Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

Alpilles / Pays d'Arles

À Arles, le musée d’ethnographie va rouvrir ses portes en 2019, grâce à un engagement fort du Département qui a investi 22,5 millions d’euros. Visite guidée au coeur d’un lieu emblématique de notre patrimoine provençal.

Alpilles / Pays d'Arles

ARLES, AUREILLE, BARBENTANE, BOULBON, CABANNES, CHÂTEAURENARD, EYGALIÈRES, EYRAGUES, FONTVIEILLE, GRAVESON, LE PARADOU, LES-BAUX-DE-PROVENCE, MAILLANE, MAS-BLANC-LES-ALPILLES, MAUSSANE-LESALPILLES, MOLLÉGÈS, MOURIÈS, NOVES, ORGON, PLAN D’ORGON, ROGNONAS, SAINT-ANDIOL, SAINT-ÉTIENNE-DU-GRÉS, SAINTES-MARIES-DE-LA-MER, SAINT-MARTIN-DE-CRAU, SAINT-PIERRE DE MÉZOARGUES, SAINT-RÉMY-DE-PROVENCE, TARASCON, VERQUIÈRES

NOS RÉALISATIONS

EYGALIÈRES : UNE NOUVELLE MAISON DES SPORTS

C’est un équipement très attendu par les habitants qui a été inauguré début mars en présence de Martine Vassal : la Maison des Sports. Située à proximité du stade de football et des terrains de tennis, le complexe offre sur plus de 1 000 m2 tous les aménagements nécessaires à la pratique sportive : une salle de gymnastique, un mur d’escalade, une salle de squash, une salle multisports, une salle de musculation, des vestiaires dont ceux dédiés uniquement au club de football mais également une salle de réunion. L’ensemble de l’espace a été piétonnisé grâce à la création d’une voie d’accès pour les véhicules.

Le Département a soutenu ces réalisations à hauteur de 1,8 million d’euros, soit 70 % du coût total.

SAINT-ÉTIENNE-DU-GRÈS : LE COEUR DU VILLAGE FAIT PEAU NEUVE

À Saint-Étienne-du-Grès, le coeur de village a fait peau neuve suite aux travaux entrepris par la commune avec le soutien du Département. Le boulevard du Général de Gaulle, la place centrale et la place Galeron ont été réaménagés, les abords de la mairie ont été repensés et des travaux pour la mise en accessibilité et la réhabilitation de l’Hôtel de Ville ont été menés. Début mars, le nouveau coeur de village a été inauguré par le maire Jean Mangion et Martine Vassal, Présidente du Conseil départemental.

Ces différentes réalisations ont en effet été soutenues à hauteur de plus de 4 millions d’euros par le Département sur un montant total de plus de 5 millions d’euros.

ARLES : LA VOIE VERTE JUSQU’À PORT-SAINT-LOUIS-DU-RHÔNE TOTALEMENT ACHEVÉE

Fin 2018, le Département a réalisé les derniers aménagements de la partie de la “Via Rhôna”, située entre Arles et Port-Saint- Louis-du-Rhône, achevant ainsi la création d’une voie verte de 44 kilomètres dédiée aux modes de déplacement actifs (vélo, marche, roller…) et à la pratique sportive. Aménagée sur l’ancienne voie ferrée, le long de la RD35 et du Rhône, cette piste de 3 mètres de large est en effet dotée d’un revêtement en enrobé routier permettant son accessibilité à différents usagers, y compris les personnes à mobilité réduite.

Elle dessert des lieux touristiques comme le patrimoine historique d’Arles, le Musée départemental Arles Antique, les marais du Vigueirat ou la plage Napoléon au niveau de son extrémité sud. Ces 44 kilomètres constituent une partie de la “Via Rhôna”, itinéraire national qui relie le lac Léman à la Méditerranée.

La voie verte été financée à hauteur de 6,6 millions d’euros par le Département.

ORGON : NOTRE-DAME-DE-BEAUREGARD EN PLEINE LUMIÈRE

S’il est un monument que les habitants des Bouches-du-Rhône connaissent, c’est bien Notre-Dame-de-Beauregard. Située sur les hauteurs de la commune d’Orgon, cette chapelle, dont la construction remonte aux premiers temps de la chrétienté, est en effet visible par le plus grand nombre depuis l’autoroute A7.

