Patrick Pourbaix : La Provence, figure de proue

C'est la dernière-née des compagnies de croisières, et pourtant sa croissance en a surpris plus d'un. MSC Croisières est devenu en 15 ans le leader européen des croisiéristes. Avec la Provence comme attache. Patrick Pourbaix, directeur général, analyse sa progression.

“Avoir Marseille comme port d’attache, c’est avoir la Provence à portée de main”. Patrick Pourbaix, Directeur général de MSC Croisières en est conscient. Choisir la cité phocéenne comme tête de pont de sa flotte, c’est faire rêver les passagers qui embarquent sur ses imposants navires. 

Nouveau Navire Amiral 

“Nous avons aujourd’hui 3 navires ici et bientôt 4. C’est dire notre lien avec cette région. Le “petit” dernier vient tout juste de sortir des chantiers de Saint-Nazaire, comme ses cousins de la compagnie. Ses dimensions impressionnantes donneraient le tournis aux équipages de Christophe Colomb. 315 mètres de long, 43 de large, 167 600 tonnes pouvant accueillir
5 700 passagers… Il est loin le temps de “La croisière s’amuse” où l’équipage presque familial s’invitait à la table des passagers. Avec 1 530 membres d’équipage, le “Meraviglia” est le nouveau navire amiral de la flotte MSC. 

Une histoire récente

Si la Compagnie lancée en 1970 s’est développée grâce aux cargos, l’activité “croisière” a débuté, elle, il y a une quinzaine d’années, avec l’achat de 3 vieux paquebots. Aujourd’hui, elle est quatrième mondiale et leader européen du secteur, grâce à l’achat de 12 nouveaux navires. “Notre développement est particulier puisque nous sommes la seule compagnie parmi les leaders mondiaux à être restée entreprise familiale, donc pas côtée en Bourse. De plus, nous sommes exclusivement européens, ce qui renforce notre implication territoriale”,  argue Patrick Pourbaix. 

Et plus particulièrement en Provence, point de départ des croisières méditerranéennes. “La Méditerranée est le berceau de nos voyages avec comme départ Marseille et des passages dans des villes comme Barcelone, Gênes ou Naples. Notre ancrage ici est très fort”, poursuit ce belge tombé sous le charme du chant des cigales provençales. Et si l’accent n’est pas chantant, il résonne de son envie de poursuivre l’idylle entre les rives provençales et la compagnie italo-suisse. 

La croisière, un enjeu économique 

“Ce port est celui qui nous a permis d’augmenter considérablement notre activité et développer la croisière en France”. Il faut dire qu’avec 1,6 million de passagers, Marseille a fait de la croisière un des paris économiques de l’avenir. Bien que parfois, ils ne dépassent pas le fort Saint-Jean, les touristes en escale d’une journée sont pourtant des fervents amoureux de la Provence. Et depuis le mois de juin, le “Meraviglia” commence ses tournées méditerranéennes au départ de Marseille qui se poursuivront toute l’année. “Aujourd’hui, les croisières ne se limitent plus aux eaux chaudes d’été. Nos bâtiments ont suffisamment d’activités et nos destinations touristiques assez attractives pour naviguer sur les mers, même en plein hiver”, conclut Patrick Pourbaix. Car aujourd’hui comme hier, hiver comme été, la croisière s’amuse encore !

Un procédé pour limiter a pollution

Ils ont beau être des palaces flottants, ils n’en sont pas moins énergivores et leur facture environnementale peut être astronomique. Pourtant, les règles européennes édictées contre les nuisances des navires et notamment les émissions de soufre commencent à être entendues. Et les armateurs inscrivent cette contrainte dans leurs carnets de commande. “La protection de l’environnement est un process en perpétuelle évolution. Nos bateaux sont plus propres et pour les 4 prochains paquebots que nous construirons d’ici 2026, nous les équiperons du système de gaz naturel liquéfié, beaucoup moins polluant que le fioul”, s’enorgueillit Patrick Pourbaix. Le Meraviglia bénéficie déjà de systèmes de scrubbers, sortes de gros filtres qui “nettoieront” les fumées rejetées par les cheminées, et réduiront ainsi les émissions de composés soufrés.  

En chiffres

Marseille

1,6 million de  passagers  en 2016
Plus de 500 escales en 2016
1er port français pour la croisière
5e port de Méditerranée
13e port mondial
Plus de 5000 passagers en moyenne en transit par jour, d’avril à novembre (en 2016). Le seuil des 6000 passagers/jour est franchi en juillet/août