Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

Les chantiers pour la mobilité des provençaux accélèrent

Alors que le contournement de Marseille est désormais une réalité avec l’ouverture de la L2
dans sa totalité, des axes majeurs du centre sont en pleine transformation, offrant à l’horizon
2022 plus de place aux modes de déplacements alternatifs et collectifs.

À l’automne dernier, l’ouverture de la L2 sur l’ensemble de son tracé, du Nord à l’Est de Marseille, a marqué le début d’une nouvelle ère pour la mobilité des Provençaux, ouvrant enfin des perspectives pour se déplacer autrement sur les grands axes du centre désormais délestés d’une partie de leur trafic (jusqu’à 30 % sur certaines artères). La L2 redessine en effet les habitudes de circulation, notamment dans le centre de la cité phocéenne.

Anticipant ce nouveau paysage, la Métropole Aix-Marseille- Provence et le Département ont engagé des moyens ambitieux (390 millions d’euros au total) pour la réalisation d’ici à trois ans de trois projets d’envergure : le Boulevard Urbain Sud, la requalification de la rocade du Jarret et celle du Cours Lieutaud. À l’horizon 2022, ces trois chantiers majeurs permettront enfin de doter le territoire d’infrastructures de déplacement dignes d’une grande métropole européenne.

LE NOUVEAU VISAGE DE LA ROCADE DU JARRET

Sur cette artère qui constituait jusque-là l’unique itinéraire de contournement de la ville, la circulation devrait enregistrer une baisse d’environ 20 % de son trafic, une fois que la L2 aura trouvé son rythme de croisière. Les travaux pour sa transformation en un boulevard urbain arboré de 3,6 kilomètres, de Saint-Just à la Place de Pologne, ont démarré en 2018.

Réalisés en quatre phases, à commencer par la portion entre l’avenue de la Timone et le Boulevard Chave, ils devraient s’achever en 2021. La rocade offrira alors un nouveau visage grâce à des aménagements privilégiant des modes de déplacement doux et la circulation des transports en commun. Espaces élargis pour les piétons, pistes cyclables unidirectionnelles de chaque côté et optimisation de la desserte des riverains viendront s’ajouter à des aménagements spécifiques pour les transports en commun, notamment voies en sites propres et système de priorité pour le franchissement des carrefours. Le projet prend en compte l’ensemble des usages y compris la desserte de l’Hôpital de la Timone, de la Faculté de Médecine et de l’Hôtel du Département, qui jalonnent le Jarret.

Placée sous maîtrise d’ouvrage de la Métropole, cette opération mobilise un investissement total de 60 millions d’euros, financé à hauteur de près de 41 millions d’euros par le Département (soit 67,2 % du montant de l’opération).

LE BOULEVARD URBAIN SUD, UNE NOUVELLE VOIE MULTIMODALE

Destiné à désenclaver les quartiers Sud, le Boulevard urbain Sud (BUS), dont la mise en service est prévue en 2022, connectera à terme les secteurs de la Pointe-Rouge et de Sainte-Marguerite à l’autoroute A50 et à la rocade L2, au niveau de l’échangeur Florian, achevant ainsi le contournement périphérique de Marseille du Sud au Nord.

Conçu comme un boulevard urbain et paysager, d’une longueur de 8,5 kilomètres (8e, 9e, 10e arrt), il fera cohabiter différents modes de déplacement. Des cheminements piétons et des pistes cyclables seront aménagés sur la totalité de son linéaire et des couloirs réservés aux transports en commun créés sur la majorité de l’infrastructure. Ces derniers devront permettre d’accueillir notamment le futur Bus à haut niveau de service (BHNS) B5 La Fourragère-Pointe Rouge. La réalisation de la première section du BUS, entre l’échangeur Florian et le boulevard Sainte-Marguerite, bat son plein depuis 2017 et a vu notamment la démolition de l’autopont de Saint- Loup et l’achèvement partiel des tranchées couvertes.

Sur une longueur d’un kilomètre, ces dernières permettront notamment d’aménager les voiries de surface. Mise en service en 2020, cette portion est financée à hauteur de plus de 108 millions d’euros par le Département sur un coût total de 161 millions d’euros. Dans son ensemble, la réalisation du BUS nécessite un investissement de 250 millions d’euros, financé à hauteur de 168 millions par le Département.

LE COURS LIEUTAUD REPENSÉ

Le Cours Lieutaud a entamé sa mue pour devenir un axe de circulation plus apaisé. La première tranche de travaux a démarré, entre le boulevard Baille et le boulevard Salvator, les travaux devraient s’achever en 2020 pour se poursuivre jusqu’à la Canebière en intégrant le cours Garibaldi. Le projet doit permettre aux Marseillais de se réapproprier le quartier, avec moins de places pour les voitures, plus de place pour les piétons et un stationnement plus rationnel.

Ces travaux pilotés par la Métropole sont financés à hauteur de 8,6 millions d’euros par le Département soit 70 % du coût total. En 2020, cette artère aura ainsi retrouvé ses fonctions originelles, celle d’un cours, propice à la déambulation et à la flânerie.