Et grâce aux travaux de mise en valeur dont le site a fait l’objet fin 2018, elle brille désormais dans la nuit. La Ville d’Orgon a en effet mené des travaux pour un éclairage moderne et performant de l’édifice, notamment en équipant le bâtiment en LED, moins énergivores que les anciennes installations.

Le Département a soutenu la commune dans ce chantier, à hauteur de 59 500 euros soit 70 % de l’investissement.

BOULBON : LE NOUVEAU GROUPE SCOLAIRE EST SORTI DE TERRE

Depuis la rentrée de septembre, le groupe scolaire des Tilleuls a ouvert ses portes à Boulbon et trois nouvelles classes maternelles peuvent accueillir 50 enfants. Une construction attendue par beaucoup de familles, qui vient en remplacement de deux anciens bâtiments situés en zone inondable.

Outre les classes, l’école bénéficie maintenant d’une salle de restauration attenante d’une capacité de 170 repas quotidiens. Au sein de ces bâtiments, on retrouve aussi une bibliothèque, des bureaux et un jardin pour les récréations avec de nombreux jeux. Ce nouveau bâtiment scolaire qui répond à des nouvelles normes environnementales, a été cité en exemple pour son insertion architecturale dans les sites historiques de qualité.

Sur l’ensemble du projet de 3,4 millions d’euros, le Département a apporté une contribution de 1,3 million d’euros.

MOURIÈS L’ÉGLISE RETROUVE SON DÔME 110 ANS APRÈS

Le 11 juin 1909, un tremblement de terre faisait s’écrouler le dôme de l’église de Mouriès, surmonté de sa célèbre “boule”, bien connue de tous à l’époque.

Plus de 100 ans après, la municipalité a décidé de réaliser à l’identique ce fameux dôme dans le cadre de travaux plus généraux entrepris sur l’église.

En effet, en 2016, un effondrement de la génoise avait mis à jour des problèmes sur la toiture. Depuis, la charpente et les tuiles ont été remplacées, les toitures de la nef et des bas-côtés de l’église Saint-Jacques ont été entièrement refaites et les corniches reproduites à l’identique. Enfin, au début de l’année 2018, le dôme a été entièrement reconstruit en pierres de taille surmonté du fameux globe qui faisait la fierté des Mouriésens. Le montant total des travaux s’est élevé à près de 470 000 euros.

Le Département, seul financeur aux côtés de la municipalité a pris en charge 80 % des opérations, soit plus de 375 000 euros.

LE PARADOU : LA VOIE AURÉLIENNE EST TERMINÉE

La commune du Paradou a depuis quelques années entrepris de vastes travaux de réfection des voiries et d’aménagement des espaces publics. Réseaux routiers et souterrains, parkings, espaces piétonniers, la commune renouvelle l’ensemble de ses infrastructures afin de répondre aux besoins d’une population toujours plus nombreuse.

Parmi tous les aménagements réalisés, la voie Aurélienne tient une grande place, et plus particulièrement les travaux d’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Les bordures larges et la contre-allée facilitent le passage de fauteuils roulants, l’espace paysager a été aménagé pour être plus aéré, et les abribus ont été refaits avec des trottoirs surélevés pour mieux accéder aux bus.

Ce vaste chantier des travaux de voirie a un budget de 774 126 euros dont plus de 619 301 euros subventionnés par le Département.


MOURIÈS : LES RUES DU VILLAGE S’EMBELLISSENT

C’est un grand chantier de rénovation des rues qui a été entrepris à Mouriès. Pour ce village aux artères parfois vieillissantes, la municipalité a décidé de refaire entièrement les voies. Comme par exemple avec les rues d’Aubagne et des Bérauds où il était urgent d’intervenir. Réseaux secs, humides, assainissement, revêtement de chaussée, élargissement des trottoirs, décoration végétale, espace piétonnier protégé, tout a été repensé et modernisé.

