Conseil départemental des Bouches-du-Rhône

Département des Bouches-du-Rhône

Aubagne / La Ciotat / Pays de L'Etoile

L’un des plus grands équipements culturels entre Marseille et Toulon a ouvert ses portes à La Ciotat, en 2017, au coeur de l’ancienne Halle de la chaudronnerie. Implanté sur un lieu symbolique, le théâtre de la Chaudronnerie comble un vide culturel laissé par la fermeture du théâtre du Golfe. Didier Chalaux, directeur du théâtre, dresse un premier bilan positif.

Aubagne / La Ciotat / Pays de l'Etoile

ALLAUCH, AUBAGNE-EN-PROVENCE, AURIOL, BELCODÈNE, CADOLIVE, CARNOUX-EN-PROVENCE, CASSIS, CEYRESTE, CUGES-LES-PINS, GÉMENOS, LA BOUILLADISSE, LA CIOTAT, LA DESTROUSSE, LA PENNE-SUR-HUVEAUNE, PEYPIN, PLAN-DE-CUQUES, ROQUEFORT-LA-BÉDOULE, ROQUEVAIRE, SAINT-SAVOURNIN

NOS RÉALISATIONS

ROQUEFORT-LA-BÉDOULE : LES TOUT-PETITS DANS DES LOCAUX PLUS GRANDS

Face à l’accroissement de la population, la Ville de Roquefort-la Bédoule a dû répondre aux besoins grandissants de ses administrés de places d’accueil pour les enfants de moins de 3 ans.

Avec l’aide du Département, la Ville a engagé des travaux d’extension de la crèche municipale, permettant une plus grande capacité d’accueil ainsi qu’une réhabilitation totale des espaces existants. Depuis septembre 2018, le bâtiment rénové a donc ouvert ses portes et reçoit dans des locaux modernes, fonctionnels et écologiques, 38 enfants au lieu de 33 avec la création d’une section “grands” facilitant la répartition par tranche d’âge. À terme, 42 enfants pourront être accueillis in situ.

Ce projet a été réalisé dans le cadre d’un Contrat départemental que le Département a financé à hauteur de 60 %, soit 1,7 million d’euros.


GÉMENOS : LES GRANGES D’ALBERTAS, UN EXEMPLE DE RÉNOVATION URBAINE

En 2015, la Ville de Gémenos a entrepris une opération de restructuration urbaine dans son centre avec l’aide du Département.

Il s’est agi, dans le cadre d’un Contrat départemental, de financer les travaux de rénovation et de réhabilitation de la bâtisse historique des Granges, dont la Ville est propriétaire, pour la création d’un programme de 50 logements dont 25 logements locatifs sociaux, 15 en accession sociale et 10 en accession libre. Ce projet, qui a duré 3 ans, a dû englober la réhabilitation et la création de locaux en rez-de-chaussée du bâtiment pour le développement commercial et artisanal du village.

Sans oublier l’installation de nouveaux éclairages urbains sur le site et ses abords, ainsi que l’aménagement paysager de la cour intérieure du bâtiment facilitant l’accès transversal des parkings des écoles vers le centre du village.

Le Département a financé l’opération à hauteur de 40 %, soit plus de 500 000 euros.


LA CIOTAT : LE STADE VIREBELLE SE REFAIT UNE BEAUTÉ

Au stade Virebelle, de nouvelles pistes d’athlétisme et de cyclisme, un stade de football entièrement synthétique et muni d’un système de contrôle automatisé de ses accès ou encore des terrains de basket offriront d’ici quelques semaines la possibilité aux usagers de pratiquer une multitude d’activités en un seul et même lieu.

Un nouveau local de stockage de 40 m² pour mettre le matériel à l’abri ainsi que des vestiaires totalement rénovés seront à la disposition des sportifs au quotidien. Le Département a accompagné la Ville de La Ciotat à hauteur de 219 538 euros sur les 562 919 euros nécessaires à la réalisation des travaux. Pour répondre aux besoins des nombreux sportifs ciotadens, la Ville a lancé un programme global de rénovation qui intègre également les stades Magri et Bouissou.

Financé à 44 % par le Département, ce plan représente un investissement de plus de 3,7 millions d’euros.

