Des mesures exceptionnelles pour sauvegarder le littoral

Préserver la mer et garder intacts les milieux aquatiques, sont des facteurs essentiels dans la sauvegarde de notre territoire. Pour réussir ce pari, des mesures inédites sont engagées.

Ici plus qu’ailleurs, l’eau est la source de tout : développement social et économique autour de l’Étang de Berre, ou source d’ouverture sur la Méditerranée grâce aux différents ports, cet élément essentiel participe à l’évolution du territoire. La qualité des eaux est fortement dépendante des luttes contre les pollutions domestiques, pluviales, portuaires et industrielles ainsi que du bon état écologique de ses rivières et cours d’eau. Autant de raisons de mettre en place des actions concrètes et efficaces comme celles liées au programme du “Livre bleu”.

50 % DES OBJECTIFS RÉALISÉS DANS 18 MOIS

Dans ce dispositif, plusieurs initiatives ont été engagées, et 50 % des objectifs élaborés seront réalisés d’ici 18 mois. Des mesures utiles au public comme l’aménagement du sentier littoral du parc des Calanques reliant Marseille à la Ciotat. Mais aussi nécessaires à la préservation écologique comme un robot collecteur de déchets flottants et d’hydrocarbures, actuellement en expérimentation sur le port de Cassis. Ce système pourrait être utilisé dans plusieurs ports du littoral.

MAINTENIR L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE

D’autres solutions sont envisagées pour maintenir des activités économiques pouvant être menacées, comme la conchyliculture à Port-Saint-Louis-du- Rhône. Plus largement, l’extension du Contrat de Baie pour améliorer la qualité écologique et sanitaire des masses côtières, ou le projet de coopération internationale Tourismed pour développer le “Pescatourisme” sont des engagements nécessaires à la pérennité de notre territoire.


“LE NETTOYEUR” ENTRE AU PORT

Il s’appelle “Jelly Fish boat” mais derrière cet anglicisme se cache un redoutable “nettoyeur”. En expérimentation depuis le mois de juin dans le port de Cassis, ce robot électrique radiocommandé permet de collecter tous les déchets flottants (bouteilles, plastiques, végétaux par exemple), mais aussi d’endiguer certaines petites pollutions d’hydrocarbures grâce à des filtres spéciaux. “C’est un très bon outil qui vient idéalement en complément de la collecte manuelle”, avance Pascal Seillier, directeur du Port départemental de Cassis. “En 4 mois, à raison d’au minimum une fois par semaine, le robot a permis de récolter 500 litres de déchets”.

Le Département a contribué à l’achat de ce robot devenu un outil indispensable dans le port de la cité cassidaine.

Patricia SAEZ
Conseillère départementale,
déléguée aux Risques environnementaux

“Sa configuration géographique et son climat font des Bouches-du- Rhône un département exposé aux risques naturels, mais aussi aux risques technologiques de par les activités qu’il accueille. L’Agenda environnemental aborde des enjeux primordiaux pour préserver notre territoire en bonne santé.”