Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Une esplanade Jean-Claude-Beton pour rendre hommage au père d’Orangina
Retour sur...

Une esplanade Jean-Claude-Beton pour rendre hommage au père d’Orangina

02/12/2016

L’inauguration a lieu à l’Escale Borély à Marseille le 1er décembre. L’esplanade portera le nom de ce grand entrepreneur marseillais qui a créé Orangina.

La petite bouteille qui a conquis le monde est née à Marseille. Celle qui a tout secoué est sortie de l’imagination géniale de Jean-Claude Beton, décédé il y a 3 ans le 2 décembre 2013. Pour rendre hommage à ce grand entrepreneur, Jean-Claude Gaudin, sénateur-maire de Marseille et président de la Métropole, Martine Vassal, présidente du Conseil départemental et Yves Moraine, maire du 4e secteur, ont inauguré ensemble l’esplanade Jean-Claude Beton, à l’Escale Borély à Marseille. Un lieu emblématique où se côtoient toute l’année la plage, la fête, l’amusement, la détente. 

Sa femme Madeleine, entourée de ses enfants et de son petit-fils Louis, n’a pas caché son émotion en ce moment symbolique. Comme d’ailleurs la présidente du Département, amie de la famille. « Nous honorons un grand homme. Une force de caractère exceptionnelle, un grand courage, de l’audace, du travail : c’était tout cela et bien plus encore Jean-Claude Beton. Une leçon de vie qui doit nous servir d’exemple. »

Un produit devenu culte

Cet inventeur de génie fut à l’avant-garde de la communication et de la promotion. Au départ, en 1925, existait une boisson préparée par son père en Algérie avec les oranges de Boufarik. Son père, Léon Beton, rencontre au milieu des années 30, un pharmacien de Valence en Espagne. Avec qui il concocte la formule secrète d’une nouvelle boisson. La guerre civile espagnole stoppe net son développement. Jean-Claude Beton, à partir de 1951, avec un diplôme d’ingénieur agronome en poche, relance la boisson et la transforme en un produit devenu culte grâce à ses idées de génie. La bouteille prend alors cet aspect granuleux qui rappelle la peau d’orange. La croissance économique est au beau fixe, le marché du soda en pleine expansion. Et en 1969, Jean-Claude Beton a l’idée, pour promouvoir sa marque Orangina, de créer un spot publicitaire qu’on appelait alors une réclame, en s’inspirant des Temps Modernes de Chaplin. Et en inventant le fameux slogan « Secouez-moi ! ». En 5 ans, le nombre de bouteilles vendues dans le monde passe de 50 millions à 500 millions! 

Orangina, c’est donc l’histoire d’une réussite fulgurante. C’est aussi l’histoire d’une famille marseillaise qui a su, discrètement mais avec talent et détermination, faire fructifier une marque. Ce grand monsieur méritait bien cet hommage.

Infos pratiques