AUBAGNE : LE COMPLEXE SERGE-MÉSONES RÉNOVÉ

Au complexe Serge-Mésones, très prisé des Aubagnais, les vestiaires ont été rénovés, tout comme la plomberie et le système de chauffage. Le vieux terrain en stabilisé a été remplacé par une pelouse synthétique, conçue pour la pratique du football et du rugby.

Autour du terrain, l’ensemble du parcours de footing a été remis en état et des agrés sportifs dédiés au fitness ont été installés. Les petites billes noires controversées utilisées habituellement pour faire tenir les brins d’herbe synthétiques ont été remplacées par du liège, un matériau écologique et absorbant en cas de fortes pluies. L’éclairage du stade a été totalement repensé afin de réduire considérablement la consommation d’énergie.

D’un montant total de plus de 1,4 million d’euros, le Département a subventionné ces travaux à hauteur de 836 759 euros.

CUGES-LES-PINS : LE BOULEVARD GAMBETTA REDONNE DU SENS À LA CIRCULATION

La commune de Cuges-les-Pins a cette particularité d’être traversée par une route très fréquentée. Mais ce village, au pied des collines, est aussi un lieu où il fait bon vivre.

Pour rendre le quotidien des habitants plus agréable, de grands travaux ont été réalisés sur le boulevard Gambetta qui relie la partie nord du centre du village à la partie sud qui mène à l’Hôtel de Ville et aux écoles. En six mois seulement, la voie a ainsi été entièrement requalifiée, les réseaux secs et humides ont été renouvelés, des cheminements piétons créés, du mobilier urbain posé, et enfin des travaux paysagers menés.

Parmi les temps forts du chantier, la fontaine a été déplacée, le parvis de l’église a fait l’objet d’un aménagement complet, un square a remplacé le presbytère en ruine et un plateau traversant a été posé en une nuit !

De nombreux aménagements que le Département a financés à 60 %, soit 443 762 euros sur un montant total de 739 603 euros.

CADOLIVE : UN PARCOURS SANTÉ DANS LES COLLINES

Le village de Cadolive a l’avantage d’être entouré de 400 hectares de forêts et de bois. Afin de favoriser la pratique sportive et de préserver ses espaces naturels, la municipalité a décidé de créer, à côté du stade existant, un parcours santé sur le lieu-dit “La Sarriée”.

Les travaux débutés en 2018 ont permis de mettre 35 hectares à la disposition des sportifs, familles et personnes du Bel Âge. Parcours pédestres, chemins de fitcross, barres parallèles… Depuis plusieurs mois, promeneurs, coureurs et badauds ont investi l’espace. Le gymnase attenant a aussi été agrandi avec la création d’un dojo de 300 m², accueillant près de 450 adhérents adeptes des arts martiaux.

Après un an de travaux et 1,1 million d’euros d’investissement dont 660 000 euros financés par le Département, ce plateau sportif est désormais ouvert à tous les Cadolivains.

AUBAGNE-EN-PROVENCE : UNE MAISON DES FAMILLES

Située dans le quartier de la Tourtelle, la Maison des Familles est une structure municipale qui accueille les enfants de 0 à 6 ans, accompagnés de leurs parents ou d’un adulte familier pour participer à des temps conviviaux de jeux et d’échange. Inauguré en novembre 2017, ce nouveau lieu de socialisation et d’éveil pour les enfants, a fait l’objet d’importants travaux avant son ouverture que le Département a financé à hauteur de 70 %, soit 56 000 euros.

Ainsi les usagers bénéficient d’un espace jeux réservé aux enfants, d’un salon propice aux entretiens avec les parents et, enfin, une grande salle où ont lieu des ateliers et des conférences.

D’autres actions d’accompagnement éducatif sont en projet dans les locaux, notamment en partenariat institutionnel avec le Département ou encore avec l’UNICEF pour la commune, membre du réseau “Ville Amie des Enfants”.


ALLAUCH : LES ÉCOLES ENGAGÉES DANS LA LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ÉNERGÉTIQUE

Les groupes scolaires du Logis Neuf, Val Fleury, la Pounche, Pié d’Autry, Allauch Centre ont tous bénéficié de travaux d’isolation thermique, d’éclairage et de systèmes de chauffage permettant de stopper le gaspillage énergétique à l’échelle des bâtiments scolaires.