Jusqu’à l’éclairage public où ici comme dans d’autres rues, la préoccupation environnementale est essentielle. Les leds ont remplacé les bonnes vieilles ampoules beaucoup trop énergivores. Pour ce programme d’un montant total de 542 412 euros, le Département s’est engagé à 80 %, soit 433 929 euros.

Ce chantier terminé à l’été 2017 a précédé d’autres transformations de rues dont celles du 8 mai 1945 et des Bergères qui seront achevées fin 2018.


ROGNONAS : L’ANCIENNE MAISON JOSEPH-CALLET DEVIENT UNE RÉSIDENCE

À Rognonas, la maison Joseph-Callet est une institution : fondée en 1928, elle ne comptait pas moins de 700 salariés en 1938 ! Elle a fortement contribué à la dynamique de la commune depuis. C’est donc tout un symbole que d’avoir choisi le site pour créer une résidence de 14 logements à caractère social.

Une forme de reconnaissance à l’égard des fondateurs de l’entreprise mais aussi une volonté politique de la part des élus de la commune : “Lorsque nous sommes propriétaires du foncier, réaliser des logements en complément des bailleurs sociaux permet des investissements intelligents pour augmenter le patrimoine communal”, préconise Yves Picarda, le maire de Rognonas.

Un concierge sera sur place, chargé des premiers contacts avec les locataires, de l’entretien des espaces verts et de la propreté. Ces logement sont destinés aux jeunes qui souhaitent rester au pays, aux personnes du Bel Âge qu’il est nécessaire d’accompagner, mais aussi aux classes moyennes qui rencontrent des difficultés pour se loger.

Inaugurée en juin dernier, cette résidence a été financée à 35 % par le Département, soit un montant de 712 000 euro


NOVES : L’ÉCOLE PRIMAIRE JULES-FERRY COMPTE DEUX NOUVELLES CLASSES

À Noves, l’école maternelle et primaire Jules-Ferry, qui date de la fin du 19e siècle et qui a connu nombre d’extensions, a bénéficié d’importants travaux pour répondre aux besoins de la population. En effet, le village grandit et l’école accueille désormais plus de 300 élèves. La partie ancienne de l’école primaire comportait jusqu’alors un logement de fonction à l’étage. Logement d’ailleurs inutilisé depuis des années : la commune a donc envisagé de l’aménager en salle de classe, libérant de fait de l’espace au rez-dechaussée pour des salles d’activités, notamment d’informatique.

Une classe a par ailleurs été ouverte pour la maternelle, avec un atelier, améliorant ainsi le travail pédagogique à destination des tout-petits.

Enfin, le restaurant scolaire a été réaménagé pour permettre aux enfants de prendre le temps de déjeuner dans le calme. La commune a donc souhaité abandonner le principe du self pour revenir à un service à table.

Tout devrait être fin prêt courant septembre.

Le Département a apporté une contribution de 1,6 million d’euros sur un total de 2,3 millions d’euros


EYGALIÈRES : UNE MAISON DES SPORTS TRÈS ATTENDUE

Très attendue, la Maison des sports comprendra une grande salle d’une surface de 450 m² permettant une pratique multisports (volley-ball, hand-ball, basket-ball et badminton) pour les scolaires, une alcôve équipée d’un mur d’escalade, une salle de gymnastique de 200 m², une salle pour la pratique du squash, et une autre dédiée aux arts martiaux.

La musculation aura également son espace. Des vestiaires ainsi qu’un bureau destiné aux professeurs sont prévus et plus loin des vestiaires de football avec un accès direct au terrain.

Le Département a apporté une subvention de 1,8 million d’euros (soit 70 % du montant total des travaux) à la réalisation de cet équipement annoncé pour juillet prochain.


GRAVESON : CRÉATION D’UN TERRAIN DE FUTSAL

Un sport qui se joue à 5, qui va vite, très vite : la commune de Graveson a choisi de se doter d’un terrain de futsal éclairé, qui se situe à proximité des autres installations sportives existantes de la commune (stade de rugby, terrain d’honneur de football, terrain de basket en plein air, skatepark).

L’idée est apparue au moment de l’Euro 2016 et de l’initiative lancée par la Fédération française de football qui a proposé de co-financer cette réalisation.

