thierry Santelli, Vice-président du Département des Bouches-du-Rhône et délégué au sport et aux grands événements résume pourtant la pensée de tous. « Nous sommes là pour accompagner tous les sportifs dans toutes les disciplines. Pour preuve, nous avons un budget de 15 millions d’euros consacré au sport et au soutien des associations sportives ».

L’arrêt des départements serait dramatique pour le sport

Même son de cloche du côté de la Moselle. Son Président, Patrick Weiten affirme sans détour que « si le département n’est plus là, le sport en supportera des conséquences dramatiques, ainsi que la jeunesse ». Le sport, compétence facultative des départements, est un rouage essentiel dans la vie sociale et dans le lien citoyen. Mais son caractère non obligatoire pourrait inciter les responsables politiques à en réduire le budget. Pour Henri Nayrou, Président de l’Ariège, c’est une chose impossible. « Le sport est une école de la vie à tout âge. Si nous abandonnons ce champ de compétence, nous laissons aussi de côté les bénévoles et tout un pan de formation nécessaire à nos habitants ».

Un départ du Tour en Provence après 2020 ?

Pourtant, chacun le reconnaît, sur son territoire, c’est le sport qui est le moteur de la vie. En particulier lorsqu’il s’agit de grandes manifestations comme le Tour de France, 3ème événement sportif le plus regardé au monde. Pour Pierre-Yves Thouault, directeur adjoint du Cyclisme chez Amaury Sport Organisation, « sans les départements, on ne pourrait pas organiser le Tour de France de cette manière. Et l’on sait que lorsque le Tour passe sur des communes, dans des départements, il y a de véritables retombées économique ». Un aspect que n’a pas manqué de saisir Thierry Santelli puisqu’il a annoncé qu’une ville des Bouches-du-Rhône serait candidate au départ du Tour de France après 2020. En plus des 25 millions annoncés pour soutenir Paris 2024, le Département se place ainsi en contre-point d’un hypothétique abandon de la politique sportive dans les Bouches-du-Rhône, et plus largement en Provence.

Infos pratiques