Concrètement, les établissements ont été équipés d’éclairage par pavés LED en remplacement des tubes néon, de plafonds en dalles de 60 x 60 et de panneaux isolants en laine de coton, pour renforcer l’isolation thermique sur la totalité de la surface.

Ce projet s’inscrit dans une volonté d’appliquer des systèmes innovants, pour la consommation électrique et l’isolation thermique. Coût total des travaux : 85 000 euros dont 59 500 euros, soit 70 %, financés par le Département.


CEYRESTE UNE ÉCOLE PRIMAIRE AU NOM DE JEAN-D’ORMESSON

C’est la première école primaire de France à prendre le nom de l’écrivain Jean-d’Ormesson, disparu le 5 décembre 2017. Ceyreste a inauguré en juillet dernier son école primaire en présence de la femme et de la fille de l’académicien. “Nous sommes très honorées de ce choix, a notamment déclaré Héloïse d’Ormesson, fille de l’écrivain. C’est quelque chose qui lui aurait plu, car il était très investi dans la transmission et l’éducation. Il disait : c’est à mes maîtres que je dois ce que je suis.”

Après 13 mois de travaux, le groupe scolaire est donc doté de 3 classes maternelles et 5 classes élémentaires, de locaux annexes, d’un espace de récréation, de restauration… Et même d’un jardin potager avec arbre fruitier et herbes aromatiques.

Enfin, une sculpture représentant Jean-d’Ormesson et ornée de la citation “Et moi, je vis toujours”, est installée à l’entrée de la cour de récréation.

Le Département s’est engagé à hauteur de 2,4 millions d’euros pour la réalisation de ce groupe scolaire qui coûtera 3,9 millions d’euros.


PEYPIN : TOUTES LES GÉNÉRATIONS VONT POUVOIR FAIRE DU SPORT !

Peypin a cette particularité d’être une ville étendue et coupée en deux, avec d’un côté le vieux village et de l’autre le quartier de l’Auberge neuve. C’est justement dans ce quartier qu’un espace intergénérationnel de multiactivités doit être prêt courant septembre, à proximité du nouveau complexe sportif.

L’objectif est de faire venir les familles afin que chacun, quels que soient son âge et sa capacité physique, puisse exercer une activité : sport pour tous sur le terrain multisports, toboggans et trampoline pour les plus jeunes, fitness, les choix sont multiples. L’équipement répond aux normes les plus récentes y compris celles d’accessibilité.

Jean-Marie Leonardis, maire de Peypin, a souhaité en effet favoriser “les rencontres et le tissage du lien social, accompagner les enfants dans la pratique du sport, développer le sport santé et lutter ainsi contre la sédentarité et l’isolement des jeunes comme des personnes du Bel Âge.”

Le Département s’est engagé à hauteur de 50 % pour la réalisation de ce projet, soit 100 000 euros.


AUBAGNE : LE CENTRE FAIT PEAU NEUVE

Dans une volonté de redynamisation de la ville, Aubagne a engagé d’importants travaux d’aménagement des espaces publics, de requalification urbaine et de réhabilitation du centre-ancien, impulsés par un partenariat signé avec le Département portant sur la période 2016/2019.

Un partenariat de 12,5 millions d’euros qui permet notamment à la Ville d’engager la rénovation de 50 000 m2 d’espaces publics (voirie, réseaux souterrains, éclairage public, espaces verts…).

Le centre ancien fait l’objet d’une réhabilitation s’intégrant dans le cadre d’une cohérence générale de l’aménagement de la ville. La voirie des quartiers n’est pas oubliée avec le chemin des Creissauds, l’accès à l’école Sainte- Marie, la Couronne des Pins, le rond-point Casamance ainsi que le chemin du Grand Pin Vert qui répondent aujourd’hui aux besoins des habitants.

Le Département finance à hauteur de 60 %, le montant total des travaux


GÉMENOS : DES LOCAUX PLUS GRANDS POUR LES TOUT-PETITS

Face à la réalisation de nombreux projets immobiliers à Gémenos, ces dernières années, la Ville a dû répondre à la demande grandissante de places d’accueil pour les enfants de moins de 3 ans, en réalisant une extension de 223 m² de la crèche municipale existante.

Ces travaux ont permis d’augmenter la capacité de douze places avec la création d’un espace pour la section “Grands” (salle de vie, dortoir, sanitaires), une salle et des sanitaires pour le personnel, une buanderie, des espaces de rangement et de stockage et en déplaçant la cuisine.