Le Département s’est associé à ce projet afin que les footballeurs de Graveson puissent s’amuser et se défouler dans les meilleures conditions possibles. Une belle réalisation financée par le Département à hauteur de 168 579 euros.


ARLES : EXTENSION DU MUSÉE DE LA CAMARGUE

Après une première tranche de travaux réalisés pour la rénovation de la bergerie et de son exposition permanente “Le fil de l’eau, le fil du temps en Camargue”, qui retrace les évolutions du territoire et de ses activités humaines depuis le 19e siècle, il fallait entamer une deuxième tranche de travaux pour construire l’extension du bâtiment et améliorer les conditions d’accueil des visiteurs.

Cette deuxième tranche financée par le Département à hauteur de 30 000 euros prévoit une billetterie, une librairie-boutique, une salle d’expositions temporai res pour inviter des photographes et des artistes locaux, une réserve photographique destinée aux collections du Musée et du Conservatoire du littoral, ainsi que des toilettes.

Le musée avait été gravement touché par les inondations de 1993 et 1994, obligeant à revoir les mesures préventives en matière de risques d’inondation et plus largement de risques naturels.


SAINT-MARTIN-DE-CRAU : UN LOCAL POUR LES SERVICES MUNICIPAUX

Autrefois installés dans des préfabriqués, les services techniques municipaux de Saint-Martin-de-Crau ont intégré au printemps 2017 leurs nouveaux locaux aménagés dans un bâtiment entièrement rénové, sur deux niveaux et d’une surface de 650 m². Un lieu qui allie confort et efficacité.

Des cloisonnements démontables en fonction des besoins ont été installés, offrant de grandes transparences visuelles. En lieu et place des préfabriqués, un parking ombragé accueille le personnel et les visiteurs dans de bonnes conditions. Enfin, le bâtiment est une opération exemplaire du point de vue énergétique.

Le Département a apporté une contribution de 110 000 euros à ce projet.


ORGON : RENAISSANCE CULTURELLE

La commune d’Orgon, 3 104 habitants, s’est dotée d’un nouvel espace culturel et festif, situé à l’entrée Nord de la ville.

D’une superficie totale de 1 400 m², l’Espace Renaissance, inauguré au printemps 2017 par Thierry Lhermitte, comprend une salle de spectacle et d’animations culturelles de 382 m² d’une capacité d’accueil de 420 places assises, dont 210 strapontins repliables.

La scène, large et profonde, d’une superficie de 111 m², est reliée directement aux loges. Le bâtiment abrite aussi une salle d’activités, de loisirs et de musique réservée aux jeunes, un espace de restauration avec une cuisine intégrée, et un espace d’accueil convivial.

Le Département a contribué au financement de cette salle à hauteur de 50 %, soit 750 000 euros.


AUREILLE : UNE ÉPICERIE DANS L’ANCIENNE ABBAYE

“Quand on entre dans l’épicerie, on a envie de tout acheter”. Le témoignage de cette cliente pas tout à fait comme les autres est celui de la Présidente du Conseil départemental des Bouches-du- Rhône Martine Vassal alors qu’elle visitait la commune d’Aureille. Cette épicerie, baptisée “L’Échoppe du Prieuré”, a en effet été aménagée dans une ancienne abbaye.

Ce sont des maraîchers locaux qui en ont pris la gérance et en assurent l’approvisionnement. Dans cette commune de 1 600 habitants, une telle ouverture était primordiale pour l’emploi et le maintien des commerces de proximité.

Le Département a subventionné cette réalisation à hauteur de 70 % du montant total, soit une aide de 242 617 euros.


TARASCON : DES TRAVAUX EN PLEIN CENTRE

“En France, tout le monde est un peu de Tarascon”, écrivait Alphonse Daudet. Pour parfaire cette citation, la commune a voulu moderniser et rénover.

Rénover et aménager la place de Verdun, bien sûr pour une question d’esthétisme mais aussi de praticité, notamment pour accueillir les marchés et les foires qui apportent de l’animation et de l’attractivité pour la ville.

La rue des Halles et la rue Vallier sont par ailleurs en cours de réaménagement dans le même esprit. Le Département a également participé au financement des travaux dans deux anciens locaux commerciaux désaffectés réunis qui abritent désormais l’Office de tourisme, au 62 rue des Halles. La Place de Verdun a été financée par le Département à hauteur de 700 000 euros (soit 70 % du montant total des travaux).

L’aménagement du nouvel Office de tourisme a été soutenu pour 130 600 euros.


LE PARADOU : CONSTRUCTION D’UNE ÉCOLE MATERNELLE

Avec 1 800 habitants aujourd’hui contre 1 200 en 2007, Le Paradou connaît une véritable explosion démographique qui nécessite de nombreux ajustements.

L’unique groupe scolaire devenu trop petit a nécessité la création d’une nouvelle école maternelle pour scolariser les 200 enfants que compte la commune.

Deux classes d’environ 50 m² ont donc été créées ainsi qu’un office et un réfectoire, alors que les cours extérieures, des clôtures et des aires de jeux ont été réaménagées, grâce a une subvention départementale de 1,6 million d’euros sur un montant de plus de 2 millions d’euros.


MAS-BLANC-LES-ALPILLES : LA PROXIMITÉ AVANT TOUT

Ce petit carré de terre sur le versant nordouest des Alpilles est une perle à préserver. La commune a procédé à la rénovation complète et à l’extension d’un immeuble existant place Pierre Limberton.

Objectif : maintenir les services de proximité déjà existants, notamment une épicerie, un ostéopathe, un paysan boulanger ainsi que la création d’un cabinet de prothésiste-dentaire. Autre projet, la création d’une micro-crèche privée pour favoriser l’installation de nouvelles familles à Mas-Blanc-les-Alpilles.

Le Département a répondu favorablement à la demande d’aide de la commune pour ce projet exemplaire de revitalisation d’une des plus petites communes du département.

Un partenariat financier conclu à hauteur de 1,1 million d’euros pour un projet de 1,3 million d’euros.


TARASCON : LE THÉÂTRE MUNICIPAL RESTAURÉ POUR 2019

Tarascon est une ville d’art et de belles et vieilles pierres, son théâtre municipal n’y fait pas exception. Ce théâtre à l’italienne classé aux Monuments Historiques avait besoin d’une réhabilitation pour conserver son lustre d’antan.

C’est chose faite grâce à l’engagement du Département aux côtés de la municipalité pour procéder à la réhabilitation qui portera sur l’aménagement, l’entretien, la mise en conformité, la scénographie et l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. L’année 2017 a été consacrée à la réalisation d’une étude historique et architecturale du bâti, afin de mettre en perspective les interventions proposées. La fin des travaux est prévue pour le courant de l’année 2019.

Ce théâtre, inauguré en 1828, avait subi un terrible incendie en avril 1884, avant d’être reconstruit, avec, au-dessus de la scène et du rideau rouge, cette phrase de Virgile : “Deus nobis haec otia fecit”, “Dieu a fait pour nous ces loisirs”.

L’aide départementale s’élève 1,2 million d’euros, soit la moitié du montant total des travaux.


CHÂTEAURENARD : COUP DE JEUNE POUR LE COMPLEXE SPORTIF DE COUBERTIN

Le complexe sportif de Coubertin a été mis en service en 1982. Et même s’il est sportivement essentiel de participer, il faut pour cela des équipements en bon état de marche et aux normes ! La commune s’engage donc dans un important programme de travaux, aidée par le Département, à hauteur de 60 %, soit 200 400 euros.

Un ascenseur va être installé pour que les personnes à mobilité réduite puissent accéder aux différents étages. Des sanitaires seront par ailleurs adaptés.

Parallèlement, des menuiseries plus performantes sur le plan thermique vont être installées, ainsi qu’une meilleure gestion du chauffage mise en place. Enfin, le circuit d’eau chaude sanitaire sera bouclé pour limiter le risque de légionellose.

Déjà en 2015, le Département avait financé une opération de réfection des vestiaires de la piscine et la création de salles associatives dans ce même complexe, pour un montant de 1,2 million d’euros. Cette année, le Département accorde une aide exceptionnelle en complément, avec la création d’un deuxième dojo, la mise en conformité des plages de la piscine et la modernisation des machineries, avec une subvention de 889 200 euros.