Pour relier l’ancien bâtiment au nouveau, une coursive a été prévue.

Enfin à l’extérieur de la crèche, des préaux ont été construits et le parvis a été aménagé afin de mettre en valeur les travaux d’agrandissement entrepris sur la structure.

Ce projet a été réalisé dans le cadre d’un Contrat départemental pour un montant global de 700 000 euros que le Département a financé à 40 %.


CEYRESTE : L’HÔTEL DE VILLE PRIMÉ POUR SA RÉNOVATION

La Mairie de Ceyreste, construite en 1884, a fait l’objet de travaux d’envergure de rénovation intérieure totale alliant modernisation et mise en valeur du patrimoine ancien de la commune.

L’ensemble, composé de deux corps de bâtiments en mitoyenneté et élevés de 2 niveaux, a été réaménagé pour améliorer l’accueil du public au rez-de-chaussée (décloisonnement, création d’un ascenseur et d’une nouvelle salle des mariages initialement à l’étage) tout en privilégiant la mise en valeur des éléments notables de ce patrimoine (murs en pierre, tomettes au sol, …).

À l’étage, la réorganisation des espaces a permis aux services internes de s’y installer. En valorisant cet élément central du patrimoine communal, la Ville de Ceyreste a reçu le prix national du Ruban du patrimoine 2018. Les travaux ont été financés, à hauteur de 60 % par le Département dans le cadre d’un partenariat financier pluriannuel, soit un montant de 420 000 euros.


LA PENNE-SUR-HUVEAUNE : UN NOUVEAU POSTE POUR LA POLICE MUNICIPALE

Le service de la Police municipale de la Penne-sur-Huveaune a enfin quitté les locaux de l’Hôtel de Ville pour s’installer en lieu et place de l’ancien poste de Police nationale, dans un bâtiment propriété de la commune.

Des travaux de remise à neuf ont été réalisés : peinture, sols, mise aux normes des sanitaires, ainsi que des travaux d’accessibilité pour les personnes handicapées.

Ce changement a permis d’augmenter les effectifs de 5 à 8 agents, et également de répondre aux besoins liés à la mise en service du dispositif de vidéoprotection de la commune.

Pour sa part, dans le cadre de l’aide aux travaux de proximité, le Département a participé, à hauteur de 60 000 euros (80 % du montant total) à la réalisation de l’aménagement du nouveau poste de police.


CADOLIVE : UNE MAISON MÉDICALE DÉDIÉE AUX URGENCES

Dans le cadre d’un contrat pluriannuel d’investissement signé avec la Mairie de Cadolive et portant sur la période 2016/2019, le Département a contribué à la construction d’une Maison des Urgences Médicales située en plein coeur du village.

Ouvert en 2016, ce lieu permet d’optimiser l’offre de service médicale alentour pour le bien-être des habitants avec quatre médecins généralistes et urgentistes installés depuis son ouverture, tenant une permanence 7j/7 de 9h à 22h.

Sur place, les usagers ont accès aux services d’infirmières et de sages-femmes, à partir de 7h sur rendez-vous. Cet équipement médical a été financé à hauteur de 630 000 euros, correspondant à 60 % du montant total des travaux.


ROQUEVAIRE : FINI LES BOUCHONS SUR LA ZAC DE SAINT-ESTÈVE

Situé sur la très fréquentée RD 96, le giratoire de la Zone d’activités concertée de Saint- Estève a été réalisé par le Département pour 800 000 euros afin d’améliorer la vie des habitants de Roquevaire.

Les aménagements routiers ont également permis la création de trottoirs répondant à la règlementation pour les personnes à mobilité réduite, de 2 pistes cyclables de 1,5 mètre de large ainsi que la mise aux normes PMR des deux arrêts de cars existants.

En découle une circulation plus sécurisée, plus fluide qui facilite l’accès et la sortie des automobilistes de la zone commerciale. L’originalité repose sur la décoration de cet aménagement, réalisée par un artiste provençal, rappelant la traditionnelle fête de l’Âne, le 1er mai, à Roquevaire.

L’aide du Département pour l’aménagement intérieur du rond-point, d’un montant de 53 710 euros (70 %), a permis la création de ce carrefour giratoire.


CARNOUX-EN-PROVENCE : LA VILLE REGROUPE SES SERVICES

Les administrés de Carnoux sont les premiers spectateurs de l’évolution des travaux de restructuration et d’extension de l’Hôtel de Ville, situé sur l’avenue principale de la commune.

Un projet engagé dans l’objectif de réunir les services municipaux décentralisés dans un seul et même lieu. Ainsi, la Police municipale, le CCAS et l’Office municipal des sports intégreront les nouveaux locaux en septembre 2019.

En attendant, dès le mois d’octobre 2018, la partie du chantier achevée sera investie par le pôle administratif permettant aux agents de libérer les bureaux de l’actuel Hôtel de Ville, afin de laisser le champ libre aux entreprises de rénovation. À terme, avant l’été 2018, un Point d’accueil tourisme, indépendant du nouveau bâtiment, ouvrira également ses portes aux usagers.

Dans le cadre d’un contrat signé avec la commune, le Département a financé ces travaux à hauteur de 2,22 millions d’euros, soit 50 % du montant total.


ALLAUCH : LA PISCINE REMISE À NEUF

La piscine couverte d’Allauch, située au complexe sportif Gaillard à Pié d’Autry, a fait l’objet d’une réhabilitation et d’une mise en conformité totale.

En effet, cet équipement sportif de la commune, construit en 1975, nécessitait de faire peau neuve pour recevoir au quotidien les scolaires, les clubs et les associations dans de bonnes conditions. Les travaux ont consisté en la réhabilitation du bassin couvert et à sa mise en conformité, la réfection du traitement d’eau, du système de filtration, de pompage, la reprise de l’étanchéité du béton et du carrelage, ainsi que le réaménagement de l’accueil, des vestiaires et des bureaux, l’amélioration du traitement de l’air, du chauffage et de l’isolation thermique.

Ces travaux ont été financés par le Département à hauteur de 975 000 euros, soit 60 % du montant total


PLAN-DE-CUQUES : UNE NOUVELLE MAISON POUR L’ANIMATION COMMUNALE

Le bâtiment qui abrite le service de l’animation communale de la Ville de Plande- Cuques et les associations a fait l’objet d’une réhabilitation totale et d’une extension permettant de recevoir désormais les administrés dans des locaux neufs et spacieux.

Un lieu indispensable pour le tissu associatif de la ville particulièrement riche et représentant une vraie utilité sociale.

La subvention du Département d’un montant de 844 489 euros, soit 50 % du montant total, aura contribué à favoriser le lien social et le bien vivre ensemble.


CASSIS : PORT-MIOU REPREND SA VIE DE CHÂTEAU

Sur la rive nord de la calanque de Port-Miou, se trouve un château utilisé au 20e siècle pour loger le personnel exploitant des anciennes carrières, fermées en 1981.

Son état actuel nécessite d’importants travaux de rénovation de toiture, façades et planchers en vue de préserver le patrimoine culturel et historique de la ville de Cassis. Programmée sur 3 ans, la restauration du château permettra à terme de créer la Maison du Parc national des Calanques, un espace d’expositions et un Centre d’études des eaux souterraines.

La Capitainerie, les clubs nautiques et le bureau des guides pourront, dès 2020, s’installer dans les nouveaux locaux répartis sur 3 étages et une terrasse sur une surface totale de 280 m2. Les travaux ont été subventionnés par le Département à hauteur de 551 000 euros (50 % du montant total des travaux)


CADOLIVE : LA BUVETTE DE LA MAIRIE A TROUVÉ SA PLACE

La volonté municipale de redynamiser le centre du village de Cadolive se poursuit. Grâce à l’aide départementale aux travaux de proximité, une “buvette” vient d’être construite sur la place principale du village.

Désormais, les Cadolivains se retrouvent là, autour d’un café ou d’une boisson fraîche dans ce nouveau lieu municipal appelé le “Cercle Avenir”. Attenant à l’Hôtel de Ville, à proximité de l’école, du parking et du nouveau centre du village, la “buvette”, comme disent les habitués, traduit le souhait de la commune de créer un lieu convivial pour tous ses habitants.

Le Département a contribué à ce projet à hauteur de 70 % de la totalité des travaux (toiture, étanchéité, installation de baies vitrées,… ) soit un montant de 51 440